Algonquin Aki Sibi Indigenous Protected Area Project

Pre-summit material, Towards Reconciliation: 10 Calls to Action to Natural Scientists Working in Canadian Protected Areas

The following was an ePoster/eMedia submission to the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit by Kebaowek First Nation and Rosanne Van Schie of University of Toronto. Click on the video below to view.

Voici une présentation ePoster/eMedia au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021 par Kebaowek First Nation et Rosanne Van Schie avec l’Université Toronto. Cliquez sur la vidéo ci-dessous pour la visualiser.

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

Beginning in June 2019 the Algonquin Aki Sibi Project is an effort to conserve and promote Algonquin traditional ecological knowledge via land and waterway Aki-Sibi community conservation projects. These projects are led by seven partner Algonquin communities Kebaowek, Mitchikinibikok-Inik Barriere Lake, Winneway- Long Point, Kichisakik, Wolf Lake, Kitigan Zibi and Temiskaming The Aki Sibi Protected Area vision is for a network of Algonquin Protected and Conservation Areas and other effective conservation measures (OECMs) that are shaped by the participating communities’ individual cultures and characters, offering a variety of landscapes and values to meet this national challenge.

ABSTRACT

A partir de juin 2019, le projet Algonquin Aki Sibi est un effort pour conserver et promouvoir les connaissances écologiques traditionnelles des Algonquins par le biais de projets de conservation des terres et des voies navigables de la communauté Aki-Sibi. Ces projets sont menés par sept communautés algonquines partenaires : Kebaowek, Mitchikinibikok-Inik Barriere Lake, Winneway- Long Point, Kichisakik, Wolf Lake, Kitigan Zibi et Temiskaming La vision de la zone protégée d’Aki Sibi est celle d’un réseau de zones protégées et de conservation algonquines et d’autres mesures de conservation efficaces (OECM) qui sont façonnées par les cultures et les caractères individuels des communautés participantes, offrant une variété de paysages et de valeurs pour relever ce défi national.

Go back to eMedia presentations.

Retournez aux présentations eMedia.

Natural Intelligence: Tapping Into Nature One Resident at a Time

Pre-summit material, Towards Reconciliation: 10 Calls to Action to Natural Scientists Working in Canadian Protected Areas

The following is preliminary content for a session at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit, submitted by Eva Riccius and Ron Proskow with Saanich Parks, District of Saanich. Click the image below to view content.

Ce qui suit est le contenu préliminaire d’une session du Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021, présenté par Chantelle Spicer de l’Université Simon Fraser. Cliquez sur l’image ci-dessous pour voir le contenu.

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

In 2019 Saanich Parks began building a Natural Intelligence program in which every resident in the municipality would have a positive interaction with nature by 2025. The rationale is that with every positive connection with nature and increased understanding of our role in the natural environment, residents will change behaviours to lessen their impacts on the environment. We began with a multi-year summer marketing and awareness campaign with the goal to increase the knowledge and appreciation of our communities’ impact on their local environment, while also improving their awareness of the benefits and value of Saanich’s large and diverse park system. Year One involved conducting an online community survey, designed to capture a baseline of understanding about nature in our community and Saanich’s parks and trail system. Other goals for year One included: creating a visual identity and social media presence about Saanich Parks Natural Intelligence. In 2020, the focus of the campaign shifted to an outcome based approach that encouraged people to visit and use Saanich parks, trails, beaches, playgrounds and natural areas. The goal was to see greater numbers of people in our community and region, particularly those who were new or infrequent users discovering and using our park system, and by doing so building an affinity for parks and a sense of value for the natural environment. The premise was that people who do not use a service or facility place less value than those who do. We encouraged residents to increase their exposure to nature locally thereby placing a higher value on parks and the natural environment. Our summer multi-media campaign (radio, TV, social media, web, print) had the main theme of reducing screen time and increasing the time spent outdoors in the local natural environment and showing that spending time outdoors has many benefits from personal mental and physical health to environmental health. While is may be fairly obvious to those of us in this field of work, many residents reacted very positively to the campaign. This theme has became even more relevant as the COVID 19 pandemic continues. We will present samples from the campaign and follow up data.

