Canada’s Conserved Areas: Canadian Environmental Sustainability Indicators

2019 Canada Conserved Areas

Guiding Document

Well-managed conserved areas help preserve species and their habitats for present and future generations by reducing direct human development stresses. Conserved areas play a vital role in conserving Canada’s nature. They also provide opportunities for people to connect with nature. The indicators track the amount and proportion of area conserved in Canada.

2019 Canada Conserved Areas
Go to website.

Enhancing Canada’s Climate Change Ambition with Natural Climate Solutions

Enhancing Canada's Climate Change Ambitions with Natural Climate Solutions report

Guiding Document

This report provides 5 recommendations for Canada to enhance its climate change ambitions in the short-term (i.e. to 2030) using Natural Climate Solutions. The most effective short term action is to protect intact carbon-dense/high biodiversity ecosystems, including primary forests, grasslands, eelgrass beds and saltmarshes. Canada is one of the few countries in the world that still has enough intact ecosystems to achieve this.

Enhancing Canada's Climate Change Ambitions with Natural Climate Solutions report
Go to report.

Democratization of Spatial Planning for Conservation Under Climate Change

The above was presented at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

The impacts of climate change have already been felt in British Columbia, are expected to intensify in future, and pose an unprecedented risk to the natural environment and socio-economic systems that depend on it. We describe a collaboration of the British Columbia Parks Foundation (BCPF), Canadian Parks and Wilderness Society (CPAWS), Nature Trust British Columbia (NTBC), and Universities of BC and Northern BC to deliver a web-based tool that can facilitate climate-informed systematic conservation planning, and which will become accessible to all NGO, government, and private institutions and individuals in BC. CAP-BC (Climate Adaptive Planning BC) is a web-based, graphical user interface that employs well-accepted planning principles, advanced species and climate velocity mapping, and land cover and human footprint data, to find near-optimal solutions to a wide range of problems in conservation prioritization. In this presentation, we show how BCPF’s desire to identify climate refuges and corridors, CPAWS’ desire to conserve biodiverse regions and rare, large and wide-ranging species, and NTBC’s desire to acquire land with of high conservation value can be advanced under climate-related uncertainty. We use then these results as a means to invite input on the additional feature layers and capabilities desired by other potential users. CAP-BC is the first spatial optimization tool capable of prioritizing land for conservation under climate change across BC, based on its predicted resilience to climate change, value as a climate refuge, and role in facilitating species movement and dispersal at the landscape-scales.

ABSTRACT

Les impacts du changement climatique ont déjà été ressentis en Colombie-Britannique, devraient s’intensifier à l’avenir et poser un risque sans précédent pour l’environnement naturel et les systèmes socio-économiques qui en dépendent. Nous décrivons une collaboration entre la British Columbia Parks Foundation (BCPF), la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP), le Nature Trust British Columbia (NTBC) et les universités de la Colombie-Britannique et du Nord de la Colombie-Britannique pour fournir un outil en ligne qui peut faciliter la planification systématique de la conservation en fonction du climat, et qui sera accessible à toutes les ONG, au gouvernement, aux institutions privées et aux particuliers en Colombie-Britannique. CAP-BC (Climate Adaptive Planning BC) est une interface utilisateur graphique basée sur le Web qui utilise des principes de planification bien acceptés, une cartographie avancée des espèces et de la vélocité du climat, ainsi que des données sur la couverture du sol et l’empreinte humaine, pour trouver des solutions quasi-optimales à un large éventail de problèmes de priorisation de la conservation. Dans cette présentation, nous montrons comment le désir de la BCPF d’identifier des refuges et des corridors climatiques, le désir de la SNAP de conserver des régions biodiverses et des espèces rares, de grande taille et à large répartition, et le désir de la NTBC d’acquérir des terres à haute valeur de conservation peuvent être avancés dans un contexte d’incertitude liée au climat. Nous utilisons ensuite ces résultats comme un moyen de solliciter des commentaires sur les couches de caractéristiques et les capacités supplémentaires souhaitées par d’autres utilisateurs potentiels. CAP-BC est le premier outil d’optimisation spatiale capable de prioriser les terres à conserver dans le contexte du changement climatique en Colombie-Britannique, en fonction de leur résilience prévue au changement climatique, de leur valeur en tant que refuge climatique et de leur rôle dans la facilitation du mouvement et de la dispersion des espèces à l’échelle du paysage.

