Indigenous Protected and Conserved Areas Video

Indigenous Protected and Conserved Areas summary video YouTube

External Resource

As part of the process of Canada’s Pathway to Target 1, Indigenous Nations across turtle island in what is now known as Canada, came together in ethical space with the Federal and Provincial governments in ceremony and conference to discuss Indigenous Protected and Conserved Areas in Stoney Nakoda / treaty 7 territory (Canmore, Alberta) October 2018. This short film highlights some of those discussions and the guiding principles, and is an excerpt from a longer film to be publicly released in Lkwungen territory of the Songhees, Esquimalt and WSÁNEĆ peoples (aka Victoria, BC) on April 17th, 2019 As part of the 35 year anniversary of the Meares Island Tribal Park.

Indigenous Protected and Conserved Areas summary video YouTube
Go to YouTube video.

Destination Canada Tourism Research

Destination Canada Tourism Research website.

External Resource

Destination Canada produces regular data, market intelligence and industry analysis to help businesses market to international travellers and grow Canada’s tourism industry. Most reports are updated monthly, quarterly or annually depending on the report type. Ad hoc reports, such as information on sectors are published as updated information is available.

Destination Canada Tourism Research website.
Go to website.

Ecological Corridors and Networks: Key Ingredients for Enduring Conservation

The above was presented at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

The WCPA Connectivity Conservation Specialist Group has completed the first ever global guidelines for advancing best practices to protect the interconnections of protected and conserved areas, and restore degraded or fragmented ecosystems. Connectivity conservation is recognised by scientists, policy makers, and practitioners as a comprehensive approach for better protecting nature across terrestrial, marine, and freshwater ecosystems. Culminating over 20 years of work at IUCN, these Guidelines for Conserving Connectivity through Ecological Networks and Corridors describe and exemplify innovative tools to support more consistent conservation efforts to combat fragmentation, halt biodiversity loss, and better adapt to climate change. Led by the WCPA Connectivity Conservation Specialist Group, and with contributions from more than 100 experts in 30 countries, this work also provides 25 case studies illustrating a diversity of ways that ecological connectivity is being conserved around the world. These Guidelines seek to meet increasing demand for conservation solutions that protect well-connected ecosystems supporting a diversity of ecological functions such as migration, water and nutrient cycling, pollination, seed dispersal, food security, climate resilience, and disease resistance. They introduce common definitions and highlight applications across resource uses, jurisdictions, cultures, and geographies. Furthermore, they address different ecosystems and species, cover varying spatial and temporal scales, and recommend formal designation of ecological corridors to knit together parks and protected areas. Essentially ecological corridors are the third leg of the conservation stool connecting protected areas and other effective area-based conservation measures (OECMs) to achieve long-term functional ecological networks. This keynote will be a powerpoint presentation that seeks to provide a deeper understanding around the need for ecological connectivity, how the world is defining and implementing ecological corridors on the ground, and what processes and types of governance must be incorporated to be considered an ecological corridor by IUCN. Insights from 25 case studies around the world will offer ideas as to approaches that any level of government in Canada could advance to ensure parks and protected areas can more effectively conserve biodiversity during this time of climate change. Securing ecological connectivity requires developing effective collaborations across jurisdictional boundaries on public lands as well as private lands and the Indigenous territories across all of Canada. Given 21st century conservation challenges, the world, including Canada, must advance connectivity conservation quickly.

ABSTRACT

Le groupe de spécialistes de la conservation des connexions de la CMAP a achevé les toutes premières lignes directrices mondiales visant à faire progresser les meilleures pratiques pour protéger les interconnexions des zones protégées et conservées, et restaurer les écosystèmes dégradés ou fragmentés. La conservation de la connectivité est reconnue par les scientifiques, les décideurs politiques et les praticiens comme une approche globale pour mieux protéger la nature dans les écosystèmes terrestres, marins et d’eau douce. Culminant plus de 20 ans de travail à l’UICN, ces lignes directrices pour la conservation de la connectivité par le biais de réseaux et de corridors écologiques décrivent et illustrent des outils innovants pour soutenir des efforts de conservation plus cohérents afin de lutter contre la fragmentation, d’arrêter la perte de biodiversité et de mieux s’adapter au changement climatique. Mené par le Groupe de spécialistes de la conservation de la connectivité de la CMAP, et avec la contribution de plus de 100 experts dans 30 pays, ce travail fournit également 25 études de cas illustrant une diversité de moyens de conservation de la connectivité écologique dans le monde. 