ABSTRACT

En 2019, Saanich Parks a commencé à mettre en place un programme d’intelligence naturelle dans lequel chaque habitant de la municipalité aurait une interaction positive avec la nature d’ici 2025. Le raisonnement est qu’avec chaque connexion positive avec la nature et une meilleure compréhension de notre rôle dans l’environnement naturel, les résidents modifieront leurs comportements pour réduire leurs impacts sur l’environnement. Nous avons commencé par une campagne estivale pluriannuelle de marketing et de sensibilisation dans le but d’accroître la connaissance et l’appréciation de l’impact de nos communautés sur leur environnement local, tout en améliorant leur sensibilisation aux avantages et à la valeur du vaste et diversifié réseau de parcs de Saanich. La première année a été consacrée à la réalisation d’une enquête en ligne auprès de la communauté, conçue pour établir une base de compréhension de la nature dans notre communauté et dans le réseau de parcs et de sentiers de Saanich. Parmi les autres objectifs de la première année, citons la création d’une identité visuelle et d’une présence dans les médias sociaux sur l’intelligence naturelle des parcs de Saanich. En 2020, l’objectif de la campagne est passé à une approche basée sur les résultats qui encourage les gens à visiter et à utiliser les parcs, les sentiers, les plages, les terrains de jeux et les zones naturelles de Saanich. L’objectif était de voir un plus grand nombre de personnes dans notre communauté et notre région, en particulier les nouveaux utilisateurs ou les utilisateurs occasionnels, découvrir et utiliser notre système de parcs, et ce faisant, de créer une affinité pour les parcs et un sentiment de valeur pour l’environnement naturel. Le principe était que les personnes qui n’utilisent pas un service ou une installation ont moins de valeur que celles qui le font. Nous avons encouragé les résidents à s’exposer davantage à la nature au niveau local et à accorder ainsi une plus grande valeur aux parcs et à l’environnement naturel. Notre campagne multimédia d’été (radio, télévision, médias sociaux, web, presse écrite) avait pour thème principal la réduction du temps passé devant l’écran et l’augmentation du temps passé à l’extérieur dans l’environnement naturel local et montrait que passer du temps à l’extérieur présente de nombreux avantages, de la santé mentale et physique personnelle à la santé environnementale. Bien que cela soit assez évident pour ceux d’entre nous qui travaillent dans ce domaine, de nombreux habitants ont réagi très positivement à la campagne. Ce thème est devenu d’autant plus pertinent que la pandémie COVID 19 se poursuit. Nous présenterons des échantillons de la campagne et des données de suivi.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version).

Exploring Barriers and Accessibility for Mobility-related Disabilities in BC Parks

Pre-summit material, Towards Reconciliation: 10 Calls to Action to Natural Scientists Working in Canadian Protected Areas

The following is preliminary content for a session at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit, submitted by Craig Paulson with BC Parks and Lorraine Copas with the Social Planning and Research Council of BC.

Ce qui suit est le contenu préliminaire d’une session du Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021, soumis par Craig Paulson avec BC Parks et Lorraine Copas avec le Social Planning and Research Council of BC.

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

In 2017, BC Parks partnered with the Social Planning and Research Council of BC to disseminate surveys to people who receive the Disability Parking Permit. The survey asked people with mobility-related disabilities about their experiences in BC Parks so we could learn ways to increase their participation in Parks experiences. The survey results taught us more than we expected. We learned that the majority of respondents not only face personal barriers in accessing recreation opportunities – such as cost, access to mobility devices, transportation and social networks – but that BC Parks and other recreation opportunities are consistently inaccessible to visitors with mobility-related disabilities. Our presentation is focused primarily on sharing research findings from the survey and will include two parts. First, the recorded portion will include a recorded zoom conversation between Craig and Lorraine where they will share how the research project came together what some of the findings were. In the live portion of the presentation, they will share their tips about how park agencies can do community-based research on accessibility and integrate research findings into facility and program planning.

ABSTRACT

En 2017, BC Parks s’est associé au Social Planning and Research Council of BC pour diffuser des enquêtes aux personnes qui reçoivent le permis de stationnement pour handicapés. L’enquête demandait aux personnes ayant un handicap lié à la mobilité de parler de leurs expériences à BC Parks afin que nous puissions apprendre des moyens d’accroître leur participation aux expériences de Parks. Les résultats de l’enquête nous ont appris plus que ce que nous attendions. Nous avons appris que la majorité des répondants se heurtent non seulement à des obstacles personnels pour accéder aux possibilités de loisirs – tels que le coût, l’accès aux appareils de mobilité, le transport et les réseaux sociaux – mais aussi que BC Parks et d’autres possibilités de loisirs sont systématiquement inaccessibles aux visiteurs souffrant de handicaps liés à la mobilité. Notre présentation est principalement axée sur le partage des résultats de l’enquête et comprendra deux parties. Tout d’abord, la partie enregistrée comprendra une conversation enregistrée en zoom entre Craig et Lorraine, où ils partageront comment le projet de recherche a abouti à certaines des conclusions. Dans la partie en direct de la présentation, ils partageront leurs conseils sur la manière dont les agences du parc peuvent effectuer des recherches communautaires sur l’accessibilité et intégrer les résultats de la recherche dans la planification des installations et des programmes.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version).

Re-Centering the Sacred in Relationship to Co-Management and Parks

Pre-summit material, Towards Reconciliation: 10 Calls to Action to Natural Scientists Working in Canadian Protected Areas

The following is preliminary content for a session at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit, submitted by Chantelle Spicer with Simon Fraser University. Click the image below to view content.

