A Mixed Methodology for Evaluating Use of Evidence in Conservation Planning

The above was presented at the February 22 – 25, 2022 Research eSummit.

Ce qui précède a été présenté au eSommet de Recherche du 22 au 25 février 2022.

(résumé et vidéo en français ci-dessous)

ABSTRACT

Conservation practitioners widely recognize the importance of making decisions based on the best available evidence when planning the management of protected areas. However, using evidence effectively requires access to a diverse range of sources and disciplinary expertise, and the time and resources to make use of them. Evidence-based practice also requires frank and formal evaluation of lessons learned, both within and among organizations. In this session, based on an article currently in review, we will propose a mixed methodology for empirically evaluating use of evidence, applying social science tools to systematically appraise what kinds of evidence are used in conservation planning, to what effect, and under what limitations. Using this approach, we (the session presenter and larger study team) conducted a pilot study at the Nature Conservancy of Canada, a leading land conservation organization. Our analysis of planning documents showed heaviest reliance on government sources (23% of all claims), peer reviewed literature (18%), and grey literature (17%) but varied substantially across regions, planning scales and sections within documents. Overall, 26% of claims were made without a reference or clearly identifiable source. Survey results indicated a willingness among conservation planners to build partnerships with Indigenous Nations and participate in planning processes that engage with Indigenous knowledges, but demonstrated persistent barriers to doing so in practice.

In this session, I will query what constitutes evidence in the conservation decision-making space, as well as how evidence is applied. I will discuss lessons learned from this case study and lay out a step-wise guide for other institutions to carry out similar mixed method assessments using interviews, surveys, and document analysis. In doing so, our study provides conservation practitioners with an accessible and robust process for evaluating whether the use of evidence in conservation planning reflects in-house standards and more broadly-recognized best practices. I will share insights from this case study which may inform the evaluation strategies of other organizations involved with CPCIL. I will also attempt to comment more broadly on the opportunities and challenges for evidence-based conservation planning in Canada, particularly in light of the need to better align conservation practice with expectations for reconciliation. Because we hope that the tool presented here may be adopted by conservation practitioners, this session will engage actively with audience members by soliciting feedback on the feasibility of our approach in other protected area contexts.

ABSTRACT

Les praticiens de la conservation reconnaissent largement l’importance de prendre des décisions basées sur les meilleures preuves disponibles lors de la planification de la gestion des zones protégées. Cependant, l’utilisation efficace des données probantes nécessite l’accès à un large éventail de sources et d’expertise disciplinaire, ainsi que le temps et les ressources nécessaires pour les exploiter. La pratique fondée sur les preuves exige également une évaluation franche et formelle des leçons apprises, tant au sein des organisations qu’entre elles. Dans cette session, sur la base d’un article en cours de révision, nous proposerons une méthodologie mixte pour évaluer empiriquement l’utilisation des preuves, en appliquant des outils de sciences sociales pour évaluer systématiquement quels types de preuves sont utilisés dans la planification de la conservation, avec quel effet et dans quelles limites. En utilisant cette approche, nous (le présentateur de la session et une équipe d’étude plus large) avons mené une étude pilote à Conservation de la nature Canada, une organisation de premier plan en matière de conservation des terres. Notre analyse des documents de planification a montré que les sources gouvernementales (23 % de toutes les affirmations), la littérature évaluée par les pairs (18 %) et la littérature grise (17 %) étaient les plus utilisées, mais que cette utilisation variait considérablement selon les régions, les échelles de planification et les sections des documents. Dans l’ensemble, 26 % des déclarations ont été faites sans référence ou source clairement identifiable. Les résultats de l’enquête ont montré que les planificateurs de la conservation sont disposés à établir des partenariats avec les nations autochtones et à participer à des processus de planification qui tiennent compte des connaissances autochtones, mais qu’ils se heurtent à des obstacles persistants dans la pratique.

