Destination Canada Tools – Resources and Explorer Quotient

Destination Canada Resources and Explorer Quotient toolkit.

External Resource

Destination Canada Resources and Explorer Quotient Toolkit provides tourism businesses with valuable insights into why and how different people like to travel. Explorer Quotient goes beyond traditional market research of defining people. It looks deeper at individuals’ personal beliefs, social values and views of the world to learn exactly why different types of travellers seek out entirely different travel experiences.

Destination Canada Resources and Explorer Quotient toolkit.
Go to website.

Teaching Visitors How to Be ‘Bison Wise’ and ‘Bear Aware’: Best Practices and Lessons in Social Science for Behaviour Change

The above was presented at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

One of the most pressing and challenging issues of our modern era is educating people about the alarming effects of environmental issues such as climate change and helping them to understand the importance of taking action. The question remains as to how environmental educators can help ensure the public understands the science behind environmental issues, realize their role in addressing these issues, and feel empowered to do so (Ballantyne & Packer, 2005; 2011; Bueddefeld & Van Winkle, 2017; 2018; Hughes, 2013; Hughes, Packer, & Ballantyne, 2011). Biosphere reserves play an important role in educating people about environmental issues, encouraging an attachment to place, and facilitating meaningful pro-environmental behaviour change (UNESCO Biosphere Reserves of Canada, 2019). Specifically, the UNESCO Biosphere Reserves of Canada (2019) identifies that biospheres “are proof that a sustainable way of living is not only possible but already happening; provide local and scalable solutions to balance long-term conservation and sustainable use of natural resources; and inspire Canadians and all global citizens to replicate the practices modelled in biosphere reserves”. With these objectives in mind, Biosphere reserves need to be places for the public to learn tangible lessons in how to live harmoniously with nature and wildlife. Specifically, targeted programming, that is intended to help visitors learn how to safely interact with wildlife, is needed. This session will present the findings from a study conducted with a team of social scientists from the University of Alberta and the interpretive team from Elk Island National Park. The purpose of the research was to determine the efficacy of a dialogic-based interpretation approach to teach visitors how to become ‘Bison Wise’ and ‘Bear Aware’. Using principles from Transformative Learning Theory, Community-Based Social Marketing, and dialogic-narrative structures the research team worked with Parks Canada staff to determine key messages and related action outcomes (McKenzie-Mohr, 2000; Mezirow, 2012; Williams, Darville, & McBroom, 2018). With the onset of the COVID-19 pandemic and the cancellation of all in person interpretation during the summer of 2020, the research team and Parks Canada Interpreters pivoted to create a short interpretive video using the dialogic-based narrative approach. With limited ability to contact visitors and low response rates the research team created an innovative mixed-methods approach to evaluate the success of the interpretive video. Results indicated that this approach was very effective in helping visitors to learn key messages and successfully demonstrate the ‘thumb rule’ and identify attractants. This presentation will focus on sharing the video created for this project and the storyboarding process used to incorporate key social science approaches to support visitor learning and behaviour change.