Ce qui suit est le contenu préliminaire d’une session du Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021, présenté par Chantelle Spicer de l’Université Simon Fraser. Cliquez sur l’image ci-dessous pour voir le contenu.

Click to view.

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

The presentation will be based on my masters research with Snuneymuxw First Nation and Saysutshun (or Newcastle Island Provincial Marine Park in BC). Ultimately what the project argues is that what is happening in co-management cannot be the only way forward for “reconciliation” or national self-determination for Indigenous peoples. What has been observed through fieldwork, which included interviews with citizens of Snuneymuxw and much time with the island itself is that too much of the current co-management agreement is controlled by a colonial heart. If these relationships are to meet the needs of the nation in attaining self-determination, much needs to be done to to transform what is at the heart of these agreements to include Indigenous and place-specific processes. This project drew on a diversity of Indigenous research methodologies and anthropological theory.

ABSTRACT

La présentation sera basée sur mes recherches de maîtrise avec la Première nation Snuneymuxw et Saysutshun (ou le parc marin provincial de Newcastle Island en Colombie-Britannique). En fin de compte, le projet soutient que ce qui se passe dans la cogestion ne peut pas être la seule façon d’avancer vers la “réconciliation” ou l’autodétermination nationale des peuples autochtones. Ce qui a été observé sur le terrain, avec des entretiens avec des citoyens snuneymuxw et beaucoup de temps passé sur l’île elle-même, c’est qu’une trop grande partie de l’accord de cogestion actuel est contrôlée par un cœur colonial. Si ces relations doivent répondre aux besoins de la nation pour atteindre l’autodétermination, il faut faire beaucoup pour transformer ce qui est au cœur de ces accords afin d’y inclure des processus indigènes et spécifiques au lieu. Ce projet s’est appuyé sur une diversité de méthodologies de recherche indigènes et de théories anthropologiques.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version).

A dialogue on park and recreational facility access, quality, and policy to inform a pan-Canadian multi-sectoral population health study

Pre-summit material, Towards Reconciliation: 10 Calls to Action to Natural Scientists Working in Canadian Protected Areas

The following is preliminary content for a session at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit, submitted by Alexander Wray with Human Environments Analysis Lab at Western University.

Ce qui suit est le contenu préliminaire d’une session du Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021, soumis par Alexander Wray avec le laboratoire d’analyse des environnements humains de la Western University.

 

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

Parks and recreational facilities in the Canadian context are critically important to health and wellbeing as they typically provide opportunities to connect with nature, pursue recreational activities, and facilitate social connections for the entire population. The ParkSeek project through three distinct objectives aims to establish new datasets, tools, and communities of practice around the population health benefits of parks and recreational facilities. The first objective is to analyze the geographic accessibility of parks and recreational facilities to create a set of open-access measures. The second objective is to collect information about the quality of parks and recreational facilities from a culturally and regionally representative sample of park and recreational facility users in communities across Canada. The third objective is to develop a searchable database of strategic and operational policies, analyzed through a health equity lens, explicitly related to parks and recreation in Canada. This session will be used to promote dialogue between research summit participants to help inform the project’s activities. A breakout room and facilitated discussion format will be used to elicit perspectives from researchers, practitioners, and learners about the project’s objectives and research activities. Participants will be making foundational contributions to an important pan-Canadian research project on parks and recreational facilities.

ABSTRACT

Dans le contexte canadien, les parcs et les installations récréatives sont d’une importance capitale pour la santé et le bien-être, car ils offrent généralement des possibilités de se rapprocher de la nature, de pratiquer des activités récréatives et de faciliter les liens sociaux pour l’ensemble de la population. Le projet ParkSeek vise, à travers trois objectifs distincts, à établir de nouveaux ensembles de données, des outils et des communautés de pratique autour des avantages des parcs et des installations de loisirs pour la santé de la population. Le premier objectif est d’analyser l’accessibilité géographique des parcs et des installations de loisirs afin de créer un ensemble de mesures de libre accès. Le deuxième objectif est de recueillir des informations sur la qualité des parcs et des installations de loisirs auprès d’un échantillon culturellement et régionalement représentatif des utilisateurs de parcs et d’installations de loisirs dans les communautés du Canada. Le troisième objectif est de développer une base de données consultable des politiques stratégiques et opérationnelles, analysées sous l’angle de l’équité en matière de santé, explicitement liées aux parcs et aux loisirs au Canada. Cette session servira à promouvoir le dialogue entre les participants au sommet de la recherche afin de contribuer à informer les activités du projet. Une salle de réunion et un format de discussion facilitée seront utilisés pour obtenir les points de vue des chercheurs, des praticiens et des apprenants sur les objectifs du projet et les activités de recherche. Les participants apporteront une contribution fondamentale à un important projet de recherche pancanadien sur les parcs et les installations de loisirs.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version).

