Indigenous Protected and Conserved Areas Video

Indigenous Protected and Conserved Areas summary video YouTube

External Resource

As part of the process of Canada’s Pathway to Target 1, Indigenous Nations across turtle island in what is now known as Canada, came together in ethical space with the Federal and Provincial governments in ceremony and conference to discuss Indigenous Protected and Conserved Areas in Stoney Nakoda / treaty 7 territory (Canmore, Alberta) October 2018. This short film highlights some of those discussions and the guiding principles, and is an excerpt from a longer film to be publicly released in Lkwungen territory of the Songhees, Esquimalt and WSÁNEĆ peoples (aka Victoria, BC) on April 17th, 2019 As part of the 35 year anniversary of the Meares Island Tribal Park.

Indigenous Protected and Conserved Areas summary video YouTube
Go to YouTube video.

Canada’s Conserved Areas: Canadian Environmental Sustainability Indicators

2019 Canada Conserved Areas

Guiding Document

Well-managed conserved areas help preserve species and their habitats for present and future generations by reducing direct human development stresses. Conserved areas play a vital role in conserving Canada’s nature. They also provide opportunities for people to connect with nature. The indicators track the amount and proportion of area conserved in Canada.

2019 Canada Conserved Areas
Go to website.

Near-Urban Nature Network in Southern Ontario

The above was presented at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

Near-urban nature is comprised of the forests, river valleys, wetlands, savannahs, and other ecological features that surround and intersect human communities. This nature is critical to the health and well-being of all life in the area and is one of our greatest resources for adapting to climate change. While we often look to protect wilderness areas farther afield, southern Ontario is one of the most biodiverse regions in Canada—providing direct and irreplaceable ecosystem services to the country’s largest concentration of communities and people. This proximity puts near-urban nature at high risk of being degraded and lost, making increased conservation of ecological cores and corridors critical. Protected areas and parks in these contexts require strategic and collaborative approaches to ensure connectivity and long-term ecological integrity. This presentation will focus on the Southern Ontario Nature Coalition’s Near-Urban Nature Network Strategy that identifies evidence-based priorities and opportunities to address threats and create a more resilient region.

Protecting and connecting near-urban nature within Ontario’s Greater Golden Horseshoe is a challenge given multiple jurisdictions, competing visions for the use of lands, and highly fragmented ownership. Continued urban growth when met with the climate crisis will make more Canadians vulnerable to flooding, heat waves, droughts, and other stresses that affect everything from our infrastructure to our food production systems and local economies. Meeting this challenge begins with awareness of nature’s benefits. Indigenous histories and knowledge systems in preserving nature can inform strategies and advance management of the lands, water, and wildlife in the region.

Key insights from the strategy will be shared including the underlying research on regional ecology and ecosystem services in addition to priorities identified through engagement and input from Indigenous communities and a wide array of stakeholders in the region including municipalities, conservation authorities, agricultural groups, academics, environmental groups and public health professionals.

This presentation will cover the following key takeaways within Ontario’s Greater Golden Horseshoe context:

Major threats to biodiversity in southern Ontario.

Contributions of nature to human health, wellbeing, and climate resilience.

Existing protected areas and important corridors.

Interesting solutions to protect near urban nature at an increased rate.

Respect Indigenous communities as land right’s holders and amplify Indigenous knowledge systems and leadership.

ABSTRACT

La nature périurbaine est constituée des forêts, des vallées fluviales, des zones humides, des savanes et d’autres caractéristiques écologiques qui entourent et croisent les communautés humaines. Cette nature est essentielle à la santé et au bien-être de toute vie dans la région et constitue l’une de nos plus grandes ressources pour nous adapter au changement climatique. Alors que nous cherchons souvent à protéger des zones sauvages plus éloignées, le sud de l’Ontario est l’une des régions les plus riches en biodiversité du Canada, fournissant des services écosystémiques directs et irremplaçables à la plus grande concentration de communautés et de personnes du pays. Cette proximité fait que la nature proche des villes risque fortement de se dégrader et de disparaître, ce qui rend essentielle la conservation accrue des noyaux et des corridors écologiques. Les zones protégées et les parcs dans ces contextes nécessitent des approches stratégiques et collaboratives pour assurer la connectivité et l’intégrité écologique à long terme. Cette présentation se concentrera sur la stratégie de réseau de nature quasi urbaine de la Coalition pour la nature du Sud de l’Ontario qui identifie les priorités et les opportunités fondées sur des preuves pour faire face aux menaces et créer une région plus résiliente.

Protéger et connecter la nature proche des villes dans la région du Grand Golden Horseshoe de l’Ontario est un défi étant donné les multiples juridictions, les visions concurrentes pour l’utilisation des terres et la propriété très fragmentée. La croissance urbaine continue, conjuguée à la crise climatique, rendra davantage de Canadiens vulnérables aux inondations, aux vagues de chaleur, aux sécheresses et à d’autres stress qui affectent tout, de nos infrastructures à nos systèmes de production alimentaire et aux économies locales. Pour relever ce défi, il faut d’abord prendre conscience des bienfaits de la nature. Les histoires et les systèmes de connaissances indigènes en matière de préservation de la nature peuvent éclairer les stratégies et faire progresser la gestion des terres, de l’eau et de la faune de la région.

