Enhancing Canada’s Climate Change Ambition with Natural Climate Solutions

Enhancing Canada's Climate Change Ambitions with Natural Climate Solutions report

Guiding Document

This report provides 5 recommendations for Canada to enhance its climate change ambitions in the short-term (i.e. to 2030) using Natural Climate Solutions. The most effective short term action is to protect intact carbon-dense/high biodiversity ecosystems, including primary forests, grasslands, eelgrass beds and saltmarshes. Canada is one of the few countries in the world that still has enough intact ecosystems to achieve this.

Enhancing Canada's Climate Change Ambitions with Natural Climate Solutions report
Go to report.

Investigating the Role of Attitudes, Worldview, Emotions, and Knowledge Gain Through Environmental Interpretation on Behavioural Intentions of Park Visitors

The above was presented at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

It is generally accepted that environmental interpretation can help mitigate the negative impacts of recreation, tourism, and human use of parks and protected areas. Park managers use personal interpretation programs to achieve a variety of management outcomes and desired behaviours. However, personal interpretation’s efficacy in achieving these objectives is largely untested and the psychological factors that underpin these behaviours are unexplored. This study, therefore, provides further insight on the psychological processes driving self-reported pro-environmental behavioral intentions among overnight visitors attending personal interpretation programs in Alberta provincial parks. During the summers of 2018 and 2019, a total of 763 survey responses were completed by participants who attended a personal interpretation event. Latent variable structural regression modeling was used to test the hypothesized relationship between ecological worldview, attitudes, environmental emotions, and pro-environmental behaviours. Consistent with previous research, results showed positive relationships between ecological worldview, attitudes, and pro-environmental behaviours. In addition, as knowledge translation is a key element of personal interpretation, this study hypothesized and showed a positive direct relationship between knowledge gain as a result of attending a personal interpretation event and pro-environmental behavioural intentions. Of particular interest, this study also showed a positive, significant pathway between negative environmental emotions on pro-environmental behaviours. These emotions include guilt, fear, and anger towards the way humans are treating the natural environment. Findings suggest that interpretation should focus programming and messaging on the affective elements of communication and seek to target personal meaning such as a sense of responsibly to act, while balancing the importance of knowledge transmission. Parks should seek to lean into affective messaging and capitalize on specific emotions rather than shy away.

ABSTRACT

Il est généralement admis que l’interprétation environnementale peut contribuer à atténuer les effets négatifs des loisirs, du tourisme et de l’utilisation humaine des parcs et des zones protégées. Les gestionnaires de parcs utilisent des programmes d’interprétation personnelle pour atteindre une variété de résultats de gestion et de comportements souhaités. Cependant, l’efficacité de l’interprétation personnelle pour atteindre ces objectifs n’a pas été testée et les facteurs psychologiques qui sous-tendent ces comportements sont inexplorés. La présente étude permet donc de mieux comprendre les processus psychologiques à l’origine des intentions comportementales pro-environnementales autodéclarées chez les visiteurs de nuit qui participent à des programmes d’interprétation personnelle dans les parcs provinciaux de l’Alberta. Au cours des étés 2018 et 2019, un total de 763 réponses à l’enquête ont été complétées par des participants ayant assisté à un événement d’interprétation personnelle. La modélisation de régression structurelle à variable latente a été utilisée pour tester la relation hypothétique entre la vision du monde écologique, les attitudes, les émotions environnementales et les comportements pro-environnementaux. Conformément aux recherches précédentes, les résultats ont montré des relations positives entre la vision écologique du monde, les attitudes et les comportements pro-environnementaux. En outre, comme l’application des connaissances est un élément clé de l’interprétation personnelle, cette étude a émis l’hypothèse d’une relation directe positive entre l’acquisition de connaissances à la suite de la participation à un événement d’interprétation personnelle et les intentions de comportement pro-environnemental. Il est particulièrement intéressant de noter que cette étude a également montré un lien positif et significatif entre les émotions environnementales négatives et les comportements pro-environnementaux. Ces émotions comprennent la culpabilité, la peur et la colère envers la façon dont les humains traitent l’environnement naturel. Les résultats suggèrent que l’interprétation devrait axer la programmation et les messages sur les éléments affectifs de la communication et chercher à cibler la signification personnelle telle que le sentiment de responsabilité d’agir, tout en équilibrant l’importance de la transmission des connaissances. Les parcs devraient chercher à se pencher sur les messages affectifs et à tirer parti d’émotions spécifiques plutôt que de les fuir.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Wildlife Viewing In Kananaskis Country: An Examination of ‘Bear Jams’ in the Context of Tourist Satisfaction and Park Management

