Open Access Article: Assessing Evidence for Conservation Strategies

A practical approach to assessing existing evidence for specific conservation strategies

Nick Salafsky, Robin Irvine, Judy Boshoven, Jaclyn Lucas, Kent Prior, Jean-François Bisaillon, Becky Graham, Paul Haper, André Laurin, Amanda Lavers, Lalenia Neufeld, and Richard Margoluis

First Published April, 2022

http://dx.doi.org/10.1111/csp2.12654

There is currently a great deal of work being undertaken to collect, analyze, and synthesize available evidence about the effectiveness of conservation strategies. But substantial challenges still remain in enabling practitioners to assess and apply this evidence to their conservation work in an efficient manner. To solve these challenges, there is growing recognition of the need to use situation assessments and theory of change pathways to detail a set of analytical questions and specific assumptions that can be assessed against the evidence base to “make the case” for a proposed strategy and to identify gaps in knowledge. In this study, we first provide updated definitions of some key terms. We then present and provide examples of an approach to enable practitioners to evaluate the evidence base for the critical assumptions that underlie their specific conservation strategies and to wisely use evidence coming from different knowledge systems. This practical approach, which was developed through a series of pilot tests with Parks Canada projects, involves four iterative steps: (1) identify critical questions and assumptions requiring evidence; (2) assemble and assess the specific and generic evidence for each assumption; (3) determine confidence in evidence and its implications; and (4) validate the assessment and iteratively adapt as needed. Ideally, this approach can be integrated into existing decision‐making frameworks and can also facilitate better cooperation between researchers who synthesize evidence and practitioners who use evidence to make conservation both more effective and efficient.

Citation Details

Salafsky, N., Irvine, R., Boshoven, J., Lucas, J., Prior, K., Jean‐François Bisaillon, . . . Margoluis, R. (2022). A practical approach to assessing existing evidence for specific conservation strategies. Conservation Science and Practice, 4(4) doi:http://dx.doi.org/10.1111/csp2.12654

About Open Access Peer Reviewed Resources

This article is distributed under the terms of the Creative Commons Attribution 4.0 License (https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/) which permits any use, reproduction and distribution of the work without further permission provided the original work is attributed as specified on the original published site.

A Mixed Methodology for Evaluating Use of Evidence in Conservation Planning

The above was presented at the February 22 – 25, 2022 Research eSummit.

Ce qui précède a été présenté au eSommet de Recherche du 22 au 25 février 2022.

(résumé et vidéo en français ci-dessous)

ABSTRACT

Conservation practitioners widely recognize the importance of making decisions based on the best available evidence when planning the management of protected areas. However, using evidence effectively requires access to a diverse range of sources and disciplinary expertise, and the time and resources to make use of them. Evidence-based practice also requires frank and formal evaluation of lessons learned, both within and among organizations. In this session, based on an article currently in review, we will propose a mixed methodology for empirically evaluating use of evidence, applying social science tools to systematically appraise what kinds of evidence are used in conservation planning, to what effect, and under what limitations. Using this approach, we (the session presenter and larger study team) conducted a pilot study at the Nature Conservancy of Canada, a leading land conservation organization. Our analysis of planning documents showed heaviest reliance on government sources (23% of all claims), peer reviewed literature (18%), and grey literature (17%) but varied substantially across regions, planning scales and sections within documents. Overall, 26% of claims were made without a reference or clearly identifiable source. Survey results indicated a willingness among conservation planners to build partnerships with Indigenous Nations and participate in planning processes that engage with Indigenous knowledges, but demonstrated persistent barriers to doing so in practice.

In this session, I will query what constitutes evidence in the conservation decision-making space, as well as how evidence is applied. I will discuss lessons learned from this case study and lay out a step-wise guide for other institutions to carry out similar mixed method assessments using interviews, surveys, and document analysis. In doing so, our study provides conservation practitioners with an accessible and robust process for evaluating whether the use of evidence in conservation planning reflects in-house standards and more broadly-recognized best practices. I will share insights from this case study which may inform the evaluation strategies of other organizations involved with CPCIL. I will also attempt to comment more broadly on the opportunities and challenges for evidence-based conservation planning in Canada, particularly in light of the need to better align conservation practice with expectations for reconciliation. Because we hope that the tool presented here may be adopted by conservation practitioners, this session will engage actively with audience members by soliciting feedback on the feasibility of our approach in other protected area contexts.

