Monitoring Ecosystems in the Mingan Archipelago National Park Reserve by Remote Sensing

The above was presented at the the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

Remote sensing can make an important contribution to monitoring changes in protected areas. Although field data remains the most common method of collecting biodiversity information, remote sensing data has enormous potential for obtaining data over a large area, in a short period of time, and when the land is difficult to access. This presentation aims to demonstrate the potential of remote sensing from aerial and satellite imagery in protected areas for baseline condition determination, habitat mapping, and assessment of changing environmental conditions. In the Mingan Archipelago National Park Reserve, the availability of a series of high-resolution aerial photos obtained at regular intervals since 1967 provides continuity that makes it possible to monitor the evolution of forest habitats subject to natural disturbances (e.g. windfall, cormorants, spruce budworm), the dynamics of the coastlines and the evolution of vegetation in the maritime tundra, in ecosystems that are sensitive to local climatic and biophysical conditions. From Lidar surveys, it is possible to generate precise and detailed information on landscape structure. Satellite images, meanwhile, are an important source of data for the rapid detection of large-scale changes. We will also present the issues and challenges related to the acquisition of such data that can limit the efficient use of this resource. Collaborations that promote access to remote sensing expertise and targeted products will be beneficial in realizing the full potential of remote sensing in protected areas.

ABSTRACT

La télédétection permet de contribuer de manière importante à  la surveillance des changements qui se produisent dans les aires protégées. Bien que les données terrains demeurent la méthode la plus commune de recueillir l’information sur la biodiversité, les données de télédétection offrent un potentiel énorme permettant l’obtention de données sur une grande superficie, en une courte période de temps, et lorsque le territoire y est difficile d’accès. Cette présentation vise à  démontrer le potentiel de la télédétection par imagerie aérienne et satellitaire dans les aires protégées à  des fins d’établissement des conditions de référence, de cartographie des habitats, et d’évaluation des changements de condition des milieux. Dans la réserve de parc national de l’Archipel-de-Mingan, la disponibilité d’une série de photos aériennes à  haute résolution obtenue à  intervalles réguliers depuis 1967 offre une continuité qui permet de suivre l’évolution des habitats forestiers soumis aux perturbations naturelles (ex : chablis, cormorans, tordeuse des bourgeons de l’épinette), la dynamique des cà´tes et l’évolution de la végétation dans la toundra maritime, dans des écosystèmes sensibles aux conditions climatiques et biophysiques locales. à€ partir des relevés Lidar, il est possible de générer de l’information précise et détaillée sur la structure du paysage. Les images satellitaires, quant à  elles, constituent une source de données importante permettant la détection rapide de changements à  grande échelle. Nous présenterons également les enjeux et défis liés à  l’acquisition de telles données qui peuvent limiter l’utilisation efficace de cette ressource. Des collaborations favorisant l’accès à  une expertise en télédétection et à  l’obtention de produits ciblés seront bénéfiques pour réaliser le plein potentiel de la télédétection dans les aires protégées.

Ecology and Distribution of Eastern Waterfan (Peltigera Hydrothyria) in Atlantic Canada

The following was an ePoster/eMedia submission to the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit by Neil Vinson with Parks Canada. Click on the image below to enlarge.

Voici une présentation ePoster/eMedia au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021 par Neil Vinson avec Parcs Canada. Cliquez sur l’image ci-dessous pour l’agrandir.


CPCIL eposter Eastern Waterfan Parks Canada
Click to enlarge.

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

Eastern Waterfan is a rare lichen only found in Eastern North America. In Canada, it is only found in New Brunswick, Nova Scotia, and Quebec. Eastern Waterfan is classified as Threatened by the Committee on the Status of Endangered Wildlife in Canada (COSEWIC) and the Species at Risk Act (SARA). Amazingly, new monitoring has found that approximately 50% of the total Canadian population of Eastern Waterfan occurs within Fundy National Park! Lichens are a co-dependent relationship between a fungus and an alga/cyanobacteria. The alga or cyanobacteria produces food through photosynthesis. The fungus provides protection while absorbing the food. This allows the lichen to live in areas that neither species would be able to live in alone. Eastern Waterfan uses cyanobacteria (Capsosira lowei) to produce food and is one of the few leafy lichens that can grow underwater. Eastern Waterfan has a purple, leafy appearance. Fan-shaped veins support the underside of the body. The lichen is attached to rocks at or just below water level by spongy bundles of fibres. Round spore-producing structures are red-brown in colour and are found on the leafy edge of the lichen. Eastern Waterfan grows in cool, clear, partially shaded streams. It is usually found in protected backwaters out of the main current. Colonies are very slow growing and take over 10 years to establish. Tree cover over the Dickson Brook Watershed in Fundy National Park keeps the water cool, the air humid, and limits the amount of soil deposited into the stream due to erosion. These characteristics make Dickson Brook ideal for Eastern Waterfan to grow. In 2013, the Committee on the Status of Endangered Wildlife in Canada (COSEWIC) reported a Canadian population of +/- 1,282 mature individuals and stated it was “doubtful if Canadian population will exceed 2000 colonies”. The new findings in 2019 saw over 800 observations in 28 brooks in Fundy National Park. This has resulted in >1000 colonies or 50% of known Canadian population in Fundy National Park.