An adaptive management approach to ecosystem recovery – managing invasive species at Kejimkujik NP & NHS

Pre-summit material, Towards Reconciliation: 10 Calls to Action to Natural Scientists Working in Canadian Protected Areas

The following is preliminary content for a session at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit, submitted by Darrin Reid with Parks Canada – Kejimkujik National Park and National Historic Site.

Ce qui suit est le contenu préliminaire d’une session du Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021, présenté par Darrin Reid avec Parcs Canada, Parc national et lieu historique national de Kejimkujik.

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

Enhancing ecosystem recovery in a manner that engages and benefits society is the underlying principle of Parks Canada’s Conservation and Restoration Program (CoRe). Through this guiding principle, the CoRe Program is achieving the recovery of three ecosystems impacted by invasive species at Kejimkujik National Park and National Historic Site. Through open dialogue and collaboration with the Mi’kmaw of Nova Scotia, Kejimkujik is managing invasive species in its Coastal, Freshwater and Forest ecosystems. With evidence-based directed actions, Kejimkujik is coordinating and incorporating multi-disciplinary collaborative research, knowledge sharing and community engagement opportunities into an adaptive management approach. The invasive European green crab is well-established throughout the tidal estuaries found at Kejimkujik Seaside, and left unchecked, would re-engineer a coastal ecosystem functionally devoid of lush eelgrass beds and invertebrate life. By supporting local communities and researchers to find economic uses for green crab in the culinary, manufacturing and green economies, we are facilitating the diversification of markets for green crab and supporting a sustainable fishery for this invasive species. Chain pickerel and Small-mouth bass are threatening the functional diversity of Kejimkujik’s freshwater ecosystem with a high risk for native aquatic species including cascading impacts to species at risk and adjacent habitats. By building barriers to prevent further invasion, researching and understanding the fishes’ life history to improve management efficiency we are preventing entry of invasive fish into ecologically unique watersheds and keeping populations low to reduce the risk of expansion. The most recent invasive species to arrive in Kejimkujik is the Hemlock Woolly Adelgid, a tiny aphid-like insect that exclusively targets hemlock trees, threatening the very foundation of Acadian forest ecosystems. Actions to manage the threat include selective silviculture, predator sampling for biocontrol research, prioritized assessment of key old growth stands, and restoration activities like tree planting and herbivory control. Each project is at a different stage of completion, however, the issue of invasive species impacts to ecosystem function and diversity is not new to conservation practitioners and is one that climate change will likely exacerbate. Parks Canada will present the adaptive management approach underlying each of Kejimkujik’s CoRe projects, results to date and lessons learned, highlighting the collaborative work in each project with our Nova Scotia Mi’kmaw partners. By sharing and applying developed expertise in promoting standards of practice, catalyzing innovation and communicating results to Canadians on the issue of invasive species, these efforts have resulted in significant conservation gains

ABSTRACT

Améliorer le rétablissement des écosystèmes d’une manière qui engage et profite à la société est le principe sous-jacent du programme de conservation et de restauration (CoRe) de Parcs Canada. Grâce à ce principe directeur, le programme CoRe permet de rétablir trois écosystèmes touchés par des espèces envahissantes au parc national et lieu historique national Kejimkujik. Grâce à un dialogue ouvert et à une collaboration avec les Mi’kmaw de Nouvelle-Écosse, Kejimkujik gère les espèces envahissantes dans ses écosystèmes côtiers, d’eau douce et forestiers. Grâce à des actions dirigées basées sur des preuves, Kejimkujik coordonne et intègre des recherches collaboratives multidisciplinaires, le partage des connaissances et les possibilités d’engagement communautaire dans une approche de gestion adaptative. Le crabe vert européen, espèce envahissante, est bien établi dans tous les estuaires à marée de Kejimkujik Bord de mer et, s’il n’est pas maîtrisé, il réorganisera un écosystème côtier fonctionnellement dépourvu de luxuriantes zostères et de vie invertébrée. En aidant les communautés locales et les chercheurs à trouver des utilisations économiques pour le crabe vert dans les domaines culinaire, manufacturier et de l’économie verte, nous facilitons la diversification des marchés du crabe vert et soutenons une pêche durable de cette espèce envahissante. Le brochet maillé et l’achigan à petite bouche menacent la diversité fonctionnelle de l’écosystème d’eau douce de Kejimkujik, avec un risque élevé pour les espèces aquatiques indigènes, notamment des impacts en cascade sur les espèces en péril et les habitats adjacents. En construisant des barrières pour empêcher d’autres invasions, en faisant des recherches et en comprenant le cycle de vie des poissons pour améliorer l’efficacité de la gestion, nous empêchons l’entrée de poissons envahissants dans des bassins hydrographiques uniques sur le plan écologique et nous maintenons les populations à un faible niveau pour réduire le risque d’expansion. L’espèce envahissante la plus récente à arriver à Kejimkujik est le puceron lanigère de la pruche, un minuscule insecte ressemblant à un puceron qui s’attaque exclusivement aux arbres de la pruche, menaçant ainsi le fondement même des écosystèmes forestiers acadiens. Les mesures visant à gérer cette menace comprennent la sylviculture sélective, l’échantillonnage des prédateurs pour la recherche sur le biocontrôle, l’évaluation prioritaire des principaux peuplements anciens et les activités de restauration comme la plantation d’arbres et la lutte contre les herbivores. Chaque projet est à un stade d’avancement différent, cependant, la question des impacts des espèces envahissantes sur la fonction et la diversité des écosystèmes n’est pas nouvelle pour les praticiens de la conservation et est un problème que le changement climatique va probablement exacerber. Parcs Canada présentera l’approche de gestion adaptative qui sous-tend chacun des projets CoRe de Kejimkujik, les résultats obtenus à ce jour et les leçons apprises, en soulignant le travail de collaboration dans chaque projet avec nos partenaires Mi’kmaw de Nouvelle-Écosse. En partageant et en appliquant l’expertise développée dans la promotion des normes de pratique, en catalysant l’innovation et en communiquant les résultats aux Canadiens sur la question des espèces envahissantes, ces efforts ont permis de réaliser des gains importants en matière de conservation.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version).