ABSTRACT

Les praticiens de la conservation reconnaissent largement l’importance de prendre des décisions basées sur les meilleures preuves disponibles lors de la planification de la gestion des zones protégées. Cependant, l’utilisation efficace des données probantes nécessite l’accès à un large éventail de sources et d’expertise disciplinaire, ainsi que le temps et les ressources nécessaires pour les exploiter. La pratique fondée sur les preuves exige également une évaluation franche et formelle des leçons apprises, tant au sein des organisations qu’entre elles. Dans cette session, sur la base d’un article en cours de révision, nous proposerons une méthodologie mixte pour évaluer empiriquement l’utilisation des preuves, en appliquant des outils de sciences sociales pour évaluer systématiquement quels types de preuves sont utilisés dans la planification de la conservation, avec quel effet et dans quelles limites. En utilisant cette approche, nous (le présentateur de la session et une équipe d’étude plus large) avons mené une étude pilote à Conservation de la nature Canada, une organisation de premier plan en matière de conservation des terres. Notre analyse des documents de planification a montré que les sources gouvernementales (23 % de toutes les affirmations), la littérature évaluée par les pairs (18 %) et la littérature grise (17 %) étaient les plus utilisées, mais que cette utilisation variait considérablement selon les régions, les échelles de planification et les sections des documents. Dans l’ensemble, 26 % des déclarations ont été faites sans référence ou source clairement identifiable. Les résultats de l’enquête ont montré que les planificateurs de la conservation sont disposés à établir des partenariats avec les nations autochtones et à participer à des processus de planification qui tiennent compte des connaissances autochtones, mais qu’ils se heurtent à des obstacles persistants dans la pratique.

Au cours de cette session, je m’interrogerai sur ce qui constitue une preuve dans l’espace décisionnel de la conservation, ainsi que sur la manière dont les preuves sont appliquées. Je discuterai des leçons tirées de cette étude de cas et j’établirai un guide par étapes pour que d’autres institutions puissent réaliser des évaluations similaires à l’aide de méthodes mixtes utilisant des entretiens, des enquêtes et des analyses de documents. Ce faisant, notre étude fournit aux praticiens de la conservation un processus accessible et solide pour évaluer si l’utilisation de preuves dans la planification de la conservation reflète les normes internes et les meilleures pratiques plus largement reconnues. Je partagerai les idées tirées de cette étude de cas qui peuvent éclairer les stratégies d’évaluation d’autres organisations participant au PCSOC. Je tenterai également de commenter de façon plus générale les possibilités et les défis de la planification de la conservation fondée sur des données probantes au Canada, particulièrement à la lumière de la nécessité de mieux aligner la pratique de la conservation sur les attentes en matière de réconciliation. Puisque nous espérons que l’outil présenté ici pourra être adopté par les praticiens de la conservation, cette séance engagera activement les membres de l’auditoire en sollicitant des commentaires sur la faisabilité de notre approche dans d’autres contextes d’aires protégées.

Destination Canada Tools – Resources and Explorer Quotient

Destination Canada Resources and Explorer Quotient toolkit.

External Resource

Destination Canada Resources and Explorer Quotient Toolkit provides tourism businesses with valuable insights into why and how different people like to travel. Explorer Quotient goes beyond traditional market research of defining people. It looks deeper at individuals’ personal beliefs, social values and views of the world to learn exactly why different types of travellers seek out entirely different travel experiences.

Destination Canada Resources and Explorer Quotient toolkit.
Go to website.

Destination Canada Tourism Research

Destination Canada Tourism Research website.

External Resource

Destination Canada produces regular data, market intelligence and industry analysis to help businesses market to international travellers and grow Canada’s tourism industry. Most reports are updated monthly, quarterly or annually depending on the report type. Ad hoc reports, such as information on sectors are published as updated information is available.

Destination Canada Tourism Research website.
Go to website.

Characterization of Light Pollution in Quebec’s National Parks and the Potential Candidacy of Parks as International Dark Sky Parks

The above was presented at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

This session presents the efforts made by the Quebec national parks network to characterize light pollution in several of its parks and to accompany them in the process of obtaining international certification as a dark sky protection area. With its expertise, the International Dark Sky Reserve of Mont-Mégantic (RICEMM), through the Mont-Mégantic National Park, is piloting these steps within the network.
The first part of the session will present a summary of the methodological steps for data collection, consisting of, among others: 1) continuous monitoring of light pollution at zenith with the installation of fixed instruments (TESS-W Photometer); 2) a photometric analysis of the quality of the night sky at high resolution by a mobile instrument (Sky Quality Camera); 3) a complete inventory of all outdoor luminaires in the park and an associated database; 4) interviews with managers to identify specific lighting needs. The analysis of these data takes the form of a large-scale mapping of the location of luminaires; an analysis of the impact of each luminaire on light pollution, according to criteria established in the scientific literature (i.e. need, orientation, color, intensity and period); and an identification of the most sensitive areas in terms of nocturnal ecosystems.