Climate-Informed Conservation Planning: Integrating Climate Refugia and Connectivity Into British Columbia’s Network of Protected Areas

The above was presented at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

As climate change continues to impact biodiversity worldwide, identifying conservation actions that are resilient to climatic shifts is increasingly imperative. Canada’s commitment to the Global Biodiversity Framework offers an opportunity to identify spatial priorities for achieving Canada’s biodiversity commitments that are also resilient to climate change. Within Canada, British Columbia’s diverse biogeoclimatic zones provide habitat to an extraordinary wealth of biodiversity. Climate-induced shifts in the distribution of climate zones for these ecosystems will require systematic conservation planning to ensure the long-term persistence of species and natural landscapes. Climate-change refugia (i.e., areas with high potential for species to persist in a changing climate) can serve as efficient conservation investments in this endeavour. For species with limited refugia options, spatial connectivity between locations of current and future habitat suitability will also facilitate species migration in response to shifting conditions.

The purpose of this project is to identify spatial locations of (a) vulnerabilities within the current protected areas network of British Columbia; and (b) priorities for conservation and management of natural landscapes within British Columbia under a range of future climate-change scenarios. This will involve the adaptation and implementation of existing continental- and provincial-scale frameworks for identifying areas that have potential to serve as refugia from climate change or corridors for species migration, including species at risk and species of cultural importance to Indigenous peoples. Outcomes of this work include the provision of practical guidance for protected areas network design and vulnerabilities identification under climate change, with application to other regions and jurisdictions. Project findings will shed light on the resiliency of the existing network of protected areas, other conservation designations, and modernized land use planning to better understand the risks to British Columbia’s biodiversity in our changing climate.

A key component of this endeavour is collaboration across Indigenous, governmental, non-governmental, and academic sectors. Our project partners include Environment and Climate Change Canada, Natural Resources Canada, BC Ministry of Environment and Climate Change Strategy, BC Parks, BC Ministry of Forests, Lands, Natural Resource Operations and Rural Development, the University of Alberta, and the Wilburforce Foundation.

ABSTRACT

Comme le changement climatique continue d’avoir un impact sur la biodiversité dans le monde entier, il est de plus en plus impératif d’identifier les mesures de conservation qui sont résilientes aux changements climatiques. L’engagement du Canada à l’égard du Cadre mondial pour la biodiversité offre l’occasion de déterminer les priorités spatiales qui permettront au Canada de respecter ses engagements en matière de biodiversité tout en étant résilient aux changements climatiques. Au Canada, les diverses zones biogéoclimatiques de la Colombie-Britannique abritent une biodiversité d’une richesse extraordinaire. Les changements induits par le climat dans la répartition des zones climatiques de ces écosystèmes nécessiteront une planification systématique de la conservation pour assurer la persistance à long terme des espèces et des paysages naturels. Les refuges pour le changement climatique (c’est-à-dire les zones présentant un potentiel élevé de persistance des espèces dans un climat changeant) peuvent constituer des investissements efficaces en matière de conservation dans cette entreprise. Pour les espèces dont les options de refuges sont limitées, la connectivité spatiale entre les lieux d’adéquation actuelle et future de l’habitat facilitera également la migration des espèces en réponse à des conditions changeantes.

Le but de ce projet est d’identifier les emplacements spatiaux (a) des vulnérabilités au sein du réseau actuel d’aires protégées de la Colombie-Britannique et (b) des priorités pour la conservation et la gestion des paysages naturels de la Colombie-Britannique dans le cadre d’une gamme de scénarios de changements climatiques futurs. Cela impliquera l’adaptation et la mise en œuvre de cadres existants à l’échelle continentale et provinciale pour identifier les zones qui ont le potentiel de servir de refuges contre le changement climatique ou de corridors pour la migration des espèces, y compris les espèces en péril et les espèces d’importance culturelle pour les peuples autochtones. Les résultats de ce travail comprennent la fourniture de conseils pratiques pour la conception de réseaux d’aires protégées et l’identification des vulnérabilités face au changement climatique, avec une application à d’autres régions et juridictions. Les résultats du projet mettront en lumière la résilience du réseau actuel d’aires protégées, d’autres désignations de conservation et la planification modernisée de l’utilisation des terres afin de mieux comprendre les risques pour la biodiversité de la Colombie-Britannique dans notre climat changeant.