ABSTRACT

L’un des problèmes les plus urgents et les plus difficiles de notre époque moderne est d’éduquer les gens sur les effets alarmants des problèmes environnementaux tels que le changement climatique et de les aider à comprendre l’importance d’agir. La question demeure de savoir comment les éducateurs en environnement peuvent contribuer à faire en sorte que le public comprenne la science qui sous-tend les problèmes environnementaux, qu’il prenne conscience de son rôle dans la résolution de ces problèmes et qu’il se sente habilité à le faire (Ballantyne & Packer, 2005 ; 2011 ; Bueddefeld & Van Winkle, 2017 ; 2018 ; Hughes, 2013 ; Hughes, Packer, & Ballantyne, 2011). Les réserves de biosphère jouent un rôle important pour éduquer les gens sur les questions environnementales, encourager l’attachement à un lieu et faciliter un changement de comportement pro-environnemental significatif (UNESCO Biosphere Reserves of Canada, 2019). Plus précisément, les Réserves de biosphère de l’UNESCO au Canada (2019) identifient que les biosphères ” sont la preuve qu’un mode de vie durable est non seulement possible, mais qu’il existe déjà ; elles fournissent des solutions locales et évolutives pour équilibrer la conservation à long terme et l’utilisation durable des ressources naturelles ; et elles inspirent les Canadiens et tous les citoyens du monde à reproduire les pratiques modelées dans les réserves de biosphère ”. Avec ces objectifs en tête, les réserves de biosphère doivent être des endroits où le public peut apprendre des leçons tangibles sur la façon de vivre harmonieusement avec la nature et la faune. Plus précisément, il est nécessaire de mettre en place des programmes ciblés, destinés à aider les visiteurs à apprendre comment interagir en toute sécurité avec la faune. Cette séance présentera les résultats d’une étude menée par une équipe de spécialistes en sciences sociales de l’Université de l’Alberta et l’équipe d’interprétation du parc national Elk Island. L’objectif de la recherche était de déterminer l’efficacité d’une approche d’interprétation basée sur le dialogue pour enseigner aux visiteurs comment devenir “Bison Wise” et “Bear Aware”. En utilisant les principes de la théorie de l’apprentissage transformateur, du marketing social communautaire et des structures narratives dialogiques, l’équipe de recherche a travaillé avec le personnel de Parcs Canada pour déterminer les messages clés et les résultats d’action connexes (McKenzie-Mohr, 2000 ; Mezirow, 2012 ; Williams, Darville et McBroom, 2018). Avec le début de la pandémie de COVID-19 et l’annulation de toute interprétation en personne pendant l’été 2020, l’équipe de recherche et les interprètes de Parcs Canada ont pivoté pour créer une courte vidéo d’interprétation en utilisant l’approche narrative basée sur le dialogue. Avec une capacité limitée de contacter les visiteurs et de faibles taux de réponse, l’équipe de recherche a créé une approche innovante de méthodes mixtes pour évaluer le succès de la vidéo d’interprétation. Les résultats indiquent que cette approche a été très efficace pour aider les visiteurs à apprendre les messages clés et à démontrer avec succès la ” règle du pouce ” et à identifier les attraits. Cette présentation se concentrera sur le partage de la vidéo créée pour ce projet et sur le processus de storyboarding utilisé pour incorporer les approches clés des sciences sociales afin de soutenir l’apprentissage et le changement de comportement des visiteurs.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Trip Outcomes for Attendees of Park Interpretation Programs

The above was presented at the the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

What do you remember about that outdoor theatre show or guided hike from your last park camping trip? Were there immediate impacts or lasting outcomes? Most park and protected area agencies have mandates to provide education and appreciation opportunities as part of broader outdoor recreation experiences. However, many agencies do not fully assess how much they reach these goals. Alberta Parks is seeking scientific indicators to evaluate progress towards its objectives, which will assist in setting priorities, allocating budgets, and planning. Therefore, we sought to determine differences in trip outcomes between attendees and non-attendees of personal interpretation in Alberta’s provincial parks.

During the summers of 2018 and 2019, we randomly sampled respondents from 11 provincial parks in Alberta that offered personal interpretation programs. In total, we surveyed 1672 visitors in campgrounds (98% response rate) of which 763 had attended a personal interpretation event (e.g., outdoor theatre presentations, guided hikes, family programs, and bus tours) and 909 who had not. With reference to their current camping trip, we asked respondents to indicate their level of satisfaction, learning, attitudes towards certain park management issues, intentions to participate (and actual participation) in certain park behaviours, connections to place, and positive memories of their experience. In addition, we asked respondents about their trip and demographic characteristics.

In terms of trip outcomes, interpretation attendees reported greater satisfaction and larger knowledge gains from their park experiences than non-attendees. Attendees had more park-friendly attitudes than non-attendees for three of five park issues (e.g., feeding wild animals, asking fellow campers to keep campsites clean, and building smaller campfires). Attendees had greater intentions to engage in three of eight park-friendly behaviours (e.g., asking fellow campers to keep campsites clean, attend another interpretive program, and support parks in some way) than non-attendees. Attendees engaged more often in two of five park-friendly behaviours (e.g., tell fellow campers to keep their campsites clean) than non-attendees. Attendees and non-attendees did not differ regarding the outcomes of connections to place and developing positive memories.