Ces lignes directrices visent à répondre à la demande croissante de solutions de conservation qui protègent des écosystèmes bien connectés soutenant une diversité de fonctions écologiques telles que la migration, le cycle de l’eau et des nutriments, la pollinisation, la dispersion des semences, la sécurité alimentaire, la résilience climatique et la résistance aux maladies. Elles présentent des définitions communes et mettent en évidence les applications dans les différentes utilisations des ressources, juridictions, cultures et géographies. En outre, ils abordent différents écosystèmes et espèces, couvrent des échelles spatiales et temporelles variables et recommandent la désignation officielle de corridors écologiques pour relier les parcs et les zones protégées. Les corridors écologiques sont essentiellement la troisième étape du tabouret de la conservation reliant les zones protégées et d’autres mesures de conservation efficaces basées sur la zone (OECM) pour obtenir des réseaux écologiques fonctionnels à long terme. Cette présentation PowerPoint vise à mieux faire comprendre la nécessité de la connectivité écologique, la façon dont le monde définit et met en œuvre les corridors écologiques sur le terrain, et les processus et types de gouvernance qui doivent être intégrés pour être considérés comme un corridor écologique par l’UICN. Les 25 études de cas réalisées dans le monde entier donneront des idées sur les approches que tout niveau de gouvernement au Canada pourrait adopter pour que les parcs et les zones protégées puissent conserver plus efficacement la biodiversité en cette période de changement climatique. Pour assurer la connectivité écologique, il faut développer des collaborations efficaces au-delà des frontières juridictionnelles sur les terres publiques ainsi que sur les terres privées et les territoires autochtones dans tout le Canada. Compte tenu des défis du XXIe siècle en matière de conservation, le monde, y compris le Canada, doit faire progresser rapidement la conservation de la connectivité.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Modélisation multi-agent de la navigation de plaisance visant à réduire les impacts envers les bélugas du St. Laurent​

Voici une présentation ePoster/eMedia au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021 par Camille Kowalski de l’Université de du Québec en Outaouais, département des sciences naturelles. Cliquez sur l’image ci-dessous pour l’agrandir.

The following was an ePoster/eMedia submission to the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit by Camille Kowalski of the University of Quebec in Outaouais, Department of Natural Sciences. Click on the image below to enlarge.


CPCIL Research Summit ePoster by Camille Kowalski.

ABSTRACT

(English below)

Mon projet consiste à modéliser la navigation de plaisance du Saguenay St. Laurent (SSL) afin de compléter un outil d’aide à la gestion de ce système socio-écologique (3MTSim : un simulateur représentant les mouvements des bélugas et des quatre espèces de grands rorquals les plus fréquents dans la région ainsi que les différents segments de la navigation). En ajoutant le modèle multi-agent représentant les comportements des plaisanciers à 3MTSim, le simulateur fournira une vision complète du système et les impacts liés aux différents segments de la navigation (notamment acoustiques) pourront àutre évalués. Enfin, des scénarios visant à atténuer ces impacts, telle que la mise en place d’aires marines protégées, pourront àutre testés. En effet, ce milieu abrite la population résidente des belugas du St. Laurent, classée en voie de disparition. De plus, les activités de plaisance dans l’habitat du béluga sont peu documentées en comparaison des autres segments de la navigation.