La collaboration entre les secteurs autochtone, gouvernemental, non gouvernemental et universitaire est un élément clé de cette entreprise. Nos partenaires de projet comprennent Environnement et Changement climatique Canada, Ressources naturelles Canada, le ministère de l’Environnement et de la Stratégie sur le changement climatique de la Colombie-Britannique, BC Parks, le ministère des Forêts, des Terres, des Opérations sur les ressources naturelles et du Développement rural de la Colombie-Britannique, l’Université de l’Alberta et la Wilburforce Foundation.

Systematic Conservation Planning In Tsay Keh Dene Territory: Incorporating Climate Change and Interweaving Traditional Ecological Knowledge

The above was presented at the the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

My research is known as systematic conservation planning (SCP) and is a holistic way of assessing a landscape to identify which portions hold the greatest ecological value. I am working alongside the Tsay Keh Dene Nation to identify key ecological and cultural locations within their territory, which faces significant threats from industry. Using spatial data on species, ecosystems, the landscape, and climate change, I will be prioritizing lands that are important through time. I am also exploring the integration of landscape connectivity into the SCP process. Finally, I will be interweaving Traditional Ecological Knowledge whenever possible to ensure an inclusive outcome, allowing the Nation to add to the protected lands within their territory.

I will be presenting an overview of my project to date, whether that be in poster or presentation format. Thus far I have collaborated with the Nation to articulate conservation goals for the territory, identified conservation features on the landscape that help attain those goals, and assembled and vetted spatial data on said features. I now have an operational SCP tool that utilizes an R package that solves conservation planning problems. By the time of the summit, I will have hosted a workshop with the Nation on target setting for each conservation feature, one of the necessary inputs to prioritize. I will also have findings on where the most ecologically valuable lands in the territory are. This will not only identify potential conservation areas, but also help refine the boundaries of the Nation’s proposed Ingenika Indigenous Conservation and Management Area.

This 504,857 ha Indigenous Protected Area lies in north-central British Columbia, and preserves the cultural, spiritual, and ecological values of the Ingenika River watershed – one of the last-remaining pristine river valleys in the Territory of Tsay Keh Dene Nation. The Nation welcomes support from people and organizations across Canada in their effort to protect the Ingenika. This presentation will share insight on a conservation collaboration between a First Nation and a university, discuss community-led systematic conservation planning, and invite networking as the Nation solicits expertise to bring their conservation goals to fruition.

ABSTRACT

Ma recherche est connue sous le nom de planification systématique de la conservation (SCP) et constitue une manière holistique d’évaluer un paysage pour identifier les portions qui détiennent la plus grande valeur écologique. Je travaille aux côtés de la Nation Déné Tsay Keh pour identifier les lieux écologiques et culturels clés de leur territoire, qui fait face à d’importantes menaces de la part de l’industrie. À l’aide de données spatiales sur les espèces, les écosystèmes, le paysage et le changement climatique, je vais établir des priorités parmi les terres qui sont importantes dans le temps. J’explore également l’intégration de la connectivité du paysage dans le processus de CPD. Enfin, j’entremêlerai les connaissances écologiques traditionnelles chaque fois que possible pour assurer un résultat inclusif, permettant à la Nation d’ajouter aux terres protégées sur son territoire.

Je présenterai un aperçu de mon projet à ce jour, que ce soit sous forme d’affiche ou de présentation. Jusqu’à présent, j’ai collaboré avec la Nation afin d’articuler les objectifs de conservation pour le territoire, d’identifier les caractéristiques de conservation sur le paysage qui aident à atteindre ces objectifs, et d’assembler et d’approuver les données spatiales sur lesdites caractéristiques. Je dispose maintenant d’un outil SCP opérationnel qui utilise un package R pour résoudre les problèmes de planification de la conservation. D’ici le sommet, j’aurai organisé un atelier avec la nation sur la fixation d’objectifs pour chaque élément de conservation, l’un des éléments nécessaires pour établir des priorités. Je disposerai également de conclusions sur l’emplacement des terres les plus précieuses du point de vue écologique sur le territoire. Cela permettra non seulement d’identifier les zones de conservation potentielles, mais aussi d’affiner les limites de la zone de conservation et de gestion autochtone Ingenika proposée par la Nation.