Regarding demographic characteristics, program attendance was not associated with gender, but attendees were more educated and had more children in their groups than non-attendees. Program attendees were more motivated by learning about nature and enjoying nature than non-attendees, while non-attendees were more motivated by having fun and relaxing than attendees.

Consistent with other studies, our results showed significant impacts from interpretive programs on visitor satisfaction and enjoyment and moderate impacts on attitude change and behaviour change. These results can help improve planning, budgeting, programming, and marketing for interpretation by park agencies around the world.

ABSTRACT

Que vous rappelez-vous de ce spectacle de théâtre en plein air ou de cette randonnée guidée lors de votre dernière sortie en camping dans un parc ? Y a-t-il eu des impacts immédiats ou des résultats durables ? La plupart des organismes responsables des parcs et des aires protégées ont pour mandat d’offrir des possibilités d’éducation et d’appréciation dans le cadre d’expériences récréatives de plein air plus vastes. Cependant, de nombreux organismes n’évaluent pas pleinement dans quelle mesure ils atteignent ces objectifs. Alberta Parks est à la recherche d’indicateurs scientifiques pour évaluer les progrès réalisés dans l’atteinte de ses objectifs, ce qui l’aidera à établir des priorités, à allouer des budgets et à planifier. Nous avons donc cherché à déterminer les différences dans les résultats des voyages entre les participants et les non-participants à l’interprétation personnelle dans les parcs provinciaux de l’Alberta.

Au cours des étés 2018 et 2019, nous avons échantillonné de façon aléatoire les répondants de 11 parcs provinciaux de l’Alberta qui offraient des programmes d’interprétation personnelle. Au total, nous avons interrogé 1 672 visiteurs dans des terrains de camping (taux de réponse de 98 %), dont 763 avaient assisté à un événement d’interprétation personnelle (p. ex. présentations de théâtre en plein air, randonnées guidées, programmes familiaux et visites en autobus) et 909 qui ne l’avaient pas fait. En ce qui concerne leur voyage de camping actuel, nous avons demandé aux répondants d’indiquer leur niveau de satisfaction, leur apprentissage, leurs attitudes à l’égard de certaines questions liées à la gestion du parc, leurs intentions de participer (et leur participation réelle) à certains comportements dans le parc, leurs liens avec le lieu et les souvenirs positifs de leur expérience. En outre, nous avons interrogé les répondants sur leur voyage et leurs caractéristiques démographiques. En ce qui concerne les résultats du voyage, les participants à l’interprétation ont déclaré être plus satisfaits et avoir acquis davantage de connaissances grâce à leurs expériences dans les parcs que les non-participants. Les participants avaient des attitudes plus respectueuses des parcs que les non-participants pour trois des cinq problèmes liés aux parcs (par exemple, nourrir les animaux sauvages, demander aux autres campeurs de garder les emplacements propres et faire de petits feux de camp). Les participants avaient davantage l’intention d’adopter trois des huit comportements favorables aux parcs (p. ex., demander à d’autres campeurs de garder les emplacements propres, assister à un autre programme d’interprétation et soutenir les parcs d’une manière ou d’une autre) que les non-participants. Les participants ont adopté plus souvent que les non-participants deux des cinq comportements favorables aux parcs (p. ex., demander à d’autres campeurs de garder leur emplacement de camping propre). Les participants et les non-participants ne diffèrent pas en ce qui concerne les résultats relatifs aux liens avec le lieu et au développement de souvenirs positifs.

En ce qui concerne les caractéristiques démographiques, la participation au programme n’était pas associée au sexe, mais les participants étaient plus instruits et avaient plus d’enfants dans leur groupe que les non-participants. Les participants au programme étaient plus motivés par l’apprentissage et l’appréciation de la nature que les non-participants, tandis que les non-participants étaient plus motivés par l’amusement et la détente que les participants.