Une étude publiée en 2014 met en lumière une corrélation positive entre le niveau d’activités de plaisance et la mortalité chez les veaux (le pic des activités de plaisance dans l’habitat essentiel du béluga du Saint-Laurent étant pendant la saison estivale (juillet-aout), période à laquelle les femelles belugas mettent bas et prennent soin des nouveau-nés). Ces constats ainsi que de nombreuses observations effectuées sur le terrain mettent en lumière le besoin d’approfondir les connaissances quant aux impacts de la navigation de plaisance sur la population de bélugas dans le SSL.

La objectifs spécifiques du projet :

Objectif 1 : conceptualisation du modèle multi-agent
Objectif 2 : détermination des archétypes de plaisanciers
Objectif 3 : identification des impacts acoustiques liés aux interactions bélugas – plaisanciers dans les aires de haute résidence
Objectif 4 : paramétrisation et validation du modèle multi-agent / intégration du modèle multi-agent à 3MTSim / simulations.

Pour se faire différentes méthodes seront utilisées afin de collecter des données en plus de celles étant déjà disponibles, notamment le développement d’un jeu sérieux (permettant aux participants plaisanciers de « naviguer » virtuellement sur le SSL), des observations terrestres (menées lors des saisons estivales à l’aide d’un théodolite et de jumelles sur trépied) ainsi qu’un appel à la participation volontaire des plaisanciers du SSL (collecte de trajectoires via application mobile de géolocalisation, un site internet a été créé afin d’expliquer la marche à suivre pour les personnes désirant participer). Finalement, le projet contribuera à la mise en Å“uvre des plans d’actions visant à réduire l’exposition des bélugas au bruit sous-marin, à travers l’apport de nouvelles informations concernant la navigation de plaisance du SSL.

ABSTRACT

My project consists of modeling the recreational boating of the Saguenay St. Lawrence (SSL) in order to complete a tool to help manage this socio-ecological system (3MTSim: a simulator representing the movements of beluga whales and the four species of large whales most frequent in the region as well as the different segments of the navigation). By adding the multi-agent model representing the behaviours of recreational boaters to 3MTSim, the simulator will provide a complete vision of the system and the impacts related to the different segments of navigation (notably acoustic) can be evaluated. Finally, scenarios aimed at mitigating these impacts, such as the establishment of marine protected areas, can also be tested. Indeed, this environment is home to the resident St. Lawrence beluga whale population, which is classified as endangered. In addition, recreational activities in beluga whale habitat are poorly documented compared to other segments of the shipping industry.

A study published in 2014 highlights a positive correlation between the level of recreational activities and calf mortality (the peak of recreational activities in critical St. Lawrence beluga whale habitat being during the summer season (July-August), when female beluga whales give birth and care for newborn calves). These findings, as well as numerous observations made in the field, highlight the need to increase our knowledge of the impacts of recreational boating on the beluga whale population in the SSL.

The specific objectives of the project :

Objective 1: Conceptualization of the multi-agent model
Objective 2: Determination of boater archetypes
Objective 3: Identification of acoustic impacts related to beluga-beluga interactions with boaters in areas of high residence
Objective 4: parameterization and validation of the multi-agent model / integration of the multi-agent model to 3MTSim / simulations.

Different methods will be used to collect data in addition to those already available, including the development of a serious game (allowing boaters participants to “navigate” virtually on the SSL), land observations (conducted during the summer seasons using a theodolite and binoculars on tripods) and a call for voluntary participation of SSL boaters (collection of trajectories via mobile geolocation application, a website has been created to explain the steps to follow for those wishing to participate). Finally, the project will contribute to the implementation of action plans aimed at reducing the exposure of belugas to underwater noise, through the provision of new information concerning the boating activities of the SSL.

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version).

Scanning the Horizon – Emerging Issues for Parks and Protected Areas in Canada

https://vimeo.com/533830224

The following is preliminary content for a session at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit, submitted by Dr. Sabine Dietz, Office of the Chief Ecosystem Scientist with Parks Canada.