Au cours de cette session, je m’interrogerai sur ce qui constitue une preuve dans l’espace décisionnel de la conservation, ainsi que sur la manière dont les preuves sont appliquées. Je discuterai des leçons tirées de cette étude de cas et j’établirai un guide par étapes pour que d’autres institutions puissent réaliser des évaluations similaires à l’aide de méthodes mixtes utilisant des entretiens, des enquêtes et des analyses de documents. Ce faisant, notre étude fournit aux praticiens de la conservation un processus accessible et solide pour évaluer si l’utilisation de preuves dans la planification de la conservation reflète les normes internes et les meilleures pratiques plus largement reconnues. Je partagerai les idées tirées de cette étude de cas qui peuvent éclairer les stratégies d’évaluation d’autres organisations participant au PCSOC. Je tenterai également de commenter de façon plus générale les possibilités et les défis de la planification de la conservation fondée sur des données probantes au Canada, particulièrement à la lumière de la nécessité de mieux aligner la pratique de la conservation sur les attentes en matière de réconciliation. Puisque nous espérons que l’outil présenté ici pourra être adopté par les praticiens de la conservation, cette séance engagera activement les membres de l’auditoire en sollicitant des commentaires sur la faisabilité de notre approche dans d’autres contextes d’aires protégées.

Best Practices for the Development of Climate-Integrated Protected Area Management Plans

The above was presented at the February 22 – 25, 2022 Research eSummit.

Ce qui précède a été présenté au eSommet de Recherche du 22 au 25 février 2022.

(résumé et vidéo en français ci-dessous)

ABSTRACT

Climate change is increasingly affecting all aspects of protected area management from species and ecosystem management to visitor experience. Due to these impacts, protected area management planning processes need to take a more robust approach to considering the impacts of climate change. As such, the goal of our research was to 1) identify how and to what extent is climate change integrated into existing protected areas management plans in Canada; and 2) identify best practices to support the integration of climate change into protected area management plans and planning processes.

First, through a content analysis of Canadian protected area management plans, this research establishes the current extent to which climate change is considered in protected area management plans. Specifically, we evaluated 63 protected area management plans against a set of climate robustness principles. Our content analysis revealed that climate change is currently not effectively factored into protected area management plans with an average climate robustness score of 18%. Climate robustness score was not found to be correlated with protected area size, IUCN class, or organization type. Certain climate robustness principles received higher scores across the management plans than others. For example, the principles of ‘diverse knowledge sources’ and ‘addresses climate change’ scored highly whereas ‘climate change vulnerability’ and ‘ecosystem integrity’ received the lowest scores.

Second, through key informant interviews, we identified best practices for effectively incorporating climate change considerations into management plans. In more detail, we conducted 18 key informant interviews to gather perspectives of experts in protected area management and/or climate change. From these interviews we identified 14 best practices for incorporating climate change into protected area management plans and planning processes.

Climate change needs to be a priority for protected area managers and organizations as it presents a significant threat; however, current protected management plans fail to address this threat. Management planning processes and the plans themselves need to better incorporate climate change considerations. Doing so will better equip managers to address climate change and lead to more resilient protected areas.

This presentation will contribute to the summit’s goal of sharing research and will inform practitioners of the best practices we identified through this research. Our hope is that practitioners (‘doers’) can use these best practices in their own parks and protected areas to enhance the climate robustness of Canada’s protected areas network. We will engage the audience using polls during the presentation to a) gauge how audience members are currently incorporating climate change practices in their protected areas; and b) seek feedback on our proposed best practices. We will then use this audience feedback to refine the best practices.

ABSTRACT

Le changement climatique affecte de plus en plus tous les aspects de la gestion des aires protégées, de la gestion des espèces et des écosystèmes à l’expérience des visiteurs. En raison de ces impacts, les processus de planification de la gestion des aires protégées doivent adopter une approche plus robuste pour prendre en compte les impacts du changement climatique. Ainsi, l’objectif de notre recherche était de 1) déterminer comment et dans quelle mesure le changement climatique est intégré dans les plans de gestion des aires protégées existants au Canada ; et 2) identifier les meilleures pratiques pour soutenir l’intégration du changement climatique dans les plans de gestion des aires protégées et les processus de planification.