Conformément à d’autres études, nos résultats montrent que les programmes d’interprétation ont un impact significatif sur la satisfaction et le plaisir des visiteurs et un impact modéré sur le changement d’attitude et de comportement. Ces résultats peuvent contribuer à améliorer la planification, la budgétisation, la programmation et le marketing de l’interprétation par les agences des parcs du monde entier.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Managing Human Use In Canada’s National Parks – Defining a Way Forward

The above was presented at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.


The following is preliminary content for a session at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit, submitted by Dr. Sarah Elmeligi with Canadian Parks and Wilderness Society – Southern Alberta Chapter.

Ce qui suit est le contenu préliminaire d’une session du Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021, présenté par Dr. Sarah Elmeligi avec la Société pour la nature et les parcs du Canada – section du sud de l’Alberta.

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

As visitation to some of Canada’s most popular National Parks increases, the impacts of “over-tourism” are becoming more acute and intense. Various ecological impacts of high visitation include the spread of invasive species, increased erosion and alteration of water flow patterns, increased risk of human-wildlife conflict, and displacement of sensitive species from critical habitats. The social impact of over-tourism includes increased crowding, visitor expectations not being met, and other impacts to the overall visitor experience, and potential impacts to the visitor experience. Throughout the years, Parks Canada has implemented various management actions to address visitor use at popular sites, such as shuttle buses, backcountry trail reservation systems, and encouraging visitation in shoulder seasons. Yet, these efforts have not been placed into a larger landscape strategic plan. The United States and Australia have also developed programs to strategically manage visitor use. Reviewing these approaches, we identified some commonalities. A successful visitor use management framework requires robust human use data and social science to understand levels of visitation, where people go, and what forms of recreation they participate in. Social science can also generate an understanding of visitor expectations and motivations to visit a park, which can shape management programs. Well supported visitor use management strategies engage with stakeholders throughout the process. All frameworks acknowledge that data gaps exist in our understanding of park ecological, social, and cultural values; these data gaps may be addressed as part of a framework that starts by creating visitor use objectives and goals. A robust visitor use management framework also requires monitoring programs within the context of adaptive management. This last component helps fill data gaps, facilitates experimenting with management options, and allows flexibility to continually refine management strategies to have the greatest positive effect on the park experience and its ecological attributes. Implementing a visitor use management strategy for any park is a massive effort requiring successful collaboration with external stakeholders, park managers, and the Canadian public. Finding solutions to these complex problems inherently involves the need to try new things, develop new and meaningful relationships, and reassess objectives regarding the visitor experience.

CPAWS Southern Alberta has proposed a step-by-step process that engages with stakeholders and results in a visitor use management strategy for landscape units in the Rocky Mountain National Parks:

1. Identify the Landscape Management Unit objectives and evaluation subjects relevant to visitor impacts on natural values

2. Prioritize natural assets and threats

3. Select indicators and establish thresholds

4. Establish management strategies

5. Implement, monitor, evaluate, and adjust

Putting existing management efforts into the context of an overarching strategy across a larger landscape can help increase management effectiveness in addressing multiple ecological, social, and cultural objectives. CPAWS will provide a brief overview of our proposed process and engage protected area managers in a discussion around how best to work collaboratively with stakeholders to address this complex issue.