Les principaux enseignements de la stratégie seront partagés, y compris la recherche sous-jacente sur l’écologie régionale et les services écosystémiques, en plus des priorités identifiées grâce à l’engagement et à la contribution des communautés autochtones et d’un large éventail d’intervenants dans la région, y compris les municipalités, les offices de protection de la nature, les groupes agricoles, les universitaires, les groupes environnementaux et les professionnels de la santé publique.

Cette présentation portera sur les principaux points à retenir suivants dans le contexte de la région élargie du Golden Horseshoe de l’Ontario :

Les principales menaces qui pèsent sur la biodiversité dans le sud de l’Ontario.

Les contributions de la nature à la santé et au bien-être des humains, ainsi qu’à la résilience climatique.

Les zones protégées existantes et les corridors importants.

Des solutions intéressantes pour protéger la nature proche de l’urbain à un rythme accru.

Respecter les communautés autochtones en tant que détentrices de droits fonciers et amplifier les systèmes de connaissances et le leadership autochtones.

Il y a des solutions intéressantes pour protéger la nature en milieu urbain.

Climate-Informed Conservation Planning: Integrating Climate Refugia and Connectivity Into British Columbia’s Network of Protected Areas

The above was presented at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

As climate change continues to impact biodiversity worldwide, identifying conservation actions that are resilient to climatic shifts is increasingly imperative. Canada’s commitment to the Global Biodiversity Framework offers an opportunity to identify spatial priorities for achieving Canada’s biodiversity commitments that are also resilient to climate change. Within Canada, British Columbia’s diverse biogeoclimatic zones provide habitat to an extraordinary wealth of biodiversity. Climate-induced shifts in the distribution of climate zones for these ecosystems will require systematic conservation planning to ensure the long-term persistence of species and natural landscapes. Climate-change refugia (i.e., areas with high potential for species to persist in a changing climate) can serve as efficient conservation investments in this endeavour. For species with limited refugia options, spatial connectivity between locations of current and future habitat suitability will also facilitate species migration in response to shifting conditions.

The purpose of this project is to identify spatial locations of (a) vulnerabilities within the current protected areas network of British Columbia; and (b) priorities for conservation and management of natural landscapes within British Columbia under a range of future climate-change scenarios. This will involve the adaptation and implementation of existing continental- and provincial-scale frameworks for identifying areas that have potential to serve as refugia from climate change or corridors for species migration, including species at risk and species of cultural importance to Indigenous peoples. Outcomes of this work include the provision of practical guidance for protected areas network design and vulnerabilities identification under climate change, with application to other regions and jurisdictions. Project findings will shed light on the resiliency of the existing network of protected areas, other conservation designations, and modernized land use planning to better understand the risks to British Columbia’s biodiversity in our changing climate.

A key component of this endeavour is collaboration across Indigenous, governmental, non-governmental, and academic sectors. Our project partners include Environment and Climate Change Canada, Natural Resources Canada, BC Ministry of Environment and Climate Change Strategy, BC Parks, BC Ministry of Forests, Lands, Natural Resource Operations and Rural Development, the University of Alberta, and the Wilburforce Foundation.

ABSTRACT

Comme le changement climatique continue d’avoir un impact sur la biodiversité dans le monde entier, il est de plus en plus impératif d’identifier les mesures de conservation qui sont résilientes aux changements climatiques. L’engagement du Canada à l’égard du Cadre mondial pour la biodiversité offre l’occasion de déterminer les priorités spatiales qui permettront au Canada de respecter ses engagements en matière de biodiversité tout en étant résilient aux changements climatiques. Au Canada, les diverses zones biogéoclimatiques de la Colombie-Britannique abritent une biodiversité d’une richesse extraordinaire. Les changements induits par le climat dans la répartition des zones climatiques de ces écosystèmes nécessiteront une planification systématique de la conservation pour assurer la persistance à long terme des espèces et des paysages naturels. Les refuges pour le changement climatique (c’est-à-dire les zones présentant un potentiel élevé de persistance des espèces dans un climat changeant) peuvent constituer des investissements efficaces en matière de conservation dans cette entreprise. Pour les espèces dont les options de refuges sont limitées, la connectivité spatiale entre les lieux d’adéquation actuelle et future de l’habitat facilitera également la migration des espèces en réponse à des conditions changeantes.

Le but de ce projet est d’identifier les emplacements spatiaux (a) des vulnérabilités au sein du réseau actuel d’aires protégées de la Colombie-Britannique et (b) des priorités pour la conservation et la gestion des paysages naturels de la Colombie-Britannique dans le cadre d’une gamme de scénarios de changements climatiques futurs. Cela impliquera l’adaptation et la mise en œuvre de cadres existants à l’échelle continentale et provinciale pour identifier les zones qui ont le potentiel de servir de refuges contre le changement climatique ou de corridors pour la migration des espèces, y compris les espèces en péril et les espèces d’importance culturelle pour les peuples autochtones. Les résultats de ce travail comprennent la fourniture de conseils pratiques pour la conception de réseaux d’aires protégées et l’identification des vulnérabilités face au changement climatique, avec une application à d’autres régions et juridictions. Les résultats du projet mettront en lumière la résilience du réseau actuel d’aires protégées, d’autres désignations de conservation et la planification modernisée de l’utilisation des terres afin de mieux comprendre les risques pour la biodiversité de la Colombie-Britannique dans notre climat changeant.