ABSTRACT

L’Eastern Waterfan est un lichen rare que l’on ne trouve que dans l’est de l’Amérique du Nord. Au Canada, il n’est présent qu’au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse et au Québec. La Vanne de l’Est est classée comme menacée par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) et par la Loi sur les espèces en péril (LEP). Étonnamment, de nouvelles études ont montré qu’environ 50 % de la population canadienne totale de cette espèce se trouve dans le parc national de Fundy ! Les lichens sont une relation de codépendance entre un champignon et une algue/cyanobactérie. L’algue ou la cyanobactérie produit de la nourriture par photosynthèse. Le champignon offre une protection tout en absorbant la nourriture. Cela permet au lichen de vivre dans des zones où aucune espèce ne pourrait vivre seule. L’Eastern Waterfan utilise des cyanobactéries (Capsosira lowei) pour produire de la nourriture et est l’un des rares lichens feuillus qui peuvent se développer sous l’eau. L’Eastern Waterfan a un aspect pourpre et feuillu. Des veines en forme d’éventail soutiennent le dessous du corps. Le lichen est fixé aux rochers au niveau de l’eau ou juste en dessous par des faisceaux de fibres spongieuses. Les structures rondes productrices de spores sont de couleur rouge-brun et se trouvent sur le bord feuillu du lichen. L’aigle royal pousse dans les cours d’eau frais, clairs et partiellement ombragés. On le trouve généralement dans les eaux secondaires protégées, en dehors du courant principal. Les colonies ont une croissance très lente et mettent plus de 10 ans à s’établir. Le couvert végétal du bassin versant du ruisseau Dickson, dans le parc national de Fundy, maintient l’eau fraîche, l’air humide et limite la quantité de sol déposée dans le ruisseau par l’érosion. Ces caractéristiques font du ruisseau Dickson l’endroit idéal pour la croissance des oiseaux aquatiques de l’Est. En 2013, le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a fait état d’une population canadienne de +/- 1 282 individus matures et a déclaré qu’il était “douteux que la population canadienne dépasse 2 000 colonies”. Les nouveaux résultats de 2019 ont permis de faire plus de 800 observations dans 28 ruisseaux du parc national de Fundy. Cela a donné plus de 1000 colonies, soit 50% de la population canadienne connue dans le parc national de Fundy.

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version).

Coastal Restoration of the Beach at Cap-Des-Rosiers, Forillon National Park

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

The above was presented at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui suit est le contenu préliminaire d’une session du Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021, présenté par Daniel Sigouin avec Parc national Forillon.

The following is preliminary content for a session at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit, submitted by Daniel Sigouin with Forillon National Park.

 

ABSTRACT

(English below)