Ce qui suit est le contenu préliminaire d’une session du Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021, soumis par le Dr. Sabine Dietz, Bureau du scientifique en chef des écosystèmes de Parcs Canada.

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

Parks Canada is collaborating with the Canadian Parks Collective for Innovation and Leadership (CPCIL) in conducting a Horizon Scan. Using the Horizon Scan methodology (e.g., see Sutherland 2020 to learn more), the scan is identifying emerging issues with the potential to affect ecosystems and ecosystem services in protected areas across Canada. The Scan will be completed by the end of February. The session will include a 15-min video about the completed process, as well as an interactive mini horizon scan.

ABSTRACT

Parcs Canada collabore avec le Collectif canadien pour l’innovation et le leadership dans les parcs (CPCIL) pour mener une analyse d’horizon. En utilisant la méthodologie de l’analyse d’horizon (par exemple, voir Sutherland 2020 pour en savoir plus), l’analyse identifie les nouveaux problèmes susceptibles d’affecter les écosystèmes et les services écosystémiques dans les zones protégées du Canada. L’analyse sera terminée d’ici la fin du mois de février. La session comprendra une vidéo de 15 minutes sur le processus achevé, ainsi qu’un mini-balayage interactif de l’horizon.

 

An Analysis of Knowledge Utilization for Managing National Parks

The following was an ePoster/eMedia submission to the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit by Dr. Prabir Roy with Parks Canada. Click on the image below to enlarge.

Voici une présentation ePoster/eMedia au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021 par Dr. Prabir Roy avec Parcs Canada. Cliquez sur l’image ci-dessous pour l’agrandir.

An analysis of knowledge utilization for managing national parks. CPCIL Poster by Dr. Prabir Roy
Click to enlarge.

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

When is knowledge power and when is it not? Since 1960, Parks Canada Agency (PCA) land and waters have been serving as an excellent place for natural setting experimentation by researchers (aka “the knowers”). Despite the tremendous advancements in Western science, natural resource managers (aka “the doers”) are facing challenges in managing diverse and rare species, and their habitat in the face of changing climate, and societal need. Academic research is often focused on single species dynamics and has concentrated on reductionism; the sustainable management of species relies on holistic knowledge based on species interactions with physical, biotic, and societal factors. Therefore, generated knowledge either loses the power to address the systemic cause of the environmental managements challenges or the knowledge is no longer the most applicable. Evolutionists predict that animals can react to climate change in one of three ways: move, adapt, or die. For example, herptofauna (reptiles) are very sensitive to small changes of temperature and more susceptible to minor indicators of climate change. Doers are trying to give extra space for species adaptation or to adapt to the change based on feasibility. But in reality, it remains unsolved because we struggle hard to understand which change is not real and what initially appears otherwise but is real change. This is because conservation studies start from the organism as a basic unit while in the medical world, it starts from DNA. Can we utilize the opportunity of the application of environmental DNA? Managers need precise, predictable, and more accurate knowledge that helps with proactive management. For example, predictions of the Great Lakes water-level fluctuations are essential for the sustainability of shoreline ecosystem management, asset maintenance, habitat availability for wetlands rare species, etc. Therefore, we need to go above and beyond to address our complex challenges and their interrelationships. Today, the PCA acknowledges that the incorporation of varieties of knowledge in managing the PCA land/waters that can increase the effectiveness of academic research findings. This includes, but is not limited to, all types of information generated either by monitoring and conducting academic experimentation, reviewing the literature, exploring stories narrated by Indigenous elders, seeking the opinion(s) of the public and PCA collaborators because they are truly helpful for managing Canadian national parks. There is an intersection of Indigenous knowledge (IK) and Western science. Western refers to “involution to evolution”, where involution refers to the manifestation of existence. Indigenous knowledge points out the creator has created life. When nature cycles back from manifest to un-manifest state or new manifestation the reductionist points out these changes without knowing the definitive cause, evolution. Within the current system of knowledge seeking and its mobilization, we have a limited capacity to better understand the challenges and to identify knowledge need to tackle these challenges. We, both doers and knowers, must build a framework that will guide us to better understand the doers’ challenge, identify the priority of knowledge and sources, utilize knowledge in real-time and on an appropriate scale, and to measure the knowledge efficiency.