Premièrement, par le biais d’une analyse de contenu des plans de gestion des aires protégées au Canada, cette recherche établit la mesure dans laquelle le changement climatique est pris en compte dans les plans de gestion des aires protégées. Plus précisément, nous avons évalué 63 plans de gestion d’aires protégées en fonction d’un ensemble de principes de robustesse climatique. Notre analyse de contenu a révélé que le changement climatique n’est pas actuellement pris en compte de manière efficace dans les plans de gestion des aires protégées, avec un score moyen de robustesse climatique de 18%. Le score de robustesse climatique n’a pas été trouvé en corrélation avec la taille de l’aire protégée, la classe UICN ou le type d’organisation. Certains principes de robustesse climatique ont reçu des scores plus élevés que d’autres dans les plans de gestion. Par exemple, les principes de ” diversité des sources de connaissances ” et de ” prise en compte du changement climatique ” ont obtenu des scores élevés, tandis que la ” vulnérabilité au changement climatique ” et l'” intégrité des écosystèmes ” ont obtenu les scores les plus faibles.

Deuxièmement, grâce à des entretiens avec des informateurs clés, nous avons identifié les meilleures pratiques pour intégrer efficacement les considérations de changement climatique dans les plans de gestion. Plus précisément, nous avons mené 18 entretiens avec des informateurs clés afin de recueillir les points de vue d’experts en gestion des aires protégées et/ou en changement climatique. Ces entretiens nous ont permis d’identifier 14 meilleures pratiques pour intégrer le changement climatique dans les plans de gestion des aires protégées et les processus de planification.

Le changement climatique doit être une priorité pour les gestionnaires et les organisations d’aires protégées car il représente une menace importante ; cependant, les plans de gestion actuels des aires protégées ne tiennent pas compte de cette menace. Les processus de planification de la gestion et les plans eux-mêmes doivent mieux intégrer les considérations relatives au changement climatique. Les gestionnaires seront ainsi mieux armés pour faire face au changement climatique et les zones protégées seront plus résilientes.

Cette présentation contribuera à l’objectif du sommet de partager la recherche et informera les praticiens des meilleures pratiques que nous avons identifiées grâce à cette recherche. Nous espérons que les praticiens (les ” faiseurs “) pourront utiliser ces meilleures pratiques dans leurs propres parcs et aires protégées afin d’améliorer la robustesse climatique du réseau d’aires protégées du Canada. Nous ferons participer l’auditoire à l’aide de sondages pendant la présentation pour a) évaluer comment les membres de l’auditoire intègrent actuellement les pratiques relatives au changement climatique dans leurs aires protégées ; et b) obtenir des commentaires sur les meilleures pratiques que nous proposons. Nous utiliserons ensuite les commentaires de l’auditoire pour raffiner les meilleures pratiques.

Democratization of Spatial Planning for Conservation Under Climate Change

The above was presented at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

The impacts of climate change have already been felt in British Columbia, are expected to intensify in future, and pose an unprecedented risk to the natural environment and socio-economic systems that depend on it. We describe a collaboration of the British Columbia Parks Foundation (BCPF), Canadian Parks and Wilderness Society (CPAWS), Nature Trust British Columbia (NTBC), and Universities of BC and Northern BC to deliver a web-based tool that can facilitate climate-informed systematic conservation planning, and which will become accessible to all NGO, government, and private institutions and individuals in BC. CAP-BC (Climate Adaptive Planning BC) is a web-based, graphical user interface that employs well-accepted planning principles, advanced species and climate velocity mapping, and land cover and human footprint data, to find near-optimal solutions to a wide range of problems in conservation prioritization. In this presentation, we show how BCPF’s desire to identify climate refuges and corridors, CPAWS’ desire to conserve biodiverse regions and rare, large and wide-ranging species, and NTBC’s desire to acquire land with of high conservation value can be advanced under climate-related uncertainty. We use then these results as a means to invite input on the additional feature layers and capabilities desired by other potential users. CAP-BC is the first spatial optimization tool capable of prioritizing land for conservation under climate change across BC, based on its predicted resilience to climate change, value as a climate refuge, and role in facilitating species movement and dispersal at the landscape-scales.