La collaboration entre les secteurs autochtone, gouvernemental, non gouvernemental et universitaire est un élément clé de cette entreprise. Nos partenaires de projet comprennent Environnement et Changement climatique Canada, Ressources naturelles Canada, le ministère de l’Environnement et de la Stratégie sur le changement climatique de la Colombie-Britannique, BC Parks, le ministère des Forêts, des Terres, des Opérations sur les ressources naturelles et du Développement rural de la Colombie-Britannique, l’Université de l’Alberta et la Wilburforce Foundation.

Ecological Corridors and Networks: Key Ingredients for Enduring Conservation

The above was presented at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

The WCPA Connectivity Conservation Specialist Group has completed the first ever global guidelines for advancing best practices to protect the interconnections of protected and conserved areas, and restore degraded or fragmented ecosystems. Connectivity conservation is recognised by scientists, policy makers, and practitioners as a comprehensive approach for better protecting nature across terrestrial, marine, and freshwater ecosystems. Culminating over 20 years of work at IUCN, these Guidelines for Conserving Connectivity through Ecological Networks and Corridors describe and exemplify innovative tools to support more consistent conservation efforts to combat fragmentation, halt biodiversity loss, and better adapt to climate change. Led by the WCPA Connectivity Conservation Specialist Group, and with contributions from more than 100 experts in 30 countries, this work also provides 25 case studies illustrating a diversity of ways that ecological connectivity is being conserved around the world. These Guidelines seek to meet increasing demand for conservation solutions that protect well-connected ecosystems supporting a diversity of ecological functions such as migration, water and nutrient cycling, pollination, seed dispersal, food security, climate resilience, and disease resistance. They introduce common definitions and highlight applications across resource uses, jurisdictions, cultures, and geographies. Furthermore, they address different ecosystems and species, cover varying spatial and temporal scales, and recommend formal designation of ecological corridors to knit together parks and protected areas. Essentially ecological corridors are the third leg of the conservation stool connecting protected areas and other effective area-based conservation measures (OECMs) to achieve long-term functional ecological networks. This keynote will be a powerpoint presentation that seeks to provide a deeper understanding around the need for ecological connectivity, how the world is defining and implementing ecological corridors on the ground, and what processes and types of governance must be incorporated to be considered an ecological corridor by IUCN. Insights from 25 case studies around the world will offer ideas as to approaches that any level of government in Canada could advance to ensure parks and protected areas can more effectively conserve biodiversity during this time of climate change. Securing ecological connectivity requires developing effective collaborations across jurisdictional boundaries on public lands as well as private lands and the Indigenous territories across all of Canada. Given 21st century conservation challenges, the world, including Canada, must advance connectivity conservation quickly.

ABSTRACT

Le groupe de spécialistes de la conservation des connexions de la CMAP a achevé les toutes premières lignes directrices mondiales visant à faire progresser les meilleures pratiques pour protéger les interconnexions des zones protégées et conservées, et restaurer les écosystèmes dégradés ou fragmentés. La conservation de la connectivité est reconnue par les scientifiques, les décideurs politiques et les praticiens comme une approche globale pour mieux protéger la nature dans les écosystèmes terrestres, marins et d’eau douce. Culminant plus de 20 ans de travail à l’UICN, ces lignes directrices pour la conservation de la connectivité par le biais de réseaux et de corridors écologiques décrivent et illustrent des outils innovants pour soutenir des efforts de conservation plus cohérents afin de lutter contre la fragmentation, d’arrêter la perte de biodiversité et de mieux s’adapter au changement climatique. Mené par le Groupe de spécialistes de la conservation de la connectivité de la CMAP, et avec la contribution de plus de 100 experts dans 30 pays, ce travail fournit également 25 études de cas illustrant une diversité de moyens de conservation de la connectivité écologique dans le monde. 

Ces lignes directrices visent à répondre à la demande croissante de solutions de conservation qui protègent des écosystèmes bien connectés soutenant une diversité de fonctions écologiques telles que la migration, le cycle de l’eau et des nutriments, la pollinisation, la dispersion des semences, la sécurité alimentaire, la résilience climatique et la résistance aux maladies. Elles présentent des définitions communes et mettent en évidence les applications dans les différentes utilisations des ressources, juridictions, cultures et géographies. En outre, ils abordent différents écosystèmes et espèces, couvrent des échelles spatiales et temporelles variables et recommandent la désignation officielle de corridors écologiques pour relier les parcs et les zones protégées. Les corridors écologiques sont essentiellement la troisième étape du tabouret de la conservation reliant les zones protégées et d’autres mesures de conservation efficaces basées sur la zone (OECM) pour obtenir des réseaux écologiques fonctionnels à long terme. Cette présentation PowerPoint vise à mieux faire comprendre la nécessité de la connectivité écologique, la façon dont le monde définit et met en œuvre les corridors écologiques sur le terrain, et les processus et types de gouvernance qui doivent être intégrés pour être considérés comme un corridor écologique par l’UICN. Les 25 études de cas réalisées dans le monde entier donneront des idées sur les approches que tout niveau de gouvernement au Canada pourrait adopter pour que les parcs et les zones protégées puissent conserver plus efficacement la biodiversité en cette période de changement climatique. Pour assurer la connectivité écologique, il faut développer des collaborations efficaces au-delà des frontières juridictionnelles sur les terres publiques ainsi que sur les terres privées et les territoires autochtones dans tout le Canada. Compte tenu des défis du XXIe siècle en matière de conservation, le monde, y compris le Canada, doit faire progresser rapidement la conservation de la connectivité.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Study of the Spatial Dynamics of Belugas in the Estuary of St. Lawrence in a Population Conservation Context