Managing Human Use in Canada’s National Parks – Defining a way forward

Pre-summit material, Towards Reconciliation: 10 Calls to Action to Natural Scientists Working in Canadian Protected Areas

The following is preliminary content for a session at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit, submitted by Dr. Sarah Elmeligi with Canadian Parks and Wilderness Society – Southern Alberta Chapter.

Ce qui suit est le contenu préliminaire d’une session du Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021, présenté par Dr. Sarah Elmeligi avec la Société pour la nature et les parcs du Canada – section du sud de l’Alberta.

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

As visitation to some of Canada’s most popular National Parks increases, the impacts of “over-tourism” are becoming more acute and intense. Various ecological impacts of high visitation include the spread of invasive species, increased erosion and alteration of water flow patterns, increased risk of human-wildlife conflict, and displacement of sensitive species from critical habitats. The social impact of over-tourism includes increased crowding, visitor expectations not being met, and other impacts to the overall visitor experience, and potential impacts to the visitor experience. Throughout the years, Parks Canada has implemented various management actions to address visitor use at popular sites, such as shuttle buses, backcountry trail reservation systems, and encouraging visitation in shoulder seasons. Yet, these efforts have not been placed into a larger landscape strategic plan. The United States and Australia have also developed programs to strategically manage visitor use. Reviewing these approaches, we identified some commonalities. A successful visitor use management framework requires robust human use data and social science to understand levels of visitation, where people go, and what forms of recreation they participate in. Social science can also generate an understanding of visitor expectations and motivations to visit a park, which can shape management programs. Well supported visitor use management strategies engage with stakeholders throughout the process. All frameworks acknowledge that data gaps exist in our understanding of park ecological, social, and cultural values; these data gaps may be addressed as part of a framework that starts by creating visitor use objectives and goals. A robust visitor use management framework also requires monitoring programs within the context of adaptive management. This last component helps fill data gaps, facilitates experimenting with management options, and allows flexibility to continually refine management strategies to have the greatest positive effect on the park experience and its ecological attributes. Implementing a visitor use management strategy for any park is a massive effort requiring successful collaboration with external stakeholders, park managers, and the Canadian public. Finding solutions to these complex problems inherently involves the need to try new things, develop new and meaningful relationships, and reassess objectives regarding the visitor experience.

CPAWS Southern Alberta has proposed a step-by-step process that engages with stakeholders and results in a visitor use management strategy for landscape units in the Rocky Mountain National Parks:

1. Identify the Landscape Management Unit objectives and evaluation subjects relevant to visitor impacts on natural values

2. Prioritize natural assets and threats

3. Select indicators and establish thresholds

4. Establish management strategies

5. Implement, monitor, evaluate, and adjust

Putting existing management efforts into the context of an overarching strategy across a larger landscape can help increase management effectiveness in addressing multiple ecological, social, and cultural objectives. CPAWS will provide a brief overview of our proposed process and engage protected area managers in a discussion around how best to work collaboratively with stakeholders to address this complex issue.