ABSTRACT

Avec l’augmentation de la fréquentation de certains des parcs nationaux les plus populaires du Canada, les conséquences du “sur-tourisme” se font sentir de manière plus aiguë et plus intense. Parmi les divers impacts écologiques d’une forte fréquentation, on peut citer la propagation d’espèces envahissantes, l’augmentation de l’érosion et la modification des schémas d’écoulement des eaux, le risque accru de conflit entre l’homme et la faune sauvage et le déplacement d’espèces sensibles des habitats essentiels. L’impact social du sur-tourisme comprend l’augmentation de l’affluence, la non-satisfaction des attentes des visiteurs et d’autres impacts sur l’expérience globale du visiteur, ainsi que des impacts potentiels sur l’expérience du visiteur. Au fil des ans, Parcs Canada a mis en œuvre diverses mesures de gestion pour répondre à l’utilisation des visiteurs sur les sites populaires, comme les navettes, les systèmes de réservation de sentiers dans l’arrière-pays et l’encouragement de la fréquentation pendant les saisons intermédiaires. Cependant, ces efforts n’ont pas été intégrés dans un plan stratégique plus vaste concernant le paysage. Les États-Unis et l’Australie ont également développé des programmes pour gérer stratégiquement l’utilisation des visiteurs. En examinant ces approches, nous avons identifié certains points communs. Un cadre de gestion réussie de l’utilisation des visiteurs nécessite de solides données sur l’utilisation humaine et les sciences sociales pour comprendre les niveaux de fréquentation, les endroits où les gens vont et les formes de loisirs auxquelles ils participent. Les sciences sociales peuvent également permettre de comprendre les attentes et les motivations des visiteurs à visiter un parc, ce qui peut influencer les programmes de gestion. Des stratégies de gestion de l’utilisation des visiteurs bien étayées engagent les parties prenantes tout au long du processus. Tous les cadres reconnaissent qu’il existe des lacunes dans la compréhension des valeurs écologiques, sociales et culturelles des parcs ; ces lacunes peuvent être comblées dans un cadre qui commence par la création d’objectifs et de buts pour l’utilisation des visiteurs. Un cadre solide de gestion de l’utilisation des visiteurs nécessite également des programmes de surveillance dans le contexte de la gestion adaptative. Ce dernier élément permet de combler les lacunes des données, facilite l’expérimentation des options de gestion et permet une flexibilité pour affiner continuellement les stratégies de gestion afin d’avoir le plus grand effet positif possible sur l’expérience du parc et ses attributs écologiques. La mise en œuvre d’une stratégie de gestion de l’utilisation des visiteurs pour tout parc est un effort massif qui nécessite une collaboration fructueuse avec les parties prenantes externes, les gestionnaires du parc et le public canadien. Pour trouver des solutions à ces problèmes complexes, il est nécessaire d’essayer de nouvelles choses, de développer des relations nouvelles et significatives et de réévaluer les objectifs concernant l’expérience du visiteur.

CPAWS Southern Alberta a proposé un processus étape par étape qui engage les parties prenantes et aboutit à une stratégie de gestion de l’utilisation des visiteurs pour les unités de paysage dans les parcs nationaux des Rocheuses :

1. Identifier les objectifs de l’unité de gestion du paysage et les sujets d’évaluation pertinents aux impacts des visiteurs sur les valeurs naturelles

2. Donner la priorité aux biens et menaces naturels

3. Sélectionner des indicateurs et établir des seuils

4. Établir des stratégies de gestion

5. Mettre en œuvre, suivre, évaluer et ajuster

En plaçant les efforts de gestion existants dans le contexte d’une stratégie globale à l’échelle d’un paysage plus vaste, on peut contribuer à accroître l’efficacité de la gestion pour atteindre de multiples objectifs écologiques, sociaux et culturels. La SNAP fournira un bref aperçu du processus que nous proposons et engagera les gestionnaires de zones protégées dans une discussion sur la meilleure façon de travailler en collaboration avec les parties prenantes pour aborder cette question complexe.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version).

Back to pre-summit material.

Retour à la matériel de pré-sommet.

Collaboration entre l’Université du Québec à Rimouski et le parc marin du Saguenay – Saint-Laurent pour un suivi des attentes des touristes en croisière : Présentation du projet

The following was an ePoster/eMedia submission to the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit by Josée Laflamme of University of Québec. Click on the image below to view.

Voici une présentation ePoster/eMedia au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021 par Josée Laflamme avec Université du Québec à Rimouski. Cliquez sur l’image ci-dessous pour la visualiser.


Cliquez sur l’image pour ouvrir le fichier .pdf (français)

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

Collaboration between the Université du Québec à Rimouski and the Saguenay-St. Lawrence Marine Park for a follow-up of the expectations of cruise tourists: Presentation of the project.

Cetacean-watching activities at sea in the Saguenay-St. Lawrence Marine Park (SSLMP) generate considerable economic stimulation. However, they also have significant environmental consequences, particularly on the species themselves. The sustainability of these tourist activities requires the implementation of measures to minimize their environmental impact.