The above was presented at the the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

The St. Lawrence Estuary (ESL) and the Saguenay-St. Lawrence Fjord (SSL) are home to the resident population of the St. Lawrence beÌluga (Delphinapterus leucas) classified as endangered. Despite conservation efforts since 1995, such as the creation of the Saguenay-St. Lawrence Marine Park in 1998 to protect the habitat of the beluga population, the population continues to decline at a rate of about 1% per year, to about 1000 individuals. Under its very precarious status, an action plan was adopted in 2020 to reduce underwater noise in the beluga’s summer habitat, identified as one of the major issues limiting the recovery of this population. Indeed, marine traffic from different segments of the shipping industry is intense during the summer period, resulting in numerous overlapping areas where interactions between boats and beluga whales are frequent. In the short and long term, such acoustic degradation of cetacean habitat can cause the interruption of vital activities or even the avoidance of essential areas by the animals. However, the assessment and mitigation of the impacts of maritime traffic on belugas must be based on a good understanding of their movement patterns and distribution, taking into account the herding behaviour of the species, which has a social organisation in herds. This understanding remains incomplete at the present time. At the heart of a collaborative and intersectoral program on beluga whales and the impact of maritime traffic, my PhD project aims to identify the mechanisms underlying the spatial dynamics of beluga in ESL and SSL. To do so, the dynamics of fusion and fission within and between herds and mechanisms (i.e., environmental, social and behavioural) are studied in order to better understand their role in the rules of population interactions, such as movement patterns and habitat selection in ESL and SSL beluga whales. Displacement behaviour is also studied to determine the environmental and social variables that influence individual displacement strategies. Finally, the biological functions of high use areas are being determined. These analyses are being carried out using databases shared by partners and collaborators that describe the spatial distribution, surface and diving behaviour of beluga whales and the environmental conditions in their habitat over the last 30 years. The mobilization of this fundamental knowledge of biology and ecology represents a keystone for improving current assessments of the noise level perceived by belugas in their habitat by taking into account their spatial and social behaviour. In particular, they will help to identify and prioritize the protection of areas deemed essential to the survival and recovery of the population through the planning of new marine protected areas. On the other hand, alternative navigation routes as well as acoustic, spatial and temporal refuges could potentially be determined to take into account the importance of these areas that are heavily used by belugas.

ABSTRACT

L’estuaire du Saint-Laurent (ESL) et le Fjord du Saguenay-Saint-Laurent (SSL) abritent la population residente du beluga (Delphinapterus leucas) du Saint-Laurent classee en voie de disparition. Malgre des efforts de conservation mis en place depuis 1995, tels que la création du parc marin du Saguenay-Saint-Laurent en 1998 pour protéger l’habitat de la population de béluga, la population poursuit un declin aÌ€ un taux avoisinant 1% par an, se situant aÌ€ environ 1000 individus. En vertu de son statut treÌ€s precaire, un plan d’action a ete adopte en 2020 afin de reduire le bruit sous-marin dans l’habitat estival du beluga, identifie comme l’un des enjeux majeur limitant le retablissement de cette population. En effet, la circulation maritime des différents segments de la navigation est intense pendant la période estivale ce qui donne lieu à  de nombreuses zones de chevauchements o๠les interactions entre bateaux et bélugas sont fréquentes. A court et long terme, une telle dégradation acoustique de l’habitat de cétacés peut provoquer l’interruption d’activités vitales voire l’évitement de zones essentielles par les animaux. Toutefois, l’evaluation et l’attenuation des impacts du trafic maritime sur les belugas doit passer par une bonne comprehension de leurs patrons de deplacements et de leur distribution tenant compte du comportement grégaire de l’espèce qui a une organisation sociale en troupeau. Cette comprehension demeure neanmoins incompleÌ€te aÌ€ l’heure actuelle. Au cÅ“ur d’un programme collaboratif et intersectoriel sur le béluga et l’impact du trafic maritime, mon projet de doctorat vise à  identifier les mecanismes sous-jacents aÌ€ la dynamique spatiale du beluga dans l’ESL et le SSL. Pour cela, la dynamique de fusion et de fission au sein et entre les troupeaux et les mécanismes (i.e., environnementaux, sociaux et comportementaux) est étudiée afin de mieux comprendre son rôle dans les règles d’interactions de la population, tels que les patrons de déplacements et la sélection d’habitat chez les bélugas de l’ESL et du SSL. Le comportement de deplacement est aussi etudie pour determiner les variables environnementales et sociales qui influencent les strategies individuelles de deplacement. Enfin, les fonctions biologiques des aires fortement utilisees sont en cours de détermination. Ces analyses sont réalisée à  partir des bases de données partagées par des partenaires et des collaborateurs qui décrivent la répartition spatiale, le comportement de surface et de plongée des bélugas ainsi que les conditions environnementales dans son habitat au cours des 30 dernières années. La mobilisation de ces connaissances fondamentales sur la biologie et l’écologie représentent une clé de voute afin d’améliorer les évaluations actuelles du niveau de bruit perà§u par les bélugas dans leur habitat en tenant compte de son comportement spatial et social. Elles permettront notamment de déterminer et prioriser la protection d’aires jugées essentielles à  la survie et au rétablissement de la population grà¢ce à  la planification de nouvelles aires marines protégées. D’autre part, des routes alternatives de navigation ainsi que des refuges acoustiques, spatiaux et temporels, pourront potentiellement àutre déterminés pour prendre en compte l’importance de ces aires fortement utilisées par les bélugas.