ABSTRACT

Les impacts du changement climatique ont déjà été ressentis en Colombie-Britannique, devraient s’intensifier à l’avenir et poser un risque sans précédent pour l’environnement naturel et les systèmes socio-économiques qui en dépendent. Nous décrivons une collaboration entre la British Columbia Parks Foundation (BCPF), la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP), le Nature Trust British Columbia (NTBC) et les universités de la Colombie-Britannique et du Nord de la Colombie-Britannique pour fournir un outil en ligne qui peut faciliter la planification systématique de la conservation en fonction du climat, et qui sera accessible à toutes les ONG, au gouvernement, aux institutions privées et aux particuliers en Colombie-Britannique. CAP-BC (Climate Adaptive Planning BC) est une interface utilisateur graphique basée sur le Web qui utilise des principes de planification bien acceptés, une cartographie avancée des espèces et de la vélocité du climat, ainsi que des données sur la couverture du sol et l’empreinte humaine, pour trouver des solutions quasi-optimales à un large éventail de problèmes de priorisation de la conservation. Dans cette présentation, nous montrons comment le désir de la BCPF d’identifier des refuges et des corridors climatiques, le désir de la SNAP de conserver des régions biodiverses et des espèces rares, de grande taille et à large répartition, et le désir de la NTBC d’acquérir des terres à haute valeur de conservation peuvent être avancés dans un contexte d’incertitude liée au climat. Nous utilisons ensuite ces résultats comme un moyen de solliciter des commentaires sur les couches de caractéristiques et les capacités supplémentaires souhaitées par d’autres utilisateurs potentiels. CAP-BC est le premier outil d’optimisation spatiale capable de prioriser les terres à conserver dans le contexte du changement climatique en Colombie-Britannique, en fonction de leur résilience prévue au changement climatique, de leur valeur en tant que refuge climatique et de leur rôle dans la facilitation du mouvement et de la dispersion des espèces à l’échelle du paysage.

Towards Reconciliation: 10 Calls to Action to Natural Scientists Working In Canadian Protected Areas

The above was presented at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

The following is preliminary content for a session at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit, submitted by Carmen Wong with Parks Canada, and Elder Mary Jane Gùdia) Johnson or Kluane First Nation. Click on the image below to see the full presentation.

Ce qui suit est le contenu préliminaire d’une session du Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021, présenté par Carmen Wong avec Parcs Canada, et l’aînée Mary Jane (Gùdia) Johnson ou la Première nation Kluane. Cliquez sur l’image ci-dessous pour voir la présentation complète.

Click to see full presentation.
Click to see full presentation.

ABSTRACT

(French below)

Many protected areas in Canada were created by the expulsion of Indigenous peoples from their traditional homelands. This history drives a need for reconciliation in all aspects of the management of protected areas. Here we reimagine how research could be conducted in Canadian protected areas by drawing on our recently published paper outlining 10 Calls to Action to natural scientists to enable reconciliation in Canada. This paper was written by an unique group of co-authors representing Indigenous and western science perspectives and fuelled by our critical review of the research field activities we have observed in northern Canada. Two co-authors, an Elder from Kluane First Nation and an ecologist for Parks Canada will present together the 10 Calls to Action and their specific implications for research and management activities in protected areas. Both co-authors have/are worked/working for Parks Canada and have been involved with the permitting process for research for over a decade in Kluane National Park and Reserve which is cooperatively managed with Kluane First Nation and Champagne and Aishihik First Nations. Original paper available online here: https://www.facetsjournal.com/doi/10.1139/facets-2020-0005