Figurant parmi les projets d’adaptation les plus impressionnants jamais réalisés par Parcs Canada, le projet de restauration de la plage de Cap-des-Rosiers au parc national Forillon est une réponse au phénomène d’érosion côtière et aux événements de tempàutes extràumes récurrents issus des changements climatiques. Dans le but de restaurer la dynamique naturelle de l’écosystème côtier et préserver les sites de fraie des poissons-proies, Parcs Canada a procédé au retrait d’un enrochement de protection, au démantèlement d’un tronàon routier et à la restauration d’une plage sur près de 1,7 km. L’implantation historique d’infrastructures dans une zone à risque et l’empiètement de ces infrastructures sur une zone naturelle très dynamique ont accentué la perte d’habitat côtier dans le secteur, la vulnérabilité des sites de fraie du capelan, en plus de menacer l’intégrité écologique d’un milieu humide, de contribuer à la détérioration d’un site de sépulture et de constituer un enjeu majeur de gestion des infrastructures. Les travaux ont nécessité le retrait d’un enrochement, la restauration d’une plage, la relocalisation d’un tronàon routier et d’un monument commémoratif. Des suivis permettent de documenter l’utilisation de l’habitat par le capelan et évaluer la réaction du milieu côtier. Les résultats observés jusqu’à maintenant dépassent les attentes pour ce projet d’une envergure inégalée. Depuis 2016, les sites de fraie du capelan sont en croissance et le profil de la plage se stabilise déjà . Aujourd’hui plus résiliente aux événements de tempàutes extràumes, la plage de Cap-des-Rosiers est à nouveau un habitat riche en matière de biodiversité et témoigne d’un pan important de l’histoire de la région. La session débuterait par une présentation du projet et des raisons ayant conduit à sa réalisation, mais également des leàons apprises lors de la mise en Å“uvre d’un projet d’une telle envergure. Au cours de la session, nous comptons discuter avec les participants du rôle de leader que les aires protégées peuvent avoir dans la réalisation de projet de restauration durable en lien avec les changements climatiques ainsi que des possibilités d’exportation des connaissances et expériences acquises aux communautés canadiennes. Nous comptons également aborder le sujet des suivis à court et long terme des projets de restaurations et des enjeux auxquels nous faisons face à cet égard.

ABSTRACT

One of the most impressive adaptation projects ever carried out by Parks Canada, the Cap-des-Rosiers beach restoration project at Forillon National Park is a response to the phenomenon of coastal erosion and recurring extreme storm events resulting from climate change. In order to restore the natural dynamics of the coastal ecosystem and preserve prey fish spawning sites, Parks Canada has removed protective riprap, dismantled a stretch of road and restored a beach over nearly 1.7 km. The historical location of infrastructures in a high-risk zone and the encroachment of these infrastructures on a very dynamic natural area have accentuated the loss of coastal habitat in the sector, the vulnerability of capelin spawning sites, in addition to threatening the ecological integrity of a wetland, contributing to the deterioration of a burial site and constituting a major infrastructure management issue. The work required the removal of riprap, the restoration of a beach, the relocation of a stretch of road and a commemorative monument. Monitoring is used to document the use of the habitat by capelin and to evaluate the reaction of the coastal environment. The results observed to date have exceeded expectations for this project of unprecedented scope. Since 2016, capelin spawning sites are growing and the beach profile is already stabilizing. Now more resilient to extreme storm events, Cap-des-Rosiers beach is once again a habitat rich in biodiversity and bears witness to an important part of the region’s history. The session would begin with a presentation of the project and the reasons that led to its realization, but also of the lessons learned during the implementation of such a large-scale project. During the session, we intend to discuss with participants the leadership role that protected areas can play in the implementation of sustainable restoration projects related to climate change and the opportunities to export the knowledge and experience gained to Canadian communities. We will also discuss the short and long term monitoring of restoration projects and the issues we face in this regard.

Tracking Progress: The Canadian Protected and Conserved Areas Database (CPACD)

The following was an ePoster/eMedia submission to the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit by Richard Post with Environment and Climate Change Canada. Click on the image below to view.

Voici une présentation ePoster/eMedia au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021 par Richard Post avec Environnement et changement climatique Canada. Cliquez sur l’image ci-dessous pour la visualiser.


Click to view.

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

Tracking the progress of marine and terrestrial conservation in Canada requires current and reliable conservation data. The Canadian Protected and Conserved Areas Database (CPCAD) is the pan-Canadian initiative that attempts to address this need. CPCAD contains the most up to date spatial and attribute data on marine and terrestrial protected areas and other effective area-based conservation measures (OECM) in Canada. It is compiled and managed by Environment and Climate Change Canada (ECCC), in collaboration with federal, provincial, and territorial jurisdictions.

ABSTRACT

Pour suivre les progrès de la conservation marine et terrestre au Canada, il faut disposer de données actuelles et fiables sur la conservation. La base de données canadienne sur les aires protégées et conservées (CPCAD) est l’initiative pancanadienne qui tente de répondre à ce besoin. La CPCAD contient les données spatiales et d’attributs les plus récentes sur les aires protégées marines et terrestres et les autres mesures efficaces de conservation par zone (OECM) au Canada. Il est compilé et géré par Environnement et changement climatique Canada (ECCC), en collaboration avec les juridictions fédérales, provinciales et territoriales.

Go back to eMedia presentations.

Retournez aux présentations eMedia.