Modélisation multi-agent de la navigation de plaisance visant à réduire les impacts envers les bélugas du St. Laurent​

Voici une présentation ePoster/eMedia au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021 par Camille Kowalski de l’Université de du Québec en Outaouais, département des sciences naturelles. Cliquez sur l’image ci-dessous pour l’agrandir.

The following was an ePoster/eMedia submission to the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit by Camille Kowalski of the University of Quebec in Outaouais, Department of Natural Sciences. Click on the image below to enlarge.


CPCIL Research Summit ePoster by Camille Kowalski.

ABSTRACT

(English below)

Mon projet consiste à modéliser la navigation de plaisance du Saguenay St. Laurent (SSL) afin de compléter un outil d’aide à la gestion de ce système socio-écologique (3MTSim : un simulateur représentant les mouvements des bélugas et des quatre espèces de grands rorquals les plus fréquents dans la région ainsi que les différents segments de la navigation). En ajoutant le modèle multi-agent représentant les comportements des plaisanciers à 3MTSim, le simulateur fournira une vision complète du système et les impacts liés aux différents segments de la navigation (notamment acoustiques) pourront àutre évalués. Enfin, des scénarios visant à atténuer ces impacts, telle que la mise en place d’aires marines protégées, pourront àutre testés. En effet, ce milieu abrite la population résidente des belugas du St. Laurent, classée en voie de disparition. De plus, les activités de plaisance dans l’habitat du béluga sont peu documentées en comparaison des autres segments de la navigation.

Une étude publiée en 2014 met en lumière une corrélation positive entre le niveau d’activités de plaisance et la mortalité chez les veaux (le pic des activités de plaisance dans l’habitat essentiel du béluga du Saint-Laurent étant pendant la saison estivale (juillet-aout), période à laquelle les femelles belugas mettent bas et prennent soin des nouveau-nés). Ces constats ainsi que de nombreuses observations effectuées sur le terrain mettent en lumière le besoin d’approfondir les connaissances quant aux impacts de la navigation de plaisance sur la population de bélugas dans le SSL.

La objectifs spécifiques du projet :

Objectif 1 : conceptualisation du modèle multi-agent
Objectif 2 : détermination des archétypes de plaisanciers
Objectif 3 : identification des impacts acoustiques liés aux interactions bélugas – plaisanciers dans les aires de haute résidence
Objectif 4 : paramétrisation et validation du modèle multi-agent / intégration du modèle multi-agent à 3MTSim / simulations.

Pour se faire différentes méthodes seront utilisées afin de collecter des données en plus de celles étant déjà disponibles, notamment le développement d’un jeu sérieux (permettant aux participants plaisanciers de « naviguer » virtuellement sur le SSL), des observations terrestres (menées lors des saisons estivales à l’aide d’un théodolite et de jumelles sur trépied) ainsi qu’un appel à la participation volontaire des plaisanciers du SSL (collecte de trajectoires via application mobile de géolocalisation, un site internet a été créé afin d’expliquer la marche à suivre pour les personnes désirant participer). Finalement, le projet contribuera à la mise en Å“uvre des plans d’actions visant à réduire l’exposition des bélugas au bruit sous-marin, à travers l’apport de nouvelles informations concernant la navigation de plaisance du SSL.

ABSTRACT

My project consists of modeling the recreational boating of the Saguenay St. Lawrence (SSL) in order to complete a tool to help manage this socio-ecological system (3MTSim: a simulator representing the movements of beluga whales and the four species of large whales most frequent in the region as well as the different segments of the navigation). By adding the multi-agent model representing the behaviours of recreational boaters to 3MTSim, the simulator will provide a complete vision of the system and the impacts related to the different segments of navigation (notably acoustic) can be evaluated. Finally, scenarios aimed at mitigating these impacts, such as the establishment of marine protected areas, can also be tested. Indeed, this environment is home to the resident St. Lawrence beluga whale population, which is classified as endangered. In addition, recreational activities in beluga whale habitat are poorly documented compared to other segments of the shipping industry.

A study published in 2014 highlights a positive correlation between the level of recreational activities and calf mortality (the peak of recreational activities in critical St. Lawrence beluga whale habitat being during the summer season (July-August), when female beluga whales give birth and care for newborn calves). These findings, as well as numerous observations made in the field, highlight the need to increase our knowledge of the impacts of recreational boating on the beluga whale population in the SSL.

The specific objectives of the project :

Objective 1: Conceptualization of the multi-agent model
Objective 2: Determination of boater archetypes
Objective 3: Identification of acoustic impacts related to beluga-beluga interactions with boaters in areas of high residence
Objective 4: parameterization and validation of the multi-agent model / integration of the multi-agent model to 3MTSim / simulations.