To this end, various initiatives have been put in place, including the establishment of the Eco-Whale Alliance (EBA) in 2011, which aims to promote responsible whale-watching practices. The AEB is an initiative of a working group composed of SLMPP tour companies, the Group for Research and Education on Marine Mammals (GREMM), Sépaq and Parks Canada (AEB, 2021). The objective of the AEB is to “limit the impacts and ensure the sustainable development of whale-watching activities in the Marine Park” (AEB, 2021).

These responsible practices limiting impacts on resources can have an impact on tourists’ satisfaction with their experience in the Marine Park. This research project is part of this context and focuses on determining indicators of expectations and satisfaction related to the observation of marine mammals by visitors on cruises in the SSLMP. Its objectives and methodological protocol are based on Giroul’s (2000) study, which aimed to identify the diversity of needs among visitors related to the tourist experience of marine mammal-watching activities at sea and to evaluate whether the clientele is ecotourist and to what extent the activity can reinforce visitors’ ecotourism attitudes and behaviours.

The study is therefore an adaptation of Giroul’s (2000) work to the current context, which is reflected in a different cruise service offer than in the 1990s, in the implementation of the AEB in 2011, and in the impact of the health crisis on SLMP attendance. Data collection will therefore be different in several respects from that of Giroul.


[1] Giroul, C. 2000. Étude des attentes et de la satisfaction de la clientèle des croisières aux baleines dans le secteur du parc marin du Saguenay – Saint-Laurent. Mémoire. Maîtrise en loisir, culture et tourisme, UQTR, 338p.

macos/deepLFree.translatedWithDeepL.text

ABSTRACT

Collaboration entre l’Université du Québec à Rimouski et le parc marin du Saguenay – Saint-Laurent pour un suivi des attentes des touristes en croisière : Présentation du projet.

Les activités d’observation en mer des cétacés dans le parc marin du Saguenay – Saint-Laurent (PMSSL) engendrent une stimulation économique considérable. Toutefois, elles entrainent également des conséquences environnementales notables, particulièrement sur les espèces elles-mêmes. La pérennité de ces activités touristiques passe par la mise en place de mesures pour minimiser leur impact environnemental.

À cet effet, diverses initiatives se sont concrétisées, dont la mise en place de l’Alliance Éco-baleine (AEB) en 2011, visant des pratiques responsables d’observation des baleines. L’AEB est issue d’une initiative d’un groupe de travail composé d’entreprises d’excursions du PMSSL, du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM), de la Sépaq et de Parcs Canada (AEB, 2021). L’objectif de l’AEB est de « limiter les impacts et assurer le développement durable des activités d’observation de baleines dans le parc marin » (AEB, 2021).

Ces pratiques responsables limitant les impacts sur les ressources peuvent avoir un impact sur la satisfaction des touristes quant à leur expérience dans le parc marin. Ce projet de recherche s’inscrit dans ce contexte et porte sur la détermination d’indicateurs des attentes et de la satisfaction liées à l’observation de mammifères marins par les visiteurs en croisière dans le PMSSL. Il s’inspire, dans ses objectifs et son protocole méthodologique, de l’étude de Giroul[1] (2000) qui avait pour buts d’une part d’identifier chez les visiteurs, la diversité des besoins liés à l’expérience touristique d’activité d’observation en mer des mammifères marins et, d’autre part, d’évaluer si la clientèle est écotouristique et jusqu’à quel point l’activité peut renforcer les attitudes et les comportements écotouristiques des visiteurs.

L’étude se veut donc une adaptation des travaux de Giroul (2000) au contexte actuel qui se traduit notamment par une offre de services de croisières différente de celle des années 90, par la mise en place de l’AEB en 2011, et par l’impact de la crise sanitaire sur la fréquentation du PMSSL. La collecte de données sera donc différente à plusieurs égards de celle de Giroul.


[1] Giroul, C. 2000. Étude des attentes et de la satisfaction de la clientèle des croisières aux baleines dans le secteur du parc marin du Saguenay – Saint-Laurent. Mémoire. Maîtrise en loisir, culture et tourisme, UQTR, 338p.

Go back to eMedia presentations.

Retournez aux présentations eMedia.