ABSTRACT

Quand le savoir est-il un pouvoir et quand ne l’est-il pas ? Depuis 1960, les terres et les eaux de l’Agence Parcs Canada (APC) constituent un excellent lieu d’expérimentation en milieu naturel pour les chercheurs (alias “les connaisseurs”). Malgré les progrès considérables de la science occidentale, les gestionnaires des ressources naturelles (aussi appelés “les faiseurs”) sont confrontés à des défis dans la gestion d’espèces diverses et rares, et de leur habitat, face au changement climatique et aux besoins de la société. La recherche universitaire est souvent axée sur la dynamique d’une seule espèce et s’est concentrée sur le réductionnisme ; la gestion durable des espèces repose sur une connaissance holistique basée sur les interactions entre les espèces et les facteurs physiques, biotiques et sociétaux. Par conséquent, soit les connaissances générées perdent le pouvoir de traiter la cause systémique des problèmes de gestion de l’environnement, soit elles ne sont plus les plus applicables. Les évolutionnistes prédisent que les animaux peuvent réagir au changement climatique de trois façons : se déplacer, s’adapter ou mourir. Par exemple, l’herptofaune (reptiles) est très sensible aux petits changements de température et plus sensible aux indicateurs mineurs du changement climatique. Les responsables tentent de donner plus de place aux espèces pour s’adapter ou de s’adapter au changement en fonction de la faisabilité. Mais en réalité, la question reste sans réponse car nous avons beaucoup de mal à comprendre quel changement n’est pas réel et ce qui, au départ, semble être un autre changement mais qui est réel. En effet, les études de conservation partent de l’organisme comme unité de base alors que dans le monde médical, elles partent de l’ADN. Pouvons-nous utiliser l’opportunité de l’application de l’ADN environnemental ? Les gestionnaires ont besoin de connaissances précises, prévisibles et plus exactes qui aident à une gestion proactive. Par exemple, les prévisions des fluctuations du niveau d’eau des Grands Lacs sont essentielles pour la durabilité de la gestion des écosystèmes côtiers, le maintien des actifs, la disponibilité des habitats pour les espèces rares des zones humides, etc. Par conséquent, nous devons aller au-delà pour relever nos défis complexes et leurs interrelations. Aujourd’hui, l’APC reconnaît que l’intégration de diverses connaissances dans la gestion des terres/eaux de l’APC peut accroître l’efficacité des résultats de la recherche universitaire. Cela inclut, sans s’y limiter, tous les types d’informations générées soit par la surveillance et la conduite d’expérimentations universitaires, la revue de la littérature, l’exploration des histoires racontées par les anciens autochtones, la recherche de l’opinion (ou des opinions) du public et des collaborateurs de l’APC car elles sont vraiment utiles pour la gestion des parcs nationaux canadiens. Il existe un croisement entre le savoir indigène (IK) et la science occidentale. La science occidentale fait référence à “l’involution vers l’évolution”, où l’involution se réfère à la manifestation de l’existence. Le savoir indigène souligne que le créateur a créé la vie. Lorsque la nature passe d’un état manifeste à un état non manifeste ou à une nouvelle manifestation, le réductionniste souligne ces changements sans en connaître la cause définitive, l’évolution. Dans le système actuel de recherche de connaissances et de mobilisation de celles-ci, nous avons une capacité limitée à mieux comprendre les défis et à identifier les connaissances nécessaires pour relever ces défis. Nous, tant ceux qui font que ceux qui savent, devons construire un cadre qui nous guidera pour mieux comprendre le défi des faiseurs, identifier la priorité des connaissances et des sources, utiliser les connaissances en temps réel et à une échelle appropriée, et mesurer l’efficacité des connaissances.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite).

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version).