Different methods will be used to collect data in addition to those already available, including the development of a serious game (allowing boaters participants to “navigate” virtually on the SSL), land observations (conducted during the summer seasons using a theodolite and binoculars on tripods) and a call for voluntary participation of SSL boaters (collection of trajectories via mobile geolocation application, a website has been created to explain the steps to follow for those wishing to participate). Finally, the project will contribute to the implementation of action plans aimed at reducing the exposure of belugas to underwater noise, through the provision of new information concerning the boating activities of the SSL.

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version).

Ecology and Distribution of Eastern Waterfan (Peltigera Hydrothyria) in Atlantic Canada

The following was an ePoster/eMedia submission to the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit by Neil Vinson with Parks Canada. Click on the image below to enlarge.

Voici une présentation ePoster/eMedia au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021 par Neil Vinson avec Parcs Canada. Cliquez sur l’image ci-dessous pour l’agrandir.


CPCIL eposter Eastern Waterfan Parks Canada
Click to enlarge.

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

Eastern Waterfan is a rare lichen only found in Eastern North America. In Canada, it is only found in New Brunswick, Nova Scotia, and Quebec. Eastern Waterfan is classified as Threatened by the Committee on the Status of Endangered Wildlife in Canada (COSEWIC) and the Species at Risk Act (SARA). Amazingly, new monitoring has found that approximately 50% of the total Canadian population of Eastern Waterfan occurs within Fundy National Park! Lichens are a co-dependent relationship between a fungus and an alga/cyanobacteria. The alga or cyanobacteria produces food through photosynthesis. The fungus provides protection while absorbing the food. This allows the lichen to live in areas that neither species would be able to live in alone. Eastern Waterfan uses cyanobacteria (Capsosira lowei) to produce food and is one of the few leafy lichens that can grow underwater. Eastern Waterfan has a purple, leafy appearance. Fan-shaped veins support the underside of the body. The lichen is attached to rocks at or just below water level by spongy bundles of fibres. Round spore-producing structures are red-brown in colour and are found on the leafy edge of the lichen. Eastern Waterfan grows in cool, clear, partially shaded streams. It is usually found in protected backwaters out of the main current. Colonies are very slow growing and take over 10 years to establish. Tree cover over the Dickson Brook Watershed in Fundy National Park keeps the water cool, the air humid, and limits the amount of soil deposited into the stream due to erosion. These characteristics make Dickson Brook ideal for Eastern Waterfan to grow. In 2013, the Committee on the Status of Endangered Wildlife in Canada (COSEWIC) reported a Canadian population of +/- 1,282 mature individuals and stated it was “doubtful if Canadian population will exceed 2000 colonies”. The new findings in 2019 saw over 800 observations in 28 brooks in Fundy National Park. This has resulted in >1000 colonies or 50% of known Canadian population in Fundy National Park.

ABSTRACT

L’Eastern Waterfan est un lichen rare que l’on ne trouve que dans l’est de l’Amérique du Nord. Au Canada, il n’est présent qu’au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse et au Québec. La Vanne de l’Est est classée comme menacée par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) et par la Loi sur les espèces en péril (LEP). Étonnamment, de nouvelles études ont montré qu’environ 50 % de la population canadienne totale de cette espèce se trouve dans le parc national de Fundy ! Les lichens sont une relation de codépendance entre un champignon et une algue/cyanobactérie. L’algue ou la cyanobactérie produit de la nourriture par photosynthèse. Le champignon offre une protection tout en absorbant la nourriture. Cela permet au lichen de vivre dans des zones où aucune espèce ne pourrait vivre seule. L’Eastern Waterfan utilise des cyanobactéries (Capsosira lowei) pour produire de la nourriture et est l’un des rares lichens feuillus qui peuvent se développer sous l’eau. L’Eastern Waterfan a un aspect pourpre et feuillu. Des veines en forme d’éventail soutiennent le dessous du corps. Le lichen est fixé aux rochers au niveau de l’eau ou juste en dessous par des faisceaux de fibres spongieuses. Les structures rondes productrices de spores sont de couleur rouge-brun et se trouvent sur le bord feuillu du lichen. L’aigle royal pousse dans les cours d’eau frais, clairs et partiellement ombragés. On le trouve généralement dans les eaux secondaires protégées, en dehors du courant principal. Les colonies ont une croissance très lente et mettent plus de 10 ans à s’établir. Le couvert végétal du bassin versant du ruisseau Dickson, dans le parc national de Fundy, maintient l’eau fraîche, l’air humide et limite la quantité de sol déposée dans le ruisseau par l’érosion. Ces caractéristiques font du ruisseau Dickson l’endroit idéal pour la croissance des oiseaux aquatiques de l’Est. En 2013, le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a fait état d’une population canadienne de +/- 1 282 individus matures et a déclaré qu’il était “douteux que la population canadienne dépasse 2 000 colonies”. Les nouveaux résultats de 2019 ont permis de faire plus de 800 observations dans 28 ruisseaux du parc national de Fundy. Cela a donné plus de 1000 colonies, soit 50% de la population canadienne connue dans le parc national de Fundy.

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version).

Managing Human Use In Canada’s National Parks – Defining a Way Forward

The above was presented at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.


The following is preliminary content for a session at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit, submitted by Dr. Sarah Elmeligi with Canadian Parks and Wilderness Society – Southern Alberta Chapter.

Ce qui suit est le contenu préliminaire d’une session du Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021, présenté par Dr. Sarah Elmeligi avec la Société pour la nature et les parcs du Canada – section du sud de l’Alberta.