ABSTRACT

Avec l’augmentation de la fréquentation de certains des parcs nationaux les plus populaires du Canada, les conséquences du “sur-tourisme” se font sentir de manière plus aiguë et plus intense. Parmi les divers impacts écologiques d’une forte fréquentation, on peut citer la propagation d’espèces envahissantes, l’augmentation de l’érosion et la modification des schémas d’écoulement des eaux, le risque accru de conflit entre l’homme et la faune sauvage et le déplacement d’espèces sensibles des habitats essentiels. L’impact social du sur-tourisme comprend l’augmentation de l’affluence, la non-satisfaction des attentes des visiteurs et d’autres impacts sur l’expérience globale du visiteur, ainsi que des impacts potentiels sur l’expérience du visiteur. Au fil des ans, Parcs Canada a mis en œuvre diverses mesures de gestion pour répondre à l’utilisation des visiteurs sur les sites populaires, comme les navettes, les systèmes de réservation de sentiers dans l’arrière-pays et l’encouragement de la fréquentation pendant les saisons intermédiaires. Cependant, ces efforts n’ont pas été intégrés dans un plan stratégique plus vaste concernant le paysage. Les États-Unis et l’Australie ont également développé des programmes pour gérer stratégiquement l’utilisation des visiteurs. En examinant ces approches, nous avons identifié certains points communs. Un cadre de gestion réussie de l’utilisation des visiteurs nécessite de solides données sur l’utilisation humaine et les sciences sociales pour comprendre les niveaux de fréquentation, les endroits où les gens vont et les formes de loisirs auxquelles ils participent. Les sciences sociales peuvent également permettre de comprendre les attentes et les motivations des visiteurs à visiter un parc, ce qui peut influencer les programmes de gestion. Des stratégies de gestion de l’utilisation des visiteurs bien étayées engagent les parties prenantes tout au long du processus. Tous les cadres reconnaissent qu’il existe des lacunes dans la compréhension des valeurs écologiques, sociales et culturelles des parcs ; ces lacunes peuvent être comblées dans un cadre qui commence par la création d’objectifs et de buts pour l’utilisation des visiteurs. Un cadre solide de gestion de l’utilisation des visiteurs nécessite également des programmes de surveillance dans le contexte de la gestion adaptative. Ce dernier élément permet de combler les lacunes des données, facilite l’expérimentation des options de gestion et permet une flexibilité pour affiner continuellement les stratégies de gestion afin d’avoir le plus grand effet positif possible sur l’expérience du parc et ses attributs écologiques. La mise en œuvre d’une stratégie de gestion de l’utilisation des visiteurs pour tout parc est un effort massif qui nécessite une collaboration fructueuse avec les parties prenantes externes, les gestionnaires du parc et le public canadien. Pour trouver des solutions à ces problèmes complexes, il est nécessaire d’essayer de nouvelles choses, de développer des relations nouvelles et significatives et de réévaluer les objectifs concernant l’expérience du visiteur.

CPAWS Southern Alberta a proposé un processus étape par étape qui engage les parties prenantes et aboutit à une stratégie de gestion de l’utilisation des visiteurs pour les unités de paysage dans les parcs nationaux des Rocheuses :

1. Identifier les objectifs de l’unité de gestion du paysage et les sujets d’évaluation pertinents aux impacts des visiteurs sur les valeurs naturelles

2. Donner la priorité aux biens et menaces naturels

3. Sélectionner des indicateurs et établir des seuils

4. Établir des stratégies de gestion

5. Mettre en œuvre, suivre, évaluer et ajuster

En plaçant les efforts de gestion existants dans le contexte d’une stratégie globale à l’échelle d’un paysage plus vaste, on peut contribuer à accroître l’efficacité de la gestion pour atteindre de multiples objectifs écologiques, sociaux et culturels. La SNAP fournira un bref aperçu du processus que nous proposons et engagera les gestionnaires de zones protégées dans une discussion sur la meilleure façon de travailler en collaboration avec les parties prenantes pour aborder cette question complexe.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version).

Scanning the Horizon – Emerging Issues for Parks and Protected Areas in Canada

Pre-summit material, Towards Reconciliation: 10 Calls to Action to Natural Scientists Working in Canadian Protected Areas

The following is preliminary content for a session at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit, submitted by Dr. Sabine Dietz, Office of the Chief Ecosystem Scientist with Parks Canada.

Ce qui suit est le contenu préliminaire d’une session du Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021, soumis par le Dr. Sabine Dietz, Bureau du scientifique en chef des écosystèmes de Parcs Canada.

 

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

Parks Canada is collaborating with the Canadian Parks Collective for Innovation and Leadership (CPCIL) in conducting a Horizon Scan. Using the Horizon Scan methodology (e.g., see Sutherland 2020 to learn more), the scan is identifying emerging issues with the potential to affect ecosystems and ecosystem services in protected areas across Canada. The Scan will be completed by the end of February. The session will include a 15-min video about the completed process, as well as an interactive mini horizon scan.

ABSTRACT

Parcs Canada collabore avec le Collectif canadien pour l’innovation et le leadership dans les parcs (CPCIL) pour mener une analyse d’horizon. En utilisant la méthodologie de l’analyse d’horizon (par exemple, voir Sutherland 2020 pour en savoir plus), l’analyse identifie les nouveaux problèmes susceptibles d’affecter les écosystèmes et les services écosystémiques dans les zones protégées du Canada. L’analyse sera terminée d’ici la fin du mois de février. La session comprendra une vidéo de 15 minutes sur le processus achevé, ainsi qu’un mini-balayage interactif de l’horizon.