Algonquin Aki Sibi Indigenous Protected Area Project

The above was presented at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.


The following was an ePoster/eMedia submission to the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit by Kebaowek First Nation and Rosanne Van Schie of University of Toronto. Click on the video below to view.

Voici une présentation ePoster/eMedia au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021 par Kebaowek First Nation et Rosanne Van Schie avec l’Université Toronto. Cliquez sur la vidéo ci-dessous pour la visualiser.

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

Beginning in June 2019 the Algonquin Aki Sibi Project is an effort to conserve and promote Algonquin traditional ecological knowledge via land and waterway Aki-Sibi community conservation projects. These projects are led by seven partner Algonquin communities Kebaowek, Mitchikinibikok-Inik Barriere Lake, Winneway- Long Point, Kichisakik, Wolf Lake, Kitigan Zibi and Temiskaming The Aki Sibi Protected Area vision is for a network of Algonquin Protected and Conservation Areas and other effective conservation measures (OECMs) that are shaped by the participating communities’ individual cultures and characters, offering a variety of landscapes and values to meet this national challenge.

ABSTRACT

A partir de juin 2019, le projet Algonquin Aki Sibi est un effort pour conserver et promouvoir les connaissances écologiques traditionnelles des Algonquins par le biais de projets de conservation des terres et des voies navigables de la communauté Aki-Sibi. Ces projets sont menés par sept communautés algonquines partenaires : Kebaowek, Mitchikinibikok-Inik Barriere Lake, Winneway- Long Point, Kichisakik, Wolf Lake, Kitigan Zibi et Temiskaming La vision de la zone protégée d’Aki Sibi est celle d’un réseau de zones protégées et de conservation algonquines et d’autres mesures de conservation efficaces (OECM) qui sont façonnées par les cultures et les caractères individuels des communautés participantes, offrant une variété de paysages et de valeurs pour relever ce défi national.

Go back to eMedia presentations.

Retournez aux présentations eMedia.

Connecting Park Leadership Research and Practice With Self-Directed Learning Online

The following was an ePoster/eMedia submission to the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit by Sylvie Plante of Royal Roads University with Don Carruthers Den Hoed of CPCIL. Click on the image below to view.

Voici une présentation ePoster/eMedia au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021 par Sylvie Plante avec Université de Royal Roads et Don Carruthers Den Hoed avec CPCIL. Cliquez sur l’image ci-dessous pour la visualiser.


Click on image to open .pdf in new window

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

How can the community of parks and protected areas effectively connect academic and applied research with day-to-day practice? How can learning that disseminates new research support the evolution of leadership practice? Taking on both roles of creator and participant, in the self-directed online learning of the proposed CPCIL park primers, I offer a unique perspective to share insights about the process and experience of integrating research and practice to create online learning that disseminates the latest research. As the lead researcher behind one of the CPCIL park primers, and also a professional learning designer and facilitator, I can share ideas on things to keep in mind when we create experiential learning for parks leaders and practitioners. I can also solicit input from participants on what they look for in self-directed online learning, to circle back into the process of co-creation and continuous improvement that connects knowers and learners. The session draws on interdisciplinary knowledge I gathered through my journey in the Doctor of Social Sciences program at Royal Roads University, culminating in the creation of a dissertation portfolio that included the learning module that informed the pilot park primer. The Collaborative Leadership for innovation park primer and accompanying video Partnering for Innovation: Social Capital for Greater Value were developed in collaboration with CPCIL using an action research approach.