The second part of the presentation will deal with the support provided by the Mont-Mégantic International Dark Sky Reserve team to national park managers to improve the protection of their nocturnal environment. We will present concrete solutions to reduce the impact of poor lighting on ecosystems and access to the starry sky, without forgetting the positive effects of these actions on the improvement of the experience of visitors in accommodation. Several tools already exist or are being produced to support managers in refurbishing their lighting, such as the “Practical Lighting Guide for the Sépaq Network”, which provides concrete examples according to the needs of each park sector (e.g. campgrounds, toilet blocks, reception pavilions, etc.).

In order to perpetuate these conservation efforts, the team also assists Quebec national parks wishing to obtain International Dark Sky Park certification, issued by the International Dark Sky Association. Finally, the example of Mont-Tremblant National Park will be briefly discussed to present the benefits of such certification with respect to the conservation of the national park territory itself, the impact of public awareness activities and the enhanced experience for visitors.

ABSTRACT

Cette session présente les efforts mis en place par le réseau des parcs nationaux du Québec pour caractériser la pollution lumineuse dans plusieurs de ses parcs et pour accompagner ceux-ci dans le processus d’obtention d’une certification internationale de territoire de protection du ciel étoilé. Forte de son expertise, la Réserve internationale de ciel étoilé du Mont-Mégantic (RICEMM), par le biais du parc national du Mont-Mégantic, pilote ces démarches à l’intérieur du réseau.
Le premier volet de la session présentera un résumé des étapes méthodologiques pour la collecte de données, consistant entre autres en : 1) un suivi en continu de la pollution lumineuse au zénith avec l’installation d’instruments fixes (TESS-W Photometer); 2) une analyse photométrique de la qualité du ciel nocturne à haute résolution par un instrument mobile (Sky Quality Camera); 3) un inventaire complet de tous les luminaires extérieurs du parc et une base de données associée; 4) des entrevues avec les gestionnaires pour l’identification des besoins spécifiques en éclairage. L’analyse de ces données prend la forme d’une cartographie à grande échelle de la localisation des luminaires; d’une analyse de l’impact de chaque d’entre eux sur la pollution lumineuse, selon les critères établis dans la littérature scientifique (i.e. le besoin, l’orientation, la couleur, l’intensité et la période); et d’une identification des zones plus sensibles au niveau des écosystèmes nocturnes.

Le deuxième volet de la présentation traitera de l’accompagnement prodigué par l’équipe de la Réserve international du ciel étoilé du Mont-Mégantic aux gestionnaires des parcs nationaux pour améliorer la protection de leur environnement nocturne. Nous présenterons des solutions concrètes pour diminuer l’impact des mauvais éclairages sur les écosystèmes et l’accès au ciel étoilé, sans oublier les retombées positives de ces actions sur l’amélioration de l’expérience des visiteurs en hébergement. Plusieurs outils existent déjà ou sont en cours de production pour appuyer les gestionnaires dans la réfection de leurs éclairages, pensons ici au «Guide pratique d’éclairage du réseau de la Sépaq» qui collige des exemples concrets selon les besoins de chaque secteur des parcs (e.g. campings, blocs sanitaires, pavillon d’accueil, etc.).

Afin de pérenniser ces efforts de conservation, l’équipe accompagne également les parcs nationaux du Québec désirant obtenir une certification de Parc international de ciel étoilé, délivrée par l’International Dark Sky Association. Finalement, l’exemple du parc national du Mont-Tremblant sera brièvement abordé pour présenter les avantages d’une telle certification à l’égard de la conservation même du territoire du parc national, de l’impact des activités de sensibilisation au public et de l’expérience bonifiée pour les visiteurs.

Community-Based Biodiversity Monitoring in the Northwest Territories

The above was presented at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

This presentation will describe recent work to develop a community-based biodiversity monitoring program for protected areas in the Northwest Territories (NWT). Biodiversity monitoring is critically important to provide current information on species occurrences and abundance. In many instances, measures of biodiversity can act as an early warning to trigger management interventions. Within the NWT, the challenge comes from sampling a vast and largely inaccessible area with limited capacity on the part of Territorial, Federal, and Indigenous governments. With increasing pressures from climate change, human use, and protected area development, the ability to have long-term monitoring of biodiversity is critical for the identification of threats to wildlife populations and to implement a timely and successful response. To this end, the Government of the Northwest Territories, Government of Canada Environment and Climate Change Canada, Canadian Wildlife Service (CWS), University of British Columbia (UBC) and the K’asho Got’ine Foundation are working with Indigenous governments who are cooperatively managing several protected areas to deploy wildlife cameras and sound recorders in a pilot biodiversity monitoring program. This information will help protected area management boards to make future decisions on management and monitoring. To support this program, the partners have worked together to provide training programs for Guardians on environmental sensors, winter safety training and boat safety, and worked with these individuals to deploy wildlife monitoring stations (each with a paired camera and sound recorder) in several areas including Ts’udé Nilįné Tuyeta and Dınà gà  Wek’èhodଠTerritorial Protected Areas. This presentation will be a combination of a promotional video that is being produced to highlight this initiative in Ts’udé Nilįné Tuyeta Territorial Protected Area and a pre-recorded presentation on the project.