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

As visitation to some of Canada’s most popular National Parks increases, the impacts of “over-tourism” are becoming more acute and intense. Various ecological impacts of high visitation include the spread of invasive species, increased erosion and alteration of water flow patterns, increased risk of human-wildlife conflict, and displacement of sensitive species from critical habitats. The social impact of over-tourism includes increased crowding, visitor expectations not being met, and other impacts to the overall visitor experience, and potential impacts to the visitor experience. Throughout the years, Parks Canada has implemented various management actions to address visitor use at popular sites, such as shuttle buses, backcountry trail reservation systems, and encouraging visitation in shoulder seasons. Yet, these efforts have not been placed into a larger landscape strategic plan. The United States and Australia have also developed programs to strategically manage visitor use. Reviewing these approaches, we identified some commonalities. A successful visitor use management framework requires robust human use data and social science to understand levels of visitation, where people go, and what forms of recreation they participate in. Social science can also generate an understanding of visitor expectations and motivations to visit a park, which can shape management programs. Well supported visitor use management strategies engage with stakeholders throughout the process. All frameworks acknowledge that data gaps exist in our understanding of park ecological, social, and cultural values; these data gaps may be addressed as part of a framework that starts by creating visitor use objectives and goals. A robust visitor use management framework also requires monitoring programs within the context of adaptive management. This last component helps fill data gaps, facilitates experimenting with management options, and allows flexibility to continually refine management strategies to have the greatest positive effect on the park experience and its ecological attributes. Implementing a visitor use management strategy for any park is a massive effort requiring successful collaboration with external stakeholders, park managers, and the Canadian public. Finding solutions to these complex problems inherently involves the need to try new things, develop new and meaningful relationships, and reassess objectives regarding the visitor experience.

CPAWS Southern Alberta has proposed a step-by-step process that engages with stakeholders and results in a visitor use management strategy for landscape units in the Rocky Mountain National Parks:

1. Identify the Landscape Management Unit objectives and evaluation subjects relevant to visitor impacts on natural values

2. Prioritize natural assets and threats

3. Select indicators and establish thresholds

4. Establish management strategies

5. Implement, monitor, evaluate, and adjust

Putting existing management efforts into the context of an overarching strategy across a larger landscape can help increase management effectiveness in addressing multiple ecological, social, and cultural objectives. CPAWS will provide a brief overview of our proposed process and engage protected area managers in a discussion around how best to work collaboratively with stakeholders to address this complex issue.

ABSTRACT

Avec l’augmentation de la fréquentation de certains des parcs nationaux les plus populaires du Canada, les conséquences du “sur-tourisme” se font sentir de manière plus aiguë et plus intense. Parmi les divers impacts écologiques d’une forte fréquentation, on peut citer la propagation d’espèces envahissantes, l’augmentation de l’érosion et la modification des schémas d’écoulement des eaux, le risque accru de conflit entre l’homme et la faune sauvage et le déplacement d’espèces sensibles des habitats essentiels. L’impact social du sur-tourisme comprend l’augmentation de l’affluence, la non-satisfaction des attentes des visiteurs et d’autres impacts sur l’expérience globale du visiteur, ainsi que des impacts potentiels sur l’expérience du visiteur. Au fil des ans, Parcs Canada a mis en œuvre diverses mesures de gestion pour répondre à l’utilisation des visiteurs sur les sites populaires, comme les navettes, les systèmes de réservation de sentiers dans l’arrière-pays et l’encouragement de la fréquentation pendant les saisons intermédiaires. Cependant, ces efforts n’ont pas été intégrés dans un plan stratégique plus vaste concernant le paysage. Les États-Unis et l’Australie ont également développé des programmes pour gérer stratégiquement l’utilisation des visiteurs. En examinant ces approches, nous avons identifié certains points communs. Un cadre de gestion réussie de l’utilisation des visiteurs nécessite de solides données sur l’utilisation humaine et les sciences sociales pour comprendre les niveaux de fréquentation, les endroits où les gens vont et les formes de loisirs auxquelles ils participent. Les sciences sociales peuvent également permettre de comprendre les attentes et les motivations des visiteurs à visiter un parc, ce qui peut influencer les programmes de gestion. Des stratégies de gestion de l’utilisation des visiteurs bien étayées engagent les parties prenantes tout au long du processus. Tous les cadres reconnaissent qu’il existe des lacunes dans la compréhension des valeurs écologiques, sociales et culturelles des parcs ; ces lacunes peuvent être comblées dans un cadre qui commence par la création d’objectifs et de buts pour l’utilisation des visiteurs. Un cadre solide de gestion de l’utilisation des visiteurs nécessite également des programmes de surveillance dans le contexte de la gestion adaptative. Ce dernier élément permet de combler les lacunes des données, facilite l’expérimentation des options de gestion et permet une flexibilité pour affiner continuellement les stratégies de gestion afin d’avoir le plus grand effet positif possible sur l’expérience du parc et ses attributs écologiques. La mise en œuvre d’une stratégie de gestion de l’utilisation des visiteurs pour tout parc est un effort massif qui nécessite une collaboration fructueuse avec les parties prenantes externes, les gestionnaires du parc et le public canadien. Pour trouver des solutions à ces problèmes complexes, il est nécessaire d’essayer de nouvelles choses, de développer des relations nouvelles et significatives et de réévaluer les objectifs concernant l’expérience du visiteur.