The following was an ePoster/eMedia submission to the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit by Annie Pumphrey with the University of Northern British Columbia. Click on the image below to enlarge.

Voici une présentation ePoster/eMedia au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021 par Annie Pumphrey avec l’Université du Nord de la Colombie-Britannique. Cliquez sur l’image ci-dessous pour l’agrandir.


ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

I am an MNRES student in my second year at UNBC, seeking to share my current research on roadside bear viewing. My research is in Peter Lougheed Provincial Park (PLPP) in the Rocky Mountains – a destination that attracts visitors seeking to experience nature and wildlife as part of a tourism experience. Bear viewing, which most often occurs along roadways, is a popular tourist activity in the park and surrounding area. Bear viewing poses risks for both humans and wildlife. One such risk is the formation of a “bear jam” – vehicle traffic jams resulting from when drivers stop or slow down on a road to engage in bear viewing. Challenges associated with bear jams include potential vehicular collisions, habituation of bears to visitors (potentially leading to their mortality or relocation), cost of park resources, attention to visitor expectations, and effective communication and education (Herrero et al., 2005; Penteriani et al., 2017). Human-bear interactions in PLPP are currently being framed as a “bear problem” and managed via an aversive conditioning program – using noise and pain stimuli to discourage bears from utilizing developed areas such as campgrounds and residential areas, and to increase the wariness of those bears when interacting with the public (Government of Alberta 2011; Government of Alberta, 2020d, p. 17). While Alberta Parks delivers a breadth of bear safety workshops and materials, a gap remains in terms of a lack of bear jam specific messaging and more general dissemination of responsible human behaviour guidelines (Government of Alberta, 2020d). In PLPP, for example, there is no dedicated signage or clear messaging to visitors regarding safe and respectful bear viewing practices (for humans and bears). In contrast, some National Parks facing similar bear jam challenges take a more human-focused approach, such as the Wildlife Guardians program (Parks Canada) that focuses on providing on-site education. Both approaches – human-centered and bear-centered – can be valuable, suggesting that incorporating both into a balanced program could provide more dynamic management of both bears and humans. Greater attention must be drawn to the human aspects of bear jams and related impacts. For my Masters, I hope to contribute to such efforts. I am investigating perceptions of bear-viewing and related risks (for both humans and bears) among community groups, visitors, and park staff. I will collect human data, focusing on qualitative explanations of bear jams and their impacts as seen by Park staff, community members, and other experts. The findings associated with this project will inform safety and Park management, with an eye to reducing negative impacts of bear jams, while also maintain visitor satisfaction. As I am still in the research phase of my Masters degree, presenting at CPCIL 2021 will help connect me with human-wildlife conflict experts in the community and provide excellent networking opportunities to contribute to my research and strengthen my knowledge.