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version).

Coastal restoration of the beach at Cap-des-Rosiers, Forillon National Park

Pre-summit material, Towards Reconciliation: 10 Calls to Action to Natural Scientists Working in Canadian Protected Areas

Ce qui suit est le contenu préliminaire d’une session du Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021, présenté par Daniel Sigouin avec Parc national Forillon.

The following is preliminary content for a session at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit, submitted by Daniel Sigouin with Forillon National Park. 

 

 

 

ABSTRACT

(English below)

Figurant parmi les projets d’adaptation les plus impressionnants jamais réalisés par Parcs Canada, le projet de restauration de la plage de Cap-des-Rosiers au parc national Forillon est une réponse au phénomène d’érosion côtière et aux événements de tempàutes extràumes récurrents issus des changements climatiques. Dans le but de restaurer la dynamique naturelle de l’écosystème côtier et préserver les sites de fraie des poissons-proies, Parcs Canada a procédé au retrait d’un enrochement de protection, au démantèlement d’un tronàon routier et à la restauration d’une plage sur près de 1,7 km. L’implantation historique d’infrastructures dans une zone à risque et l’empiètement de ces infrastructures sur une zone naturelle très dynamique ont accentué la perte d’habitat côtier dans le secteur, la vulnérabilité des sites de fraie du capelan, en plus de menacer l’intégrité écologique d’un milieu humide, de contribuer à la détérioration d’un site de sépulture et de constituer un enjeu majeur de gestion des infrastructures. Les travaux ont nécessité le retrait d’un enrochement, la restauration d’une plage, la relocalisation d’un tronàon routier et d’un monument commémoratif. Des suivis permettent de documenter l’utilisation de l’habitat par le capelan et évaluer la réaction du milieu côtier. Les résultats observés jusqu’à maintenant dépassent les attentes pour ce projet d’une envergure inégalée. Depuis 2016, les sites de fraie du capelan sont en croissance et le profil de la plage se stabilise déjà . Aujourd’hui plus résiliente aux événements de tempàutes extràumes, la plage de Cap-des-Rosiers est à nouveau un habitat riche en matière de biodiversité et témoigne d’un pan important de l’histoire de la région. La session débuterait par une présentation du projet et des raisons ayant conduit à sa réalisation, mais également des leàons apprises lors de la mise en Å“uvre d’un projet d’une telle envergure. Au cours de la session, nous comptons discuter avec les participants du rôle de leader que les aires protégées peuvent avoir dans la réalisation de projet de restauration durable en lien avec les changements climatiques ainsi que des possibilités d’exportation des connaissances et expériences acquises aux communautés canadiennes. Nous comptons également aborder le sujet des suivis à court et long terme des projets de restaurations et des enjeux auxquels nous faisons face à cet égard.

ABSTRACT

One of the most impressive adaptation projects ever carried out by Parks Canada, the Cap-des-Rosiers beach restoration project at Forillon National Park is a response to the phenomenon of coastal erosion and recurring extreme storm events resulting from climate change. In order to restore the natural dynamics of the coastal ecosystem and preserve prey fish spawning sites, Parks Canada has removed protective riprap, dismantled a stretch of road and restored a beach over nearly 1.7 km. The historical location of infrastructures in a high-risk zone and the encroachment of these infrastructures on a very dynamic natural area have accentuated the loss of coastal habitat in the sector, the vulnerability of capelin spawning sites, in addition to threatening the ecological integrity of a wetland, contributing to the deterioration of a burial site and constituting a major infrastructure management issue. The work required the removal of riprap, the restoration of a beach, the relocation of a stretch of road and a commemorative monument. Monitoring is used to document the use of the habitat by capelin and to evaluate the reaction of the coastal environment. The results observed to date have exceeded expectations for this project of unprecedented scope. Since 2016, capelin spawning sites are growing and the beach profile is already stabilizing. Now more resilient to extreme storm events, Cap-des-Rosiers beach is once again a habitat rich in biodiversity and bears witness to an important part of the region’s history. The session would begin with a presentation of the project and the reasons that led to its realization, but also of the lessons learned during the implementation of such a large-scale project. During the session, we intend to discuss with participants the leadership role that protected areas can play in the implementation of sustainable restoration projects related to climate change and the opportunities to export the knowledge and experience gained to Canadian communities. We will also discuss the short and long term monitoring of restoration projects and the issues we face in this regard.

Modélisation multi-agent de la navigation de plaisance visant à réduire les impacts envers les bélugas du St. Laurent​

eMedia presentation for CPCIL Virtual Research Summit

Voici une présentation ePoster/eMedia au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021 par Camille Kowalski de l’Université de du Québec en Outaouais, département des sciences naturelles. Cliquez sur l’image ci-dessous pour l’agrandir.