ABSTRACT

Cette présentation décrira les travaux récents visant à développer un programme communautaire de surveillance de la biodiversité pour les zones protégées des Territoires du Nord-Ouest (TNO). La surveillance de la biodiversité est d’une importance capitale pour fournir des informations actuelles sur la présence et l’abondance des espèces. Dans de nombreux cas, les mesures de la biodiversité peuvent servir d’alerte précoce pour déclencher des interventions de gestion. Dans les TNO, le défi vient de l’échantillonnage d’une zone vaste et largement inaccessible, avec une capacité limitée de la part des gouvernements territorial, fédéral et autochtone. Compte tenu des pressions croissantes exercées par le changement climatique, l’utilisation humaine et le développement des aires protégées, la capacité de surveiller la biodiversité à long terme est essentielle pour identifier les menaces qui pèsent sur les populations d’animaux sauvages et pour mettre en œuvre une réponse rapide et efficace. À cette fin, le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest, le gouvernement du Canada, Environnement et Changement climatique Canada, le Service canadien de la faune (SCF), l’Université de la Colombie-Britannique (UBC) et la K’asho Got’ine Foundation travaillent avec les gouvernements autochtones qui gèrent conjointement plusieurs zones protégées afin de déployer des caméras et des enregistreurs sonores dans le cadre d’un programme pilote de surveillance de la biodiversité. Ces informations aideront les conseils de gestion des aires protégées à prendre des décisions futures en matière de gestion et de surveillance. Pour soutenir ce programme, les partenaires ont travaillé ensemble pour fournir des programmes de formation aux gardiens sur les capteurs environnementaux, la formation à la sécurité en hiver et la sécurité des bateaux, et ont travaillé avec ces personnes pour déployer des stations de surveillance de la faune (chacune avec une caméra jumelée et un enregistreur de son) dans plusieurs zones, y compris les aires protégées territoriales de Ts’udé Nilįné Tuyeta et Dınà gà Wek’èhodà¬. Cette présentation sera une combinaison d’une vidéo promotionnelle qui est produite pour mettre en évidence cette initiative dans la zone territoriale protégée de Ts’udé Nilįné Tuyeta et d’une présentation préenregistrée sur le projet.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Trip Outcomes for Attendees of Park Interpretation Programs

The above was presented at the the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

What do you remember about that outdoor theatre show or guided hike from your last park camping trip? Were there immediate impacts or lasting outcomes? Most park and protected area agencies have mandates to provide education and appreciation opportunities as part of broader outdoor recreation experiences. However, many agencies do not fully assess how much they reach these goals. Alberta Parks is seeking scientific indicators to evaluate progress towards its objectives, which will assist in setting priorities, allocating budgets, and planning. Therefore, we sought to determine differences in trip outcomes between attendees and non-attendees of personal interpretation in Alberta’s provincial parks.

During the summers of 2018 and 2019, we randomly sampled respondents from 11 provincial parks in Alberta that offered personal interpretation programs. In total, we surveyed 1672 visitors in campgrounds (98% response rate) of which 763 had attended a personal interpretation event (e.g., outdoor theatre presentations, guided hikes, family programs, and bus tours) and 909 who had not. With reference to their current camping trip, we asked respondents to indicate their level of satisfaction, learning, attitudes towards certain park management issues, intentions to participate (and actual participation) in certain park behaviours, connections to place, and positive memories of their experience. In addition, we asked respondents about their trip and demographic characteristics.

In terms of trip outcomes, interpretation attendees reported greater satisfaction and larger knowledge gains from their park experiences than non-attendees. Attendees had more park-friendly attitudes than non-attendees for three of five park issues (e.g., feeding wild animals, asking fellow campers to keep campsites clean, and building smaller campfires). Attendees had greater intentions to engage in three of eight park-friendly behaviours (e.g., asking fellow campers to keep campsites clean, attend another interpretive program, and support parks in some way) than non-attendees. Attendees engaged more often in two of five park-friendly behaviours (e.g., tell fellow campers to keep their campsites clean) than non-attendees. Attendees and non-attendees did not differ regarding the outcomes of connections to place and developing positive memories.

Regarding demographic characteristics, program attendance was not associated with gender, but attendees were more educated and had more children in their groups than non-attendees. Program attendees were more motivated by learning about nature and enjoying nature than non-attendees, while non-attendees were more motivated by having fun and relaxing than attendees.

Consistent with other studies, our results showed significant impacts from interpretive programs on visitor satisfaction and enjoyment and moderate impacts on attitude change and behaviour change. These results can help improve planning, budgeting, programming, and marketing for interpretation by park agencies around the world.