ABSTRACT

Comment la communauté des parcs et des zones protégées peut-elle relier efficacement la recherche universitaire et appliquée à la pratique quotidienne ? Comment l’apprentissage qui diffuse les nouvelles recherches peut-il soutenir l’évolution des pratiques de leadership ? Assumant à la fois les rôles de créateur et de participant, dans l’apprentissage en ligne autodirigé des abécédaires des parcs proposés par CPCIL, j’offre une perspective unique pour partager des idées sur le processus et l’expérience d’intégration de la recherche et de la pratique afin de créer un apprentissage en ligne qui diffuse les dernières recherches. En tant que chercheur principal de l’un des abécédaires du parc CPCIL, et également concepteur et animateur professionnel de l’apprentissage, je peux partager des idées sur les choses à garder à l’esprit lorsque nous créons un apprentissage expérientiel pour les responsables et les praticiens des parcs. Je peux également solliciter les commentaires des participants sur ce qu’ils recherchent dans l’apprentissage autodirigé en ligne, pour revenir au processus de co-création et d’amélioration continue qui relie les connaisseurs et les apprenants. La session s’appuie sur les connaissances interdisciplinaires que j’ai acquises au cours de mon parcours dans le cadre du programme de doctorat en sciences sociales de l’Université Royal Roads, et qui ont abouti à la création d’un dossier de thèse comprenant le module d’apprentissage qui a servi de base à l’introduction au parc pilote. L’abécédaire du parc collaboratif pour l’innovation et la vidéo d’accompagnement Partnering for Innovation : Social Capital for Greater Value ont été élaborés en collaboration avec CPCIL en utilisant une approche de recherche-action.

Go back to eMedia presentations.

Retournez aux présentations eMedia.

The State of Parks-Related Knowledge Mobilization in Canada: Cases from Alberta, BC and Ontario

 


Download Presentation Slides

The following is preliminary content for a session at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit, submitted by Elizabeth Halpenny with University of Alberta.

Ce qui suit est le contenu préliminaire d’une session du Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021, présenté par Elizabeth Halpenny avec Université de l’Alberta.

The Canadian Parks Collective for Innovation and Leadership (CPCIL) is excited to be part of this project

VISIT PROJECT PAGE ON CPCIL.ca

Case Studies

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

Five case studies will share and compare observations of case studies conducted in five distinct Canadian landscapes. Each case study explores the types of parks and conservation-related knowledge that are known in the region and how this knowledge is use (or not) to advance protected area goals. The cases presented will include: Tofino-Clayoquot Sound Biosphere Reserve; Bruce Peninsula; Pinery Provincial Park; Kananaskis Valley; Beaver Hills Biosphere Reserve. Additionally, in a pan-Canadian survey conservation and park practitioners we asked respondents to describe disputes they had witnessed that arose relating to the use/non-use of science, Indigenous or local knowledge. These findings will also be shared, and compared with the case study observations.

These cases provide insight into the availability of knowledge (natural and social science, local and Indigenous knowledge) for protected area decision making and the degree to which each of these kinds of knowledge are used. Also reported on are insights about the process of knowledge creation, co-creation and sharing, as well as knowledge suppression or devaluation.

ABSTRACT

Cinq études de cas permettront de partager et de comparer les observations des études de cas menées dans cinq paysages canadiens distincts. Chaque étude de cas explore les types de parcs et les connaissances liées à la conservation qui sont connus dans la région et comment ces connaissances sont utilisées (ou non) pour faire avancer les objectifs des zones protégées. Les cas présentés comprendront : Réserve de biosphère de Tofino-Clayoquot Sound ; Péninsule Bruce ; Parc provincial Pinery ; Vallée de Kananaskis ; Réserve de biosphère de Beaver Hills. En outre, dans le cadre d’une enquête pancanadienne sur les praticiens de la conservation et des parcs, nous avons demandé aux personnes interrogées de décrire les litiges dont elles ont été témoins et qui concernent l’utilisation/la non-utilisation de la science, des connaissances indigènes ou locales. Ces résultats seront également partagés et comparés avec les observations de l’étude de cas.

Ces cas donnent un aperçu de la disponibilité des connaissances (sciences naturelles et sociales, savoirs locaux et autochtones) pour la prise de décisions concernant les zones protégées et du degré d’utilisation de chacun de ces types de connaissances. Ils donnent également des indications sur le processus de création, de co-création et de partage des connaissances, ainsi que sur la suppression ou la dévaluation des connaissances.