Cette aire protégée indigène de 504 857 ha se trouve dans le centre-nord de la Colombie-Britannique et préserve les valeurs culturelles, spirituelles et écologiques du bassin hydrographique de la rivière Ingenika — l’une des dernières vallées fluviales vierges du territoire de la Nation dénée Tsay Keh. La Nation accueille favorablement le soutien des personnes et des organisations de tout le Canada dans leurs efforts pour protéger l’Ingenika. Cette présentation partagera un aperçu d’une collaboration de conservation entre une Première Nation et une université, discutera de la planification systématique de la conservation dirigée par la communauté et invitera au réseautage alors que la Nation sollicite l’expertise pour concrétiser ses objectifs de conservation.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Ecological Corridors and Networks: Key Ingredients for Enduring Conservation

The above was presented at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

The WCPA Connectivity Conservation Specialist Group has completed the first ever global guidelines for advancing best practices to protect the interconnections of protected and conserved areas, and restore degraded or fragmented ecosystems. Connectivity conservation is recognised by scientists, policy makers, and practitioners as a comprehensive approach for better protecting nature across terrestrial, marine, and freshwater ecosystems. Culminating over 20 years of work at IUCN, these Guidelines for Conserving Connectivity through Ecological Networks and Corridors describe and exemplify innovative tools to support more consistent conservation efforts to combat fragmentation, halt biodiversity loss, and better adapt to climate change. Led by the WCPA Connectivity Conservation Specialist Group, and with contributions from more than 100 experts in 30 countries, this work also provides 25 case studies illustrating a diversity of ways that ecological connectivity is being conserved around the world. These Guidelines seek to meet increasing demand for conservation solutions that protect well-connected ecosystems supporting a diversity of ecological functions such as migration, water and nutrient cycling, pollination, seed dispersal, food security, climate resilience, and disease resistance. They introduce common definitions and highlight applications across resource uses, jurisdictions, cultures, and geographies. Furthermore, they address different ecosystems and species, cover varying spatial and temporal scales, and recommend formal designation of ecological corridors to knit together parks and protected areas. Essentially ecological corridors are the third leg of the conservation stool connecting protected areas and other effective area-based conservation measures (OECMs) to achieve long-term functional ecological networks. This keynote will be a powerpoint presentation that seeks to provide a deeper understanding around the need for ecological connectivity, how the world is defining and implementing ecological corridors on the ground, and what processes and types of governance must be incorporated to be considered an ecological corridor by IUCN. Insights from 25 case studies around the world will offer ideas as to approaches that any level of government in Canada could advance to ensure parks and protected areas can more effectively conserve biodiversity during this time of climate change. Securing ecological connectivity requires developing effective collaborations across jurisdictional boundaries on public lands as well as private lands and the Indigenous territories across all of Canada. Given 21st century conservation challenges, the world, including Canada, must advance connectivity conservation quickly.

ABSTRACT

Le groupe de spécialistes de la conservation des connexions de la CMAP a achevé les toutes premières lignes directrices mondiales visant à faire progresser les meilleures pratiques pour protéger les interconnexions des zones protégées et conservées, et restaurer les écosystèmes dégradés ou fragmentés. La conservation de la connectivité est reconnue par les scientifiques, les décideurs politiques et les praticiens comme une approche globale pour mieux protéger la nature dans les écosystèmes terrestres, marins et d’eau douce. Culminant plus de 20 ans de travail à l’UICN, ces lignes directrices pour la conservation de la connectivité par le biais de réseaux et de corridors écologiques décrivent et illustrent des outils innovants pour soutenir des efforts de conservation plus cohérents afin de lutter contre la fragmentation, d’arrêter la perte de biodiversité et de mieux s’adapter au changement climatique. Mené par le Groupe de spécialistes de la conservation de la connectivité de la CMAP, et avec la contribution de plus de 100 experts dans 30 pays, ce travail fournit également 25 études de cas illustrant une diversité de moyens de conservation de la connectivité écologique dans le monde. 

