Skip to content

Monitoring Ecosystems in the Mingan Archipelago National Park Reserve by Remote Sensing

Monitoring Ecosystems in the Mingan Archipelago National Park Reserve by Remote Sensing

← All Topics

The above was presented at the the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

Remote sensing can make an important contribution to monitoring changes in protected areas. Although field data remains the most common method of collecting biodiversity information, remote sensing data has enormous potential for obtaining data over a large area, in a short period of time, and when the land is difficult to access. This presentation aims to demonstrate the potential of remote sensing from aerial and satellite imagery in protected areas for baseline condition determination, habitat mapping, and assessment of changing environmental conditions. In the Mingan Archipelago National Park Reserve, the availability of a series of high-resolution aerial photos obtained at regular intervals since 1967 provides continuity that makes it possible to monitor the evolution of forest habitats subject to natural disturbances (e.g. windfall, cormorants, spruce budworm), the dynamics of the coastlines and the evolution of vegetation in the maritime tundra, in ecosystems that are sensitive to local climatic and biophysical conditions. From Lidar surveys, it is possible to generate precise and detailed information on landscape structure. Satellite images, meanwhile, are an important source of data for the rapid detection of large-scale changes. We will also present the issues and challenges related to the acquisition of such data that can limit the efficient use of this resource. Collaborations that promote access to remote sensing expertise and targeted products will be beneficial in realizing the full potential of remote sensing in protected areas.

ABSTRACT

La télédétection permet de contribuer de manière importante à  la surveillance des changements qui se produisent dans les aires protégées. Bien que les données terrains demeurent la méthode la plus commune de recueillir l’information sur la biodiversité, les données de télédétection offrent un potentiel énorme permettant l’obtention de données sur une grande superficie, en une courte période de temps, et lorsque le territoire y est difficile d’accès. Cette présentation vise à  démontrer le potentiel de la télédétection par imagerie aérienne et satellitaire dans les aires protégées à  des fins d’établissement des conditions de référence, de cartographie des habitats, et d’évaluation des changements de condition des milieux. Dans la réserve de parc national de l’Archipel-de-Mingan, la disponibilité d’une série de photos aériennes à  haute résolution obtenue à  intervalles réguliers depuis 1967 offre une continuité qui permet de suivre l’évolution des habitats forestiers soumis aux perturbations naturelles (ex : chablis, cormorans, tordeuse des bourgeons de l’épinette), la dynamique des cà´tes et l’évolution de la végétation dans la toundra maritime, dans des écosystèmes sensibles aux conditions climatiques et biophysiques locales. à€ partir des relevés Lidar, il est possible de générer de l’information précise et détaillée sur la structure du paysage. Les images satellitaires, quant à  elles, constituent une source de données importante permettant la détection rapide de changements à  grande échelle. Nous présenterons également les enjeux et défis liés à  l’acquisition de telles données qui peuvent limiter l’utilisation efficace de cette ressource. Des collaborations favorisant l’accès à  une expertise en télédétection et à  l’obtention de produits ciblés seront bénéfiques pour réaliser le plein potentiel de la télédétection dans les aires protégées.

Was this article helpful?
How can we improve this article?
Please submit the reason for your vote so that we can improve the article.