ABSTRACT

De nombreuses zones protégées au Canada ont été créées par l’expulsion des peuples indigènes de leurs terres traditionnelles. Cette histoire entraîne un besoin de réconciliation dans tous les aspects de la gestion des zones protégées. Nous imaginons ici comment la recherche pourrait être menée dans les zones protégées du Canada en nous appuyant sur notre document récemment publié, qui présente 10 appels à l’action adressés à des spécialistes des sciences naturelles pour permettre la réconciliation au Canada. Ce document a été rédigé par un groupe unique de co-auteurs représentant les perspectives des autochtones et de la science occidentale et alimenté par notre examen critique des activités de recherche sur le terrain que nous avons observées dans le nord du Canada. Deux co-auteurs, un aîné de la Première nation de Kluane et un écologiste de Parcs Canada, présenteront ensemble les 10 appels à l’action et leurs implications spécifiques pour les activités de recherche et de gestion dans les zones protégées. Les deux co-auteurs ont travaillé/travaillent pour Parcs Canada et ont été impliqués dans le processus d’autorisation des recherches depuis plus de dix ans dans le parc national et la réserve de Kluane, qui est géré en coopération avec la Première nation de Kluane et les Premières nations de Champagne et de Aishihik. L’article original est disponible en ligne ici : https://www.facetsjournal.com/doi/10.1139/facets-2020-0005

Conservation Planning For Native Bumble Bees Under Current and Future Climate Scenarios

The following was an ePoster/eMedia submission to the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit by Dr. Amanda Liczner with the University of British Columbia Okanagan. Click on the image below to go to website.

Voici une présentation ePoster/eMedia au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021 par le Dr. Amanda Liczner de l’Université de Colombie Britannique Okanagan. Cliquez sur l’image ci-dessous pour accéder au site web.


Click to go to website.

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

Conserving habitat is necessary for protecting declining species but identifying the most effective areas to conserve can be challenging. Bumble bees are among the most declining pollinators and need effective conservation strategies. The objective of this study is to identify conservation priority areas for all Canadian bumble bees under current and future climate scenarios. We combined species distribution models with mathematical optimization program to identify which areas are most effective for conserving bumble bee species. The models were performed for three different climate scenarios (current climate, low-carbon future, high-carbon future) and three conservation objectives to maximize the number of species, phylogenetic diversity or species rarity. The conservation objectives produced similar areas of conservation priority with the Rocky Mountains, southern Ontario, and Atlantic Canada consistently identified as important for bumble bee conservation. Future climate projections shift the priority areas northward, and into higher mountains. The methodology used in this study is very relevant to parks and protected areas as the methodology can be used to effectively plan future protected areas, and can help inform future land management actions. The results from this study show areas of conservation priority for bumble bee species across Canada, but this framework can be applied to any species groups or multiple species.

ABSTRACT

La conservation des habitats est nécessaire pour protéger les espèces en déclin, mais il peut être difficile d’identifier les zones les plus efficaces à conserver. Les bourdons sont parmi les pollinisateurs qui déclinent le plus et ont besoin de stratégies de conservation efficaces. L’objectif de cette étude est d’identifier les zones prioritaires de conservation pour tous les bourdons canadiens dans le cadre des scénarios climatiques actuels et futurs. Nous avons combiné des modèles de distribution des espèces avec un programme d’optimisation mathématique afin d’identifier les zones les plus efficaces pour la conservation des espèces de bourdons. Les modèles ont été réalisés pour trois scénarios climatiques différents (climat actuel, futur à faible teneur en carbone, futur à forte teneur en carbone) et trois objectifs de conservation visant à maximiser le nombre d’espèces, la diversité phylogénétique ou la rareté des espèces. Les objectifs de conservation ont produit des zones de priorité de conservation similaires, les montagnes Rocheuses, le sud de l’Ontario et le Canada atlantique étant systématiquement identifiés comme importants pour la conservation des bourdons. Les projections climatiques futures déplacent les zones prioritaires vers le nord et vers les hautes montagnes. La méthodologie utilisée dans cette étude est très pertinente pour les parcs et les zones protégées car elle peut être utilisée pour planifier efficacement les futures zones protégées et peut contribuer à informer les futures actions de gestion des terres. Les résultats de cette étude montrent les zones de conservation prioritaires pour les espèces de bourdons à travers le Canada, mais ce cadre peut être appliqué à tout groupe d’espèces ou à de multiples espèces.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite).

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version).

Go back to eMedia presentations.

Retournez aux présentations eMedia.