ABSTRACT

Je suis un étudiant du MNRES en deuxième année à l’UNBC, et je cherche à partager mes recherches actuelles sur l’observation des ours en bord de route. Mes recherches portent sur le parc provincial Peter Lougheed (PLPP) dans les montagnes Rocheuses – une destination qui attire les visiteurs désireux de découvrir la nature et la faune dans le cadre d’une expérience touristique. L’observation des ours, qui se fait le plus souvent le long des routes, est une activité touristique populaire dans le parc et ses environs. L’observation des ours présente des risques pour l’homme et la faune. L’un de ces risques est la formation d’un “embouteillage d’ours”, c’est-à-dire des embouteillages de véhicules résultant du fait que les conducteurs s’arrêtent ou ralentissent sur une route pour observer les ours. Les défis associés aux embouteillages d’ours comprennent les collisions potentielles entre véhicules, l’accoutumance des ours aux visiteurs (pouvant entraîner leur mortalité ou leur déplacement), le coût des ressources du parc, l’attention portée aux attentes des visiteurs, et une communication et une éducation efficaces (Herrero et al., 2005 ; Penteriani et al., 2017). Les interactions entre l’homme et l’ours dans le cadre du PLPP sont actuellement présentées comme un “problème d’ours” et gérées par un programme de conditionnement aversif – utilisant des stimuli de bruit et de douleur pour décourager les ours d’utiliser les zones développées telles que les terrains de camping et les zones résidentielles, et pour augmenter la méfiance de ces ours lorsqu’ils interagissent avec le public (Government of Alberta 2011 ; Government of Alberta, 2020d, p. 17). Si Alberta Parks propose un large éventail d’ateliers et de documents sur la sécurité des ours, il subsiste une lacune en termes d’absence de messages spécifiques aux ours et de diffusion plus générale de directives sur le comportement humain responsable (gouvernement de l’Alberta, 2020d). Dans le PLPP, par exemple, il n’y a pas de signalisation spécifique ni de messages clairs à l’intention des visiteurs concernant les pratiques d’observation des ours en toute sécurité et dans le respect (pour les humains et les ours). En revanche, certains parcs nationaux confrontés à des problèmes similaires d’embouteillage d’ours adoptent une approche plus axée sur l’homme, comme le programme des gardiens de la faune (Parcs Canada) qui se concentre sur l’éducation sur place. Les deux approches – centrée sur l’homme et sur l’ours – peuvent être utiles, ce qui suggère que l’intégration des deux dans un programme équilibré pourrait permettre une gestion plus dynamique des ours et des hommes. Il convient d’attirer davantage l’attention sur les aspects humains des embouteillages d’ours et sur les conséquences qui en découlent. Pour ma maîtrise, j’espère contribuer à de tels efforts. J’étudie les perceptions des groupes communautaires, des visiteurs et du personnel du parc en ce qui concerne l’observation des ours et les risques connexes (pour les humains et les ours). Je vais collecter des données humaines, en me concentrant sur les explications qualitatives des confitures d’ours et de leurs impacts tels que vus par le personnel du parc, les membres de la communauté et d’autres experts. Les résultats de ce projet serviront à informer la sécurité et la direction du parc, en vue de réduire les effets négatifs des confitures d’ours, tout en maintenant la satisfaction des visiteurs. Comme je suis encore dans la phase de recherche de ma maîtrise, ma présentation au CPCIL 2021 me permettra de me mettre en contact avec des experts des conflits entre l’homme et la faune dans la communauté et me fournira d’excellentes possibilités de réseautage pour contribuer à mes recherches et renforcer mes connaissances.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite).

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version).

Go back to eMedia presentations.

Retournez aux présentations eMedia.

Collaboration entre l’Université du Québec à Rimouski et le parc marin du Saguenay – Saint-Laurent pour un suivi des attentes des touristes en croisière : Présentation du projet

The following was an ePoster/eMedia submission to the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit by Josée Laflamme of University of Québec. Click on the image below to view.

Voici une présentation ePoster/eMedia au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021 par Josée Laflamme avec Université du Québec à Rimouski. Cliquez sur l’image ci-dessous pour la visualiser.


Cliquez sur l’image pour ouvrir le fichier .pdf (français)

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

Collaboration between the Université du Québec à Rimouski and the Saguenay-St. Lawrence Marine Park for a follow-up of the expectations of cruise tourists: Presentation of the project.

Cetacean-watching activities at sea in the Saguenay-St. Lawrence Marine Park (SSLMP) generate considerable economic stimulation. However, they also have significant environmental consequences, particularly on the species themselves. The sustainability of these tourist activities requires the implementation of measures to minimize their environmental impact.