Ces lignes directrices visent à répondre à la demande croissante de solutions de conservation qui protègent des écosystèmes bien connectés soutenant une diversité de fonctions écologiques telles que la migration, le cycle de l’eau et des nutriments, la pollinisation, la dispersion des semences, la sécurité alimentaire, la résilience climatique et la résistance aux maladies. Elles présentent des définitions communes et mettent en évidence les applications dans les différentes utilisations des ressources, juridictions, cultures et géographies. En outre, ils abordent différents écosystèmes et espèces, couvrent des échelles spatiales et temporelles variables et recommandent la désignation officielle de corridors écologiques pour relier les parcs et les zones protégées. Les corridors écologiques sont essentiellement la troisième étape du tabouret de la conservation reliant les zones protégées et d’autres mesures de conservation efficaces basées sur la zone (OECM) pour obtenir des réseaux écologiques fonctionnels à long terme. Cette présentation PowerPoint vise à mieux faire comprendre la nécessité de la connectivité écologique, la façon dont le monde définit et met en œuvre les corridors écologiques sur le terrain, et les processus et types de gouvernance qui doivent être intégrés pour être considérés comme un corridor écologique par l’UICN. Les 25 études de cas réalisées dans le monde entier donneront des idées sur les approches que tout niveau de gouvernement au Canada pourrait adopter pour que les parcs et les zones protégées puissent conserver plus efficacement la biodiversité en cette période de changement climatique. Pour assurer la connectivité écologique, il faut développer des collaborations efficaces au-delà des frontières juridictionnelles sur les terres publiques ainsi que sur les terres privées et les territoires autochtones dans tout le Canada. Compte tenu des défis du XXIe siècle en matière de conservation, le monde, y compris le Canada, doit faire progresser rapidement la conservation de la connectivité.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Coastal Restoration of the Beach at Cap-Des-Rosiers, Forillon National Park

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

The above was presented at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui suit est le contenu préliminaire d’une session du Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021, présenté par Daniel Sigouin avec Parc national Forillon.

The following is preliminary content for a session at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit, submitted by Daniel Sigouin with Forillon National Park.

 

ABSTRACT

(English below)

Figurant parmi les projets d’adaptation les plus impressionnants jamais réalisés par Parcs Canada, le projet de restauration de la plage de Cap-des-Rosiers au parc national Forillon est une réponse au phénomène d’érosion côtière et aux événements de tempàutes extràumes récurrents issus des changements climatiques. Dans le but de restaurer la dynamique naturelle de l’écosystème côtier et préserver les sites de fraie des poissons-proies, Parcs Canada a procédé au retrait d’un enrochement de protection, au démantèlement d’un tronàon routier et à la restauration d’une plage sur près de 1,7 km. L’implantation historique d’infrastructures dans une zone à risque et l’empiètement de ces infrastructures sur une zone naturelle très dynamique ont accentué la perte d’habitat côtier dans le secteur, la vulnérabilité des sites de fraie du capelan, en plus de menacer l’intégrité écologique d’un milieu humide, de contribuer à la détérioration d’un site de sépulture et de constituer un enjeu majeur de gestion des infrastructures. Les travaux ont nécessité le retrait d’un enrochement, la restauration d’une plage, la relocalisation d’un tronàon routier et d’un monument commémoratif. Des suivis permettent de documenter l’utilisation de l’habitat par le capelan et évaluer la réaction du milieu côtier. Les résultats observés jusqu’à maintenant dépassent les attentes pour ce projet d’une envergure inégalée. Depuis 2016, les sites de fraie du capelan sont en croissance et le profil de la plage se stabilise déjà . Aujourd’hui plus résiliente aux événements de tempàutes extràumes, la plage de Cap-des-Rosiers est à nouveau un habitat riche en matière de biodiversité et témoigne d’un pan important de l’histoire de la région. La session débuterait par une présentation du projet et des raisons ayant conduit à sa réalisation, mais également des leàons apprises lors de la mise en Å“uvre d’un projet d’une telle envergure. Au cours de la session, nous comptons discuter avec les participants du rôle de leader que les aires protégées peuvent avoir dans la réalisation de projet de restauration durable en lien avec les changements climatiques ainsi que des possibilités d’exportation des connaissances et expériences acquises aux communautés canadiennes. Nous comptons également aborder le sujet des suivis à court et long terme des projets de restaurations et des enjeux auxquels nous faisons face à cet égard.