CPAWS Southern Alberta a proposé un processus étape par étape qui engage les parties prenantes et aboutit à une stratégie de gestion de l’utilisation des visiteurs pour les unités de paysage dans les parcs nationaux des Rocheuses :

1. Identifier les objectifs de l’unité de gestion du paysage et les sujets d’évaluation pertinents aux impacts des visiteurs sur les valeurs naturelles

2. Donner la priorité aux biens et menaces naturels

3. Sélectionner des indicateurs et établir des seuils

4. Établir des stratégies de gestion

5. Mettre en œuvre, suivre, évaluer et ajuster

En plaçant les efforts de gestion existants dans le contexte d’une stratégie globale à l’échelle d’un paysage plus vaste, on peut contribuer à accroître l’efficacité de la gestion pour atteindre de multiples objectifs écologiques, sociaux et culturels. La SNAP fournira un bref aperçu du processus que nous proposons et engagera les gestionnaires de zones protégées dans une discussion sur la meilleure façon de travailler en collaboration avec les parties prenantes pour aborder cette question complexe.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version).

Back to pre-summit material.

Retour à la matériel de pré-sommet.

Limiting landscape fragmentation and promoting connectivity – An analysis using the meff metric and BACI study design

The following was an ePoster/eMedia submission to the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit by Clara Freeman-Cole with Concordia University. Click on the image below to view.

Voici une présentation ePoster/eMedia au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021 par Clara Freeman-Cole avec l’Université Concordia. Cliquez sur l’image ci-dessous pour la visualiser.


Click image to view.

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

My thesis research aims to analyse the historic development and degree of landscape fragmentation and landscape connectivity in Canadian National Parks. It explores the extent to which the creation and management of federal parks have been effective in controlling fragmentation in comparison to historically similar landscapes in unprotected areas. Given the strong negative effects on biodiversity by increasing fragmentation, and the need for maintaining and restoring landscape connectivity for key species in Canada’s national parks, I am hoping a comprehensive study of human-induced fragmentation across the National Parks System like this one will contribute to ensuring that Canada’s rich biodiversity has enough habitat to maintain itself.

Overall, my research measures the fragmentation of Canadian National Parks at key time-steps throughout their history, including before their designation and up to the current day. A Before-After Control-Impact (BACI) study design is used to allow for the evaluation of a site by comparing the changes in the environmental conditions before and after the designation of an area as a national park and at key stages throughout their park status, and with control areas that have not been a designated protected area.

To measure fragmentation, I am using the Effective Mesh Size metric which has favourable properties such as the following: being suitable for comparing the fragmentation of regions of varying total areas and different barrier strengths; it is unaffected by the inclusion or exclusion of very small patches; and it describes the structure of a barrier network in an ecologically meaningful way.

In order to map the changes in landscape fragmentation and connectivity over time, older datasets may come in the format of hard-copy maps, therefore I am digitizing these into a vector database that I hope will be able to be used by decision-makers regarding landscape connectivity in various parks. I also hope that by participating in this summit I may also be able to get some contacts from fellow participants who might have historical park maps that can be shared for this research.

ABSTRACT

Ma recherche de thèse vise à analyser le développement historique et le degré de fragmentation et de connectivité des paysages dans les parcs nationaux canadiens. Elle explore la mesure dans laquelle la création et la gestion des parcs fédéraux ont été efficaces pour contrôler la fragmentation par rapport à des paysages historiquement similaires dans des zones non protégées. Étant donné les effets négatifs importants sur la biodiversité de la fragmentation croissante et la nécessité de maintenir et de restaurer la connectivité des paysages pour les espèces clés dans les parcs nationaux du Canada, j’espère qu’une étude exhaustive de la fragmentation anthropique dans le réseau des parcs nationaux comme celle-ci contribuera à garantir que la riche biodiversité du Canada dispose d’un habitat suffisant pour se maintenir.

Dans l’ensemble, mes recherches mesurent la fragmentation des parcs nationaux canadiens à des moments clés de leur histoire, y compris avant leur désignation et jusqu’à aujourd’hui. Un plan d’étude “avant-après contrôle-impact” (BACI) est utilisé pour permettre l’évaluation d’un site en comparant les changements des conditions environnementales avant et après la désignation d’une zone comme parc national et à des étapes clés tout au long de leur statut de parc, et avec des zones témoins qui n’ont pas été désignées comme zones protégées.

Pour mesurer la fragmentation, j’utilise la mesure de la taille effective des mailles qui présente des propriétés favorables telles que les suivantes : elle permet de comparer la fragmentation de régions dont la superficie totale et la force des barrières varient ; elle n’est pas affectée par l’inclusion ou l’exclusion de très petites parcelles ; et elle décrit la structure d’un réseau de barrières d’une manière écologiquement significative.

Afin de cartographier l’évolution de la fragmentation du paysage et de la connectivité au fil du temps, les anciens ensembles de données peuvent se présenter sous la forme de cartes sur papier, c’est pourquoi je les numérise dans une base de données vectorielle qui, je l’espère, pourra être utilisée par les décideurs concernant la connectivité du paysage dans différents parcs. J’espère également qu’en participant à ce sommet, je pourrai obtenir des contacts avec d’autres participants qui pourraient avoir des cartes historiques de parcs pouvant être partagées pour cette recherche.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite).

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version).

Go back to eMedia presentations.

Retournez aux présentations eMedia.