Skip to content

Advancing Biocultural Diversity in Protected Areas: Lessons From UNESCO Biosphere Reserves/Regions

Advancing Biocultural Diversity in Protected Areas: Lessons From UNESCO Biosphere Reserves/Regions

← All Topics

The above was presented at the February 22 – 25, 2022 Research eSummit.

Ce qui précède a été présenté au eSommet de Recherche du 22 au 25 février 2022.

(résumé et vidéo en français ci-dessous)

ABSTRACT

Historical practices of relying on parks and protected areas alone to protect biodiversity are inadequate to the global task of sustaining critical ecosystem services and processes that underpin human development. They are also inequitable, largely ignoring the rights and longstanding systems of experiential knowledge of local and Indigenous peoples, often driving the disruption traditional management and governance, and displacing Indigenous Peoples. In Canada, we are called to act differently to meet our obligations under the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples and the 94 Calls to Action of the Truth and Reconciliation Commission. Global and national efforts to protect biodiversity, therefore, require narratives, practices and models for stewardship that consider people in and for nature, rather than separate from nature.

This is not a new argument, but often those who are situated within a conventional model of parks and protected areas are not sure of the practices that might be most likely to succeed. New conservation narratives that include people directly in stewardship require practical options if they are to contribute meaningfully to the post-2020 Global Biodiversity Framework. Practice-based options have long been tested in UNESCO’s World Network of Biosphere Reserves/Regions. This network was established under the Man and Biosphere (MAB) Programme of UNESCO in 1971, with the first Biosphere Reserves designated in 1976. Today, there are 727 Biosphere Reserves in 131 countries. Canada uses the term Biosphere Regions. Canada currently boasts 19 Biosphere Regions, with the most recent one being designated in September 2021.

I have conducted research with practitioners in Biosphere Regions for 20 years. In this talk, I share some key lessons learned from UNESCO’s World Network of Biosphere Reserves/Regions, with specific reference to experiences in Canadian Biosphere Regions. These lessons are rooted in a philosophy of eco-social peace and conservation of biocultural diversity. They offer practical advice for engaging in conservation with equity; embracing diverse governance approaches that support innovation with context-specific action; networking for cross-cultural learning; balancing learning with compliance, and building capacity for adaptive governance and management.

In this presentation, I will briefly explain the philosophy and approach of Biosphere Regions, explaining how they are connected directly to national parks through their mandate and designations. I will then provide practical examples of each of the lessons listed above. I will supplement my presentation with video clips from practitioners and knowledge holders in Biosphere Regions who explain how they have addressed specific challenges and will encourage discussion in the latter part of the presentation by posing strategic questions for discussion and debate.

ABSTRACT

Les pratiques historiques consistant à s’appuyer uniquement sur les parcs et les zones protégées pour protéger la biodiversité ne sont pas adaptées à la tâche globale de maintien des services et processus écosystémiques essentiels qui sous-tendent le développement humain. Elles sont également inéquitables, ignorant largement les droits et les systèmes de connaissances expérientielles de longue date des populations locales et autochtones, entraînant souvent la perturbation de la gestion et de la gouvernance traditionnelles, et déplaçant les populations autochtones. Au Canada, nous sommes appelés à agir différemment pour respecter nos obligations en vertu de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones et des 94 appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation. Les efforts mondiaux et nationaux visant à protéger la biodiversité nécessitent donc des récits, des pratiques et des modèles d’intendance qui considèrent les gens dans et pour la nature, plutôt que séparés de la nature.

Cet argument n’est pas nouveau, mais souvent, ceux qui se situent dans un modèle conventionnel de parcs et de zones protégées ne sont pas sûrs des pratiques qui ont le plus de chances de réussir. Les nouveaux récits de conservation qui incluent les gens directement dans l’intendance nécessitent des options pratiques s’ils veulent contribuer de manière significative au Cadre mondial pour la biodiversité post-2020. Les options pratiques sont testées depuis longtemps dans le Réseau mondial des réserves/régions de biosphère de l’UNESCO. Ce réseau a été créé dans le cadre du Programme sur l’homme et la biosphère (MAB) de l’UNESCO en 1971, et les premières réserves de biosphère ont été désignées en 1976. Aujourd’hui, on compte 727 réserves de la biosphère dans 131 pays. Le Canada utilise le terme ” régions de la biosphère “. Le Canada compte actuellement 19 régions de la biosphère, la plus récente ayant été désignée en septembre 2021.

J’ai mené des recherches avec des praticiens dans les régions de la biosphère pendant 20 ans. Dans cette conférence, je partage certaines leçons clés tirées du Réseau mondial des réserves/régions de la biosphère de l’UNESCO, avec une référence spécifique aux expériences des régions de la biosphère canadiennes. Ces leçons sont ancrées dans une philosophie de paix éco-sociale et de conservation de la diversité bioculturelle. Elles offrent des conseils pratiques pour s’engager dans la conservation avec équité ; embrasser diverses approches de gouvernance qui soutiennent l’innovation avec des actions spécifiques au contexte ; le réseautage pour l’apprentissage interculturel ; l’équilibre entre l’apprentissage et la conformité, et le renforcement des capacités pour une gouvernance et une gestion adaptatives.

Dans cette présentation, j’exposerai brièvement la philosophie et l’approche des régions de biosphère, en expliquant comment elles sont directement liées aux parcs nationaux par leur mandat et leurs désignations. Je fournirai ensuite des exemples pratiques de chacun des enseignements énumérés ci-dessus. Je compléterai ma présentation par des clips vidéo de praticiens et de détenteurs de connaissances dans les régions de biosphère qui expliquent comment ils ont relevé des défis spécifiques et j’encouragerai la discussion dans la dernière partie de la présentation en posant des questions stratégiques pour la discussion et le débat.

Was this article helpful?
How can we improve this article?
Please submit the reason for your vote so that we can improve the article.