ABSTRACT

One of the most impressive adaptation projects ever carried out by Parks Canada, the Cap-des-Rosiers beach restoration project at Forillon National Park is a response to the phenomenon of coastal erosion and recurring extreme storm events resulting from climate change. In order to restore the natural dynamics of the coastal ecosystem and preserve prey fish spawning sites, Parks Canada has removed protective riprap, dismantled a stretch of road and restored a beach over nearly 1.7 km. The historical location of infrastructures in a high-risk zone and the encroachment of these infrastructures on a very dynamic natural area have accentuated the loss of coastal habitat in the sector, the vulnerability of capelin spawning sites, in addition to threatening the ecological integrity of a wetland, contributing to the deterioration of a burial site and constituting a major infrastructure management issue. The work required the removal of riprap, the restoration of a beach, the relocation of a stretch of road and a commemorative monument. Monitoring is used to document the use of the habitat by capelin and to evaluate the reaction of the coastal environment. The results observed to date have exceeded expectations for this project of unprecedented scope. Since 2016, capelin spawning sites are growing and the beach profile is already stabilizing. Now more resilient to extreme storm events, Cap-des-Rosiers beach is once again a habitat rich in biodiversity and bears witness to an important part of the region’s history. The session would begin with a presentation of the project and the reasons that led to its realization, but also of the lessons learned during the implementation of such a large-scale project. During the session, we intend to discuss with participants the leadership role that protected areas can play in the implementation of sustainable restoration projects related to climate change and the opportunities to export the knowledge and experience gained to Canadian communities. We will also discuss the short and long term monitoring of restoration projects and the issues we face in this regard.

Living Lab Program for Climate Change and Conservation – A Case Study Of Putting Research Into Practice

The following was an ePoster/eMedia submission to the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit by Jen Grant with BC Parks. Click on the image below to enlarge.

Voici une présentation ePoster/eMedia au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021 par Jen Grant avec BC Parcs. Cliquez sur l’image ci-dessous pour l’agrandir.


BC Parks Living Lab Program Climate Change 2021
Click to enlarge.

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

Tackling the challenges associated with climate change requires leadership, collaboration, and connection; no single organization or agency can mitigate and adapt to the impacts alone. BC Parks manages 1,033 protected areas covering more than 14 million hectares. As a relatively small agency, BC Parks relies on academic, community, Indigenous and government partners to better understand and adapt to climate change.

This presentation showcases a collaborative program called the Living Lab Program for Climate Change and Conservation. Initiated in 2017, the Program offers seed funding to academic partners who can conduct strategic climate research in BC’s parks and protected areas. The poster will demonstrate how the Program is helping BC Parks assess and enhance the ecological resilience of the provincial protected are system and how it is raising awareness and building staff capacity to take informed action. The poster will also include a “research to practice” case study on novel and disappearing climates to demonstrate how BC Parks staff are learning from and incorporating research findings into protected area management planning and operations, and into collaborative work with indigenous partners.

ABSTRACT

Pour relever les défis liés au changement climatique, il faut du leadership, de la collaboration et des liens ; aucune organisation ou agence ne peut à elle seule atténuer les impacts et s’y adapter. BC Parks gère 1 033 zones protégées couvrant plus de 14 millions d’hectares. En tant qu’agence relativement petite, BC Parks s’appuie sur des partenaires universitaires, communautaires, autochtones et gouvernementaux pour mieux comprendre le changement climatique et s’y adapter.

Cette présentation présente un programme de collaboration appelé “Living Lab Program for Climate Change and Conservation”. Lancé en 2017, le programme offre un financement de démarrage aux partenaires universitaires qui peuvent mener des recherches stratégiques sur le climat dans les parcs et les zones protégées de la Colombie-Britannique. L’affiche montrera comment le programme aide BC Parks à évaluer et à améliorer la résilience écologique du système provincial de zones protégées et comment il sensibilise le personnel et renforce ses capacités à agir en connaissance de cause. L’affiche comprendra également une étude de cas “de la recherche à la pratique” sur les nouveaux climats et les climats en voie de disparition afin de démontrer comment le personnel de BC Parks tire des enseignements et intègre les résultats de la recherche dans la planification et les opérations de gestion des zones protégées, ainsi que dans le travail de collaboration avec les partenaires autochtones.

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version).