ABSTRACT

Que vous rappelez-vous de ce spectacle de théâtre en plein air ou de cette randonnée guidée lors de votre dernière sortie en camping dans un parc ? Y a-t-il eu des impacts immédiats ou des résultats durables ? La plupart des organismes responsables des parcs et des aires protégées ont pour mandat d’offrir des possibilités d’éducation et d’appréciation dans le cadre d’expériences récréatives de plein air plus vastes. Cependant, de nombreux organismes n’évaluent pas pleinement dans quelle mesure ils atteignent ces objectifs. Alberta Parks est à la recherche d’indicateurs scientifiques pour évaluer les progrès réalisés dans l’atteinte de ses objectifs, ce qui l’aidera à établir des priorités, à allouer des budgets et à planifier. Nous avons donc cherché à déterminer les différences dans les résultats des voyages entre les participants et les non-participants à l’interprétation personnelle dans les parcs provinciaux de l’Alberta.

Au cours des étés 2018 et 2019, nous avons échantillonné de façon aléatoire les répondants de 11 parcs provinciaux de l’Alberta qui offraient des programmes d’interprétation personnelle. Au total, nous avons interrogé 1 672 visiteurs dans des terrains de camping (taux de réponse de 98 %), dont 763 avaient assisté à un événement d’interprétation personnelle (p. ex. présentations de théâtre en plein air, randonnées guidées, programmes familiaux et visites en autobus) et 909 qui ne l’avaient pas fait. En ce qui concerne leur voyage de camping actuel, nous avons demandé aux répondants d’indiquer leur niveau de satisfaction, leur apprentissage, leurs attitudes à l’égard de certaines questions liées à la gestion du parc, leurs intentions de participer (et leur participation réelle) à certains comportements dans le parc, leurs liens avec le lieu et les souvenirs positifs de leur expérience. En outre, nous avons interrogé les répondants sur leur voyage et leurs caractéristiques démographiques. En ce qui concerne les résultats du voyage, les participants à l’interprétation ont déclaré être plus satisfaits et avoir acquis davantage de connaissances grâce à leurs expériences dans les parcs que les non-participants. Les participants avaient des attitudes plus respectueuses des parcs que les non-participants pour trois des cinq problèmes liés aux parcs (par exemple, nourrir les animaux sauvages, demander aux autres campeurs de garder les emplacements propres et faire de petits feux de camp). Les participants avaient davantage l’intention d’adopter trois des huit comportements favorables aux parcs (p. ex., demander à d’autres campeurs de garder les emplacements propres, assister à un autre programme d’interprétation et soutenir les parcs d’une manière ou d’une autre) que les non-participants. Les participants ont adopté plus souvent que les non-participants deux des cinq comportements favorables aux parcs (p. ex., demander à d’autres campeurs de garder leur emplacement de camping propre). Les participants et les non-participants ne diffèrent pas en ce qui concerne les résultats relatifs aux liens avec le lieu et au développement de souvenirs positifs.

En ce qui concerne les caractéristiques démographiques, la participation au programme n’était pas associée au sexe, mais les participants étaient plus instruits et avaient plus d’enfants dans leur groupe que les non-participants. Les participants au programme étaient plus motivés par l’apprentissage et l’appréciation de la nature que les non-participants, tandis que les non-participants étaient plus motivés par l’amusement et la détente que les participants.

Conformément à d’autres études, nos résultats montrent que les programmes d’interprétation ont un impact significatif sur la satisfaction et le plaisir des visiteurs et un impact modéré sur le changement d’attitude et de comportement. Ces résultats peuvent contribuer à améliorer la planification, la budgétisation, la programmation et le marketing de l’interprétation par les agences des parcs du monde entier.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Study of the Spatial Dynamics of Belugas in the Estuary of St. Lawrence in a Population Conservation Context

The above was presented at the the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