To this end, various initiatives have been put in place, including the establishment of the Eco-Whale Alliance (EBA) in 2011, which aims to promote responsible whale-watching practices. The AEB is an initiative of a working group composed of SLMPP tour companies, the Group for Research and Education on Marine Mammals (GREMM), Sépaq and Parks Canada (AEB, 2021). The objective of the AEB is to “limit the impacts and ensure the sustainable development of whale-watching activities in the Marine Park” (AEB, 2021).

These responsible practices limiting impacts on resources can have an impact on tourists’ satisfaction with their experience in the Marine Park. This research project is part of this context and focuses on determining indicators of expectations and satisfaction related to the observation of marine mammals by visitors on cruises in the SSLMP. Its objectives and methodological protocol are based on Giroul’s (2000) study, which aimed to identify the diversity of needs among visitors related to the tourist experience of marine mammal-watching activities at sea and to evaluate whether the clientele is ecotourist and to what extent the activity can reinforce visitors’ ecotourism attitudes and behaviours.

The study is therefore an adaptation of Giroul’s (2000) work to the current context, which is reflected in a different cruise service offer than in the 1990s, in the implementation of the AEB in 2011, and in the impact of the health crisis on SLMP attendance. Data collection will therefore be different in several respects from that of Giroul.


[1] Giroul, C. 2000. Étude des attentes et de la satisfaction de la clientèle des croisières aux baleines dans le secteur du parc marin du Saguenay – Saint-Laurent. Mémoire. Maîtrise en loisir, culture et tourisme, UQTR, 338p.

macos/deepLFree.translatedWithDeepL.text

ABSTRACT

Collaboration entre l’Université du Québec à Rimouski et le parc marin du Saguenay – Saint-Laurent pour un suivi des attentes des touristes en croisière : Présentation du projet.

Les activités d’observation en mer des cétacés dans le parc marin du Saguenay – Saint-Laurent (PMSSL) engendrent une stimulation économique considérable. Toutefois, elles entrainent également des conséquences environnementales notables, particulièrement sur les espèces elles-mêmes. La pérennité de ces activités touristiques passe par la mise en place de mesures pour minimiser leur impact environnemental.

À cet effet, diverses initiatives se sont concrétisées, dont la mise en place de l’Alliance Éco-baleine (AEB) en 2011, visant des pratiques responsables d’observation des baleines. L’AEB est issue d’une initiative d’un groupe de travail composé d’entreprises d’excursions du PMSSL, du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM), de la Sépaq et de Parcs Canada (AEB, 2021). L’objectif de l’AEB est de « limiter les impacts et assurer le développement durable des activités d’observation de baleines dans le parc marin » (AEB, 2021).

Ces pratiques responsables limitant les impacts sur les ressources peuvent avoir un impact sur la satisfaction des touristes quant à leur expérience dans le parc marin. Ce projet de recherche s’inscrit dans ce contexte et porte sur la détermination d’indicateurs des attentes et de la satisfaction liées à l’observation de mammifères marins par les visiteurs en croisière dans le PMSSL. Il s’inspire, dans ses objectifs et son protocole méthodologique, de l’étude de Giroul[1] (2000) qui avait pour buts d’une part d’identifier chez les visiteurs, la diversité des besoins liés à l’expérience touristique d’activité d’observation en mer des mammifères marins et, d’autre part, d’évaluer si la clientèle est écotouristique et jusqu’à quel point l’activité peut renforcer les attitudes et les comportements écotouristiques des visiteurs.

L’étude se veut donc une adaptation des travaux de Giroul (2000) au contexte actuel qui se traduit notamment par une offre de services de croisières différente de celle des années 90, par la mise en place de l’AEB en 2011, et par l’impact de la crise sanitaire sur la fréquentation du PMSSL. La collecte de données sera donc différente à plusieurs égards de celle de Giroul.


[1] Giroul, C. 2000. Étude des attentes et de la satisfaction de la clientèle des croisières aux baleines dans le secteur du parc marin du Saguenay – Saint-Laurent. Mémoire. Maîtrise en loisir, culture et tourisme, UQTR, 338p.

Go back to eMedia presentations.

Retournez aux présentations eMedia.