The following was an ePoster/eMedia submission to the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit by Camille Kowalski of the University of Quebec in Outaouais, Department of Natural Sciences. Click on the image below to enlarge.

ABSTRACT

(English below)

Mon projet consiste à modéliser la navigation de plaisance du Saguenay St. Laurent (SSL) afin de compléter un outil d’aide à la gestion de ce système socio-écologique (3MTSim : un simulateur représentant les mouvements des bélugas et des quatre espèces de grands rorquals les plus fréquents dans la région ainsi que les différents segments de la navigation). En ajoutant le modèle multi-agent représentant les comportements des plaisanciers à 3MTSim, le simulateur fournira une vision complète du système et les impacts liés aux différents segments de la navigation (notamment acoustiques) pourront àutre évalués. Enfin, des scénarios visant à atténuer ces impacts, telle que la mise en place d’aires marines protégées, pourront àutre testés. En effet, ce milieu abrite la population résidente des belugas du St. Laurent, classée en voie de disparition. De plus, les activités de plaisance dans l’habitat du béluga sont peu documentées en comparaison des autres segments de la navigation.

Une étude publiée en 2014 met en lumière une corrélation positive entre le niveau d’activités de plaisance et la mortalité chez les veaux (le pic des activités de plaisance dans l’habitat essentiel du béluga du Saint-Laurent étant pendant la saison estivale (juillet-aout), période à laquelle les femelles belugas mettent bas et prennent soin des nouveau-nés). Ces constats ainsi que de nombreuses observations effectuées sur le terrain mettent en lumière le besoin d’approfondir les connaissances quant aux impacts de la navigation de plaisance sur la population de bélugas dans le SSL.

La objectifs spécifiques du projet :

Objectif 1 : conceptualisation du modèle multi-agent
Objectif 2 : détermination des archétypes de plaisanciers
Objectif 3 : identification des impacts acoustiques liés aux interactions bélugas – plaisanciers dans les aires de haute résidence
Objectif 4 : paramétrisation et validation du modèle multi-agent / intégration du modèle multi-agent à 3MTSim / simulations.

Pour se faire différentes méthodes seront utilisées afin de collecter des données en plus de celles étant déjà disponibles, notamment le développement d’un jeu sérieux (permettant aux participants plaisanciers de « naviguer » virtuellement sur le SSL), des observations terrestres (menées lors des saisons estivales à l’aide d’un théodolite et de jumelles sur trépied) ainsi qu’un appel à la participation volontaire des plaisanciers du SSL (collecte de trajectoires via application mobile de géolocalisation, un site internet a été créé afin d’expliquer la marche à suivre pour les personnes désirant participer). Finalement, le projet contribuera à la mise en Å“uvre des plans d’actions visant à réduire l’exposition des bélugas au bruit sous-marin, à travers l’apport de nouvelles informations concernant la navigation de plaisance du SSL.

ABSTRACT

My project consists of modeling the recreational boating of the Saguenay St. Lawrence (SSL) in order to complete a tool to help manage this socio-ecological system (3MTSim: a simulator representing the movements of beluga whales and the four species of large whales most frequent in the region as well as the different segments of the navigation). By adding the multi-agent model representing the behaviours of recreational boaters to 3MTSim, the simulator will provide a complete vision of the system and the impacts related to the different segments of navigation (notably acoustic) can be evaluated. Finally, scenarios aimed at mitigating these impacts, such as the establishment of marine protected areas, can also be tested. Indeed, this environment is home to the resident St. Lawrence beluga whale population, which is classified as endangered. In addition, recreational activities in beluga whale habitat are poorly documented compared to other segments of the shipping industry.

A study published in 2014 highlights a positive correlation between the level of recreational activities and calf mortality (the peak of recreational activities in critical St. Lawrence beluga whale habitat being during the summer season (July-August), when female beluga whales give birth and care for newborn calves). These findings, as well as numerous observations made in the field, highlight the need to increase our knowledge of the impacts of recreational boating on the beluga whale population in the SSL.

The specific objectives of the project :

Objective 1: Conceptualization of the multi-agent model
Objective 2: Determination of boater archetypes
Objective 3: Identification of acoustic impacts related to beluga-beluga interactions with boaters in areas of high residence
Objective 4: parameterization and validation of the multi-agent model / integration of the multi-agent model to 3MTSim / simulations.

Different methods will be used to collect data in addition to those already available, including the development of a serious game (allowing boaters participants to “navigate” virtually on the SSL), land observations (conducted during the summer seasons using a theodolite and binoculars on tripods) and a call for voluntary participation of SSL boaters (collection of trajectories via mobile geolocation application, a website has been created to explain the steps to follow for those wishing to participate). Finally, the project will contribute to the implementation of action plans aimed at reducing the exposure of belugas to underwater noise, through the provision of new information concerning the boating activities of the SSL.

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version).