The St. Lawrence Estuary (ESL) and the Saguenay-St. Lawrence Fjord (SSL) are home to the resident population of the St. Lawrence beÌluga (Delphinapterus leucas) classified as endangered. Despite conservation efforts since 1995, such as the creation of the Saguenay-St. Lawrence Marine Park in 1998 to protect the habitat of the beluga population, the population continues to decline at a rate of about 1% per year, to about 1000 individuals. Under its very precarious status, an action plan was adopted in 2020 to reduce underwater noise in the beluga’s summer habitat, identified as one of the major issues limiting the recovery of this population. Indeed, marine traffic from different segments of the shipping industry is intense during the summer period, resulting in numerous overlapping areas where interactions between boats and beluga whales are frequent. In the short and long term, such acoustic degradation of cetacean habitat can cause the interruption of vital activities or even the avoidance of essential areas by the animals. However, the assessment and mitigation of the impacts of maritime traffic on belugas must be based on a good understanding of their movement patterns and distribution, taking into account the herding behaviour of the species, which has a social organisation in herds. This understanding remains incomplete at the present time. At the heart of a collaborative and intersectoral program on beluga whales and the impact of maritime traffic, my PhD project aims to identify the mechanisms underlying the spatial dynamics of beluga in ESL and SSL. To do so, the dynamics of fusion and fission within and between herds and mechanisms (i.e., environmental, social and behavioural) are studied in order to better understand their role in the rules of population interactions, such as movement patterns and habitat selection in ESL and SSL beluga whales. Displacement behaviour is also studied to determine the environmental and social variables that influence individual displacement strategies. Finally, the biological functions of high use areas are being determined. These analyses are being carried out using databases shared by partners and collaborators that describe the spatial distribution, surface and diving behaviour of beluga whales and the environmental conditions in their habitat over the last 30 years. The mobilization of this fundamental knowledge of biology and ecology represents a keystone for improving current assessments of the noise level perceived by belugas in their habitat by taking into account their spatial and social behaviour. In particular, they will help to identify and prioritize the protection of areas deemed essential to the survival and recovery of the population through the planning of new marine protected areas. On the other hand, alternative navigation routes as well as acoustic, spatial and temporal refuges could potentially be determined to take into account the importance of these areas that are heavily used by belugas.

ABSTRACT

L’estuaire du Saint-Laurent (ESL) et le Fjord du Saguenay-Saint-Laurent (SSL) abritent la population residente du beluga (Delphinapterus leucas) du Saint-Laurent classee en voie de disparition. Malgre des efforts de conservation mis en place depuis 1995, tels que la création du parc marin du Saguenay-Saint-Laurent en 1998 pour protéger l’habitat de la population de béluga, la population poursuit un declin aÌ€ un taux avoisinant 1% par an, se situant aÌ€ environ 1000 individus. En vertu de son statut treÌ€s precaire, un plan d’action a ete adopte en 2020 afin de reduire le bruit sous-marin dans l’habitat estival du beluga, identifie comme l’un des enjeux majeur limitant le retablissement de cette population. En effet, la circulation maritime des différents segments de la navigation est intense pendant la période estivale ce qui donne lieu à  de nombreuses zones de chevauchements o๠les interactions entre bateaux et bélugas sont fréquentes. A court et long terme, une telle dégradation acoustique de l’habitat de cétacés peut provoquer l’interruption d’activités vitales voire l’évitement de zones essentielles par les animaux. Toutefois, l’evaluation et l’attenuation des impacts du trafic maritime sur les belugas doit passer par une bonne comprehension de leurs patrons de deplacements et de leur distribution tenant compte du comportement grégaire de l’espèce qui a une organisation sociale en troupeau. Cette comprehension demeure neanmoins incompleÌ€te aÌ€ l’heure actuelle. Au cÅ“ur d’un programme collaboratif et intersectoriel sur le béluga et l’impact du trafic maritime, mon projet de doctorat vise à  identifier les mecanismes sous-jacents aÌ€ la dynamique spatiale du beluga dans l’ESL et le SSL. Pour cela, la dynamique de fusion et de fission au sein et entre les troupeaux et les mécanismes (i.e., environnementaux, sociaux et comportementaux) est étudiée afin de mieux comprendre son rôle dans les règles d’interactions de la population, tels que les patrons de déplacements et la sélection d’habitat chez les bélugas de l’ESL et du SSL. Le comportement de deplacement est aussi etudie pour determiner les variables environnementales et sociales qui influencent les strategies individuelles de deplacement. Enfin, les fonctions biologiques des aires fortement utilisees sont en cours de détermination. Ces analyses sont réalisée à  partir des bases de données partagées par des partenaires et des collaborateurs qui décrivent la répartition spatiale, le comportement de surface et de plongée des bélugas ainsi que les conditions environnementales dans son habitat au cours des 30 dernières années. La mobilisation de ces connaissances fondamentales sur la biologie et l’écologie représentent une clé de voute afin d’améliorer les évaluations actuelles du niveau de bruit perà§u par les bélugas dans leur habitat en tenant compte de son comportement spatial et social. Elles permettront notamment de déterminer et prioriser la protection d’aires jugées essentielles à  la survie et au rétablissement de la population grà¢ce à  la planification de nouvelles aires marines protégées. D’autre part, des routes alternatives de navigation ainsi que des refuges acoustiques, spatiaux et temporels, pourront potentiellement àutre déterminés pour prendre en compte l’importance de ces aires fortement utilisées par les bélugas.

Modélisation multi-agent de la navigation de plaisance visant à réduire les impacts envers les bélugas du St. Laurent​

Voici une présentation ePoster/eMedia au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021 par Camille Kowalski de l’Université de du Québec en Outaouais, département des sciences naturelles. Cliquez sur l’image ci-dessous pour l’agrandir.

