Best Practices for the Development of Climate-Integrated Protected Area Management Plans

The above was presented at the February 22 – 25, 2022 Research eSummit.

Ce qui précède a été présenté au eSommet de Recherche du 22 au 25 février 2022.

(résumé et vidéo en français ci-dessous)

ABSTRACT

Climate change is increasingly affecting all aspects of protected area management from species and ecosystem management to visitor experience. Due to these impacts, protected area management planning processes need to take a more robust approach to considering the impacts of climate change. As such, the goal of our research was to 1) identify how and to what extent is climate change integrated into existing protected areas management plans in Canada; and 2) identify best practices to support the integration of climate change into protected area management plans and planning processes.

First, through a content analysis of Canadian protected area management plans, this research establishes the current extent to which climate change is considered in protected area management plans. Specifically, we evaluated 63 protected area management plans against a set of climate robustness principles. Our content analysis revealed that climate change is currently not effectively factored into protected area management plans with an average climate robustness score of 18%. Climate robustness score was not found to be correlated with protected area size, IUCN class, or organization type. Certain climate robustness principles received higher scores across the management plans than others. For example, the principles of ‘diverse knowledge sources’ and ‘addresses climate change’ scored highly whereas ‘climate change vulnerability’ and ‘ecosystem integrity’ received the lowest scores.

Second, through key informant interviews, we identified best practices for effectively incorporating climate change considerations into management plans. In more detail, we conducted 18 key informant interviews to gather perspectives of experts in protected area management and/or climate change. From these interviews we identified 14 best practices for incorporating climate change into protected area management plans and planning processes.

Climate change needs to be a priority for protected area managers and organizations as it presents a significant threat; however, current protected management plans fail to address this threat. Management planning processes and the plans themselves need to better incorporate climate change considerations. Doing so will better equip managers to address climate change and lead to more resilient protected areas.

This presentation will contribute to the summit’s goal of sharing research and will inform practitioners of the best practices we identified through this research. Our hope is that practitioners (‘doers’) can use these best practices in their own parks and protected areas to enhance the climate robustness of Canada’s protected areas network. We will engage the audience using polls during the presentation to a) gauge how audience members are currently incorporating climate change practices in their protected areas; and b) seek feedback on our proposed best practices. We will then use this audience feedback to refine the best practices.

ABSTRACT

Le changement climatique affecte de plus en plus tous les aspects de la gestion des aires protégées, de la gestion des espèces et des écosystèmes à l’expérience des visiteurs. En raison de ces impacts, les processus de planification de la gestion des aires protégées doivent adopter une approche plus robuste pour prendre en compte les impacts du changement climatique. Ainsi, l’objectif de notre recherche était de 1) déterminer comment et dans quelle mesure le changement climatique est intégré dans les plans de gestion des aires protégées existants au Canada ; et 2) identifier les meilleures pratiques pour soutenir l’intégration du changement climatique dans les plans de gestion des aires protégées et les processus de planification.

Premièrement, par le biais d’une analyse de contenu des plans de gestion des aires protégées au Canada, cette recherche établit la mesure dans laquelle le changement climatique est pris en compte dans les plans de gestion des aires protégées. Plus précisément, nous avons évalué 63 plans de gestion d’aires protégées en fonction d’un ensemble de principes de robustesse climatique. Notre analyse de contenu a révélé que le changement climatique n’est pas actuellement pris en compte de manière efficace dans les plans de gestion des aires protégées, avec un score moyen de robustesse climatique de 18%. Le score de robustesse climatique n’a pas été trouvé en corrélation avec la taille de l’aire protégée, la classe UICN ou le type d’organisation. Certains principes de robustesse climatique ont reçu des scores plus élevés que d’autres dans les plans de gestion. Par exemple, les principes de ” diversité des sources de connaissances ” et de ” prise en compte du changement climatique ” ont obtenu des scores élevés, tandis que la ” vulnérabilité au changement climatique ” et l'” intégrité des écosystèmes ” ont obtenu les scores les plus faibles.

Deuxièmement, grâce à des entretiens avec des informateurs clés, nous avons identifié les meilleures pratiques pour intégrer efficacement les considérations de changement climatique dans les plans de gestion. Plus précisément, nous avons mené 18 entretiens avec des informateurs clés afin de recueillir les points de vue d’experts en gestion des aires protégées et/ou en changement climatique. Ces entretiens nous ont permis d’identifier 14 meilleures pratiques pour intégrer le changement climatique dans les plans de gestion des aires protégées et les processus de planification.

Le changement climatique doit être une priorité pour les gestionnaires et les organisations d’aires protégées car il représente une menace importante ; cependant, les plans de gestion actuels des aires protégées ne tiennent pas compte de cette menace. Les processus de planification de la gestion et les plans eux-mêmes doivent mieux intégrer les considérations relatives au changement climatique. Les gestionnaires seront ainsi mieux armés pour faire face au changement climatique et les zones protégées seront plus résilientes.

Cette présentation contribuera à l’objectif du sommet de partager la recherche et informera les praticiens des meilleures pratiques que nous avons identifiées grâce à cette recherche. Nous espérons que les praticiens (les ” faiseurs “) pourront utiliser ces meilleures pratiques dans leurs propres parcs et aires protégées afin d’améliorer la robustesse climatique du réseau d’aires protégées du Canada. Nous ferons participer l’auditoire à l’aide de sondages pendant la présentation pour a) évaluer comment les membres de l’auditoire intègrent actuellement les pratiques relatives au changement climatique dans leurs aires protégées ; et b) obtenir des commentaires sur les meilleures pratiques que nous proposons. Nous utiliserons ensuite les commentaires de l’auditoire pour raffiner les meilleures pratiques.