The following was an ePoster/eMedia submission to the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit by Camille Kowalski of the University of Quebec in Outaouais, Department of Natural Sciences. Click on the image below to enlarge.


CPCIL Research Summit ePoster by Camille Kowalski.

ABSTRACT

(English below)

Mon projet consiste à modéliser la navigation de plaisance du Saguenay St. Laurent (SSL) afin de compléter un outil d’aide à la gestion de ce système socio-écologique (3MTSim : un simulateur représentant les mouvements des bélugas et des quatre espèces de grands rorquals les plus fréquents dans la région ainsi que les différents segments de la navigation). En ajoutant le modèle multi-agent représentant les comportements des plaisanciers à 3MTSim, le simulateur fournira une vision complète du système et les impacts liés aux différents segments de la navigation (notamment acoustiques) pourront àutre évalués. Enfin, des scénarios visant à atténuer ces impacts, telle que la mise en place d’aires marines protégées, pourront àutre testés. En effet, ce milieu abrite la population résidente des belugas du St. Laurent, classée en voie de disparition. De plus, les activités de plaisance dans l’habitat du béluga sont peu documentées en comparaison des autres segments de la navigation.

Une étude publiée en 2014 met en lumière une corrélation positive entre le niveau d’activités de plaisance et la mortalité chez les veaux (le pic des activités de plaisance dans l’habitat essentiel du béluga du Saint-Laurent étant pendant la saison estivale (juillet-aout), période à laquelle les femelles belugas mettent bas et prennent soin des nouveau-nés). Ces constats ainsi que de nombreuses observations effectuées sur le terrain mettent en lumière le besoin d’approfondir les connaissances quant aux impacts de la navigation de plaisance sur la population de bélugas dans le SSL.

La objectifs spécifiques du projet :

Objectif 1 : conceptualisation du modèle multi-agent
Objectif 2 : détermination des archétypes de plaisanciers
Objectif 3 : identification des impacts acoustiques liés aux interactions bélugas – plaisanciers dans les aires de haute résidence
Objectif 4 : paramétrisation et validation du modèle multi-agent / intégration du modèle multi-agent à 3MTSim / simulations.

Pour se faire différentes méthodes seront utilisées afin de collecter des données en plus de celles étant déjà disponibles, notamment le développement d’un jeu sérieux (permettant aux participants plaisanciers de « naviguer » virtuellement sur le SSL), des observations terrestres (menées lors des saisons estivales à l’aide d’un théodolite et de jumelles sur trépied) ainsi qu’un appel à la participation volontaire des plaisanciers du SSL (collecte de trajectoires via application mobile de géolocalisation, un site internet a été créé afin d’expliquer la marche à suivre pour les personnes désirant participer). Finalement, le projet contribuera à la mise en Å“uvre des plans d’actions visant à réduire l’exposition des bélugas au bruit sous-marin, à travers l’apport de nouvelles informations concernant la navigation de plaisance du SSL.

ABSTRACT

My project consists of modeling the recreational boating of the Saguenay St. Lawrence (SSL) in order to complete a tool to help manage this socio-ecological system (3MTSim: a simulator representing the movements of beluga whales and the four species of large whales most frequent in the region as well as the different segments of the navigation). By adding the multi-agent model representing the behaviours of recreational boaters to 3MTSim, the simulator will provide a complete vision of the system and the impacts related to the different segments of navigation (notably acoustic) can be evaluated. Finally, scenarios aimed at mitigating these impacts, such as the establishment of marine protected areas, can also be tested. Indeed, this environment is home to the resident St. Lawrence beluga whale population, which is classified as endangered. In addition, recreational activities in beluga whale habitat are poorly documented compared to other segments of the shipping industry.

A study published in 2014 highlights a positive correlation between the level of recreational activities and calf mortality (the peak of recreational activities in critical St. Lawrence beluga whale habitat being during the summer season (July-August), when female beluga whales give birth and care for newborn calves). These findings, as well as numerous observations made in the field, highlight the need to increase our knowledge of the impacts of recreational boating on the beluga whale population in the SSL.

The specific objectives of the project :

Objective 1: Conceptualization of the multi-agent model
Objective 2: Determination of boater archetypes
Objective 3: Identification of acoustic impacts related to beluga-beluga interactions with boaters in areas of high residence
Objective 4: parameterization and validation of the multi-agent model / integration of the multi-agent model to 3MTSim / simulations.

Different methods will be used to collect data in addition to those already available, including the development of a serious game (allowing boaters participants to “navigate” virtually on the SSL), land observations (conducted during the summer seasons using a theodolite and binoculars on tripods) and a call for voluntary participation of SSL boaters (collection of trajectories via mobile geolocation application, a website has been created to explain the steps to follow for those wishing to participate). Finally, the project will contribute to the implementation of action plans aimed at reducing the exposure of belugas to underwater noise, through the provision of new information concerning the boating activities of the SSL.

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version).

Ecology and Distribution of Eastern Waterfan (Peltigera Hydrothyria) in Atlantic Canada

The following was an ePoster/eMedia submission to the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit by Neil Vinson with Parks Canada. Click on the image below to enlarge.

Voici une présentation ePoster/eMedia au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021 par Neil Vinson avec Parcs Canada. Cliquez sur l’image ci-dessous pour l’agrandir.


CPCIL eposter Eastern Waterfan Parks Canada
Click to enlarge.

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

Eastern Waterfan is a rare lichen only found in Eastern North America. In Canada, it is only found in New Brunswick, Nova Scotia, and Quebec. Eastern Waterfan is classified as Threatened by the Committee on the Status of Endangered Wildlife in Canada (COSEWIC) and the Species at Risk Act (SARA). Amazingly, new monitoring has found that approximately 50% of the total Canadian population of Eastern Waterfan occurs within Fundy National Park! Lichens are a co-dependent relationship between a fungus and an alga/cyanobacteria. The alga or cyanobacteria produces food through photosynthesis. The fungus provides protection while absorbing the food. This allows the lichen to live in areas that neither species would be able to live in alone. Eastern Waterfan uses cyanobacteria (Capsosira lowei) to produce food and is one of the few leafy lichens that can grow underwater. Eastern Waterfan has a purple, leafy appearance. Fan-shaped veins support the underside of the body. The lichen is attached to rocks at or just below water level by spongy bundles of fibres. Round spore-producing structures are red-brown in colour and are found on the leafy edge of the lichen. Eastern Waterfan grows in cool, clear, partially shaded streams. It is usually found in protected backwaters out of the main current. Colonies are very slow growing and take over 10 years to establish. Tree cover over the Dickson Brook Watershed in Fundy National Park keeps the water cool, the air humid, and limits the amount of soil deposited into the stream due to erosion. These characteristics make Dickson Brook ideal for Eastern Waterfan to grow. In 2013, the Committee on the Status of Endangered Wildlife in Canada (COSEWIC) reported a Canadian population of +/- 1,282 mature individuals and stated it was “doubtful if Canadian population will exceed 2000 colonies”. The new findings in 2019 saw over 800 observations in 28 brooks in Fundy National Park. This has resulted in >1000 colonies or 50% of known Canadian population in Fundy National Park.

ABSTRACT

L’Eastern Waterfan est un lichen rare que l’on ne trouve que dans l’est de l’Amérique du Nord. Au Canada, il n’est présent qu’au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse et au Québec. La Vanne de l’Est est classée comme menacée par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) et par la Loi sur les espèces en péril (LEP). Étonnamment, de nouvelles études ont montré qu’environ 50 % de la population canadienne totale de cette espèce se trouve dans le parc national de Fundy ! Les lichens sont une relation de codépendance entre un champignon et une algue/cyanobactérie. L’algue ou la cyanobactérie produit de la nourriture par photosynthèse. Le champignon offre une protection tout en absorbant la nourriture. Cela permet au lichen de vivre dans des zones où aucune espèce ne pourrait vivre seule. L’Eastern Waterfan utilise des cyanobactéries (Capsosira lowei) pour produire de la nourriture et est l’un des rares lichens feuillus qui peuvent se développer sous l’eau. L’Eastern Waterfan a un aspect pourpre et feuillu. Des veines en forme d’éventail soutiennent le dessous du corps. Le lichen est fixé aux rochers au niveau de l’eau ou juste en dessous par des faisceaux de fibres spongieuses. Les structures rondes productrices de spores sont de couleur rouge-brun et se trouvent sur le bord feuillu du lichen. L’aigle royal pousse dans les cours d’eau frais, clairs et partiellement ombragés. On le trouve généralement dans les eaux secondaires protégées, en dehors du courant principal. Les colonies ont une croissance très lente et mettent plus de 10 ans à s’établir. Le couvert végétal du bassin versant du ruisseau Dickson, dans le parc national de Fundy, maintient l’eau fraîche, l’air humide et limite la quantité de sol déposée dans le ruisseau par l’érosion. Ces caractéristiques font du ruisseau Dickson l’endroit idéal pour la croissance des oiseaux aquatiques de l’Est. En 2013, le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a fait état d’une population canadienne de +/- 1 282 individus matures et a déclaré qu’il était “douteux que la population canadienne dépasse 2 000 colonies”. Les nouveaux résultats de 2019 ont permis de faire plus de 800 observations dans 28 ruisseaux du parc national de Fundy. Cela a donné plus de 1000 colonies, soit 50% de la population canadienne connue dans le parc national de Fundy.

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version).