Ecological Corridors and Networks: Key Ingredients for Enduring Conservation

The above was presented at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

The WCPA Connectivity Conservation Specialist Group has completed the first ever global guidelines for advancing best practices to protect the interconnections of protected and conserved areas, and restore degraded or fragmented ecosystems. Connectivity conservation is recognised by scientists, policy makers, and practitioners as a comprehensive approach for better protecting nature across terrestrial, marine, and freshwater ecosystems. Culminating over 20 years of work at IUCN, these Guidelines for Conserving Connectivity through Ecological Networks and Corridors describe and exemplify innovative tools to support more consistent conservation efforts to combat fragmentation, halt biodiversity loss, and better adapt to climate change. Led by the WCPA Connectivity Conservation Specialist Group, and with contributions from more than 100 experts in 30 countries, this work also provides 25 case studies illustrating a diversity of ways that ecological connectivity is being conserved around the world. These Guidelines seek to meet increasing demand for conservation solutions that protect well-connected ecosystems supporting a diversity of ecological functions such as migration, water and nutrient cycling, pollination, seed dispersal, food security, climate resilience, and disease resistance. They introduce common definitions and highlight applications across resource uses, jurisdictions, cultures, and geographies. Furthermore, they address different ecosystems and species, cover varying spatial and temporal scales, and recommend formal designation of ecological corridors to knit together parks and protected areas. Essentially ecological corridors are the third leg of the conservation stool connecting protected areas and other effective area-based conservation measures (OECMs) to achieve long-term functional ecological networks. This keynote will be a powerpoint presentation that seeks to provide a deeper understanding around the need for ecological connectivity, how the world is defining and implementing ecological corridors on the ground, and what processes and types of governance must be incorporated to be considered an ecological corridor by IUCN. Insights from 25 case studies around the world will offer ideas as to approaches that any level of government in Canada could advance to ensure parks and protected areas can more effectively conserve biodiversity during this time of climate change. Securing ecological connectivity requires developing effective collaborations across jurisdictional boundaries on public lands as well as private lands and the Indigenous territories across all of Canada. Given 21st century conservation challenges, the world, including Canada, must advance connectivity conservation quickly.

ABSTRACT

Le groupe de spécialistes de la conservation des connexions de la CMAP a achevé les toutes premières lignes directrices mondiales visant à faire progresser les meilleures pratiques pour protéger les interconnexions des zones protégées et conservées, et restaurer les écosystèmes dégradés ou fragmentés. La conservation de la connectivité est reconnue par les scientifiques, les décideurs politiques et les praticiens comme une approche globale pour mieux protéger la nature dans les écosystèmes terrestres, marins et d’eau douce. Culminant plus de 20 ans de travail à l’UICN, ces lignes directrices pour la conservation de la connectivité par le biais de réseaux et de corridors écologiques décrivent et illustrent des outils innovants pour soutenir des efforts de conservation plus cohérents afin de lutter contre la fragmentation, d’arrêter la perte de biodiversité et de mieux s’adapter au changement climatique. Mené par le Groupe de spécialistes de la conservation de la connectivité de la CMAP, et avec la contribution de plus de 100 experts dans 30 pays, ce travail fournit également 25 études de cas illustrant une diversité de moyens de conservation de la connectivité écologique dans le monde. 

Ces lignes directrices visent à répondre à la demande croissante de solutions de conservation qui protègent des écosystèmes bien connectés soutenant une diversité de fonctions écologiques telles que la migration, le cycle de l’eau et des nutriments, la pollinisation, la dispersion des semences, la sécurité alimentaire, la résilience climatique et la résistance aux maladies. Elles présentent des définitions communes et mettent en évidence les applications dans les différentes utilisations des ressources, juridictions, cultures et géographies. En outre, ils abordent différents écosystèmes et espèces, couvrent des échelles spatiales et temporelles variables et recommandent la désignation officielle de corridors écologiques pour relier les parcs et les zones protégées. Les corridors écologiques sont essentiellement la troisième étape du tabouret de la conservation reliant les zones protégées et d’autres mesures de conservation efficaces basées sur la zone (OECM) pour obtenir des réseaux écologiques fonctionnels à long terme. Cette présentation PowerPoint vise à mieux faire comprendre la nécessité de la connectivité écologique, la façon dont le monde définit et met en œuvre les corridors écologiques sur le terrain, et les processus et types de gouvernance qui doivent être intégrés pour être considérés comme un corridor écologique par l’UICN. Les 25 études de cas réalisées dans le monde entier donneront des idées sur les approches que tout niveau de gouvernement au Canada pourrait adopter pour que les parcs et les zones protégées puissent conserver plus efficacement la biodiversité en cette période de changement climatique. Pour assurer la connectivité écologique, il faut développer des collaborations efficaces au-delà des frontières juridictionnelles sur les terres publiques ainsi que sur les terres privées et les territoires autochtones dans tout le Canada. Compte tenu des défis du XXIe siècle en matière de conservation, le monde, y compris le Canada, doit faire progresser rapidement la conservation de la connectivité.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Towards Reconciliation: 10 Calls to Action to Natural Scientists Working In Canadian Protected Areas

The above was presented at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

The following is preliminary content for a session at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit, submitted by Carmen Wong with Parks Canada, and Elder Mary Jane Gùdia) Johnson or Kluane First Nation. Click on the image below to see the full presentation.

Ce qui suit est le contenu préliminaire d’une session du Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021, présenté par Carmen Wong avec Parcs Canada, et l’aînée Mary Jane (Gùdia) Johnson ou la Première nation Kluane. Cliquez sur l’image ci-dessous pour voir la présentation complète.

Click to see full presentation.
Click to see full presentation.

ABSTRACT

(French below)

Many protected areas in Canada were created by the expulsion of Indigenous peoples from their traditional homelands. This history drives a need for reconciliation in all aspects of the management of protected areas. Here we reimagine how research could be conducted in Canadian protected areas by drawing on our recently published paper outlining 10 Calls to Action to natural scientists to enable reconciliation in Canada. This paper was written by an unique group of co-authors representing Indigenous and western science perspectives and fuelled by our critical review of the research field activities we have observed in northern Canada. Two co-authors, an Elder from Kluane First Nation and an ecologist for Parks Canada will present together the 10 Calls to Action and their specific implications for research and management activities in protected areas. Both co-authors have/are worked/working for Parks Canada and have been involved with the permitting process for research for over a decade in Kluane National Park and Reserve which is cooperatively managed with Kluane First Nation and Champagne and Aishihik First Nations. Original paper available online here: https://www.facetsjournal.com/doi/10.1139/facets-2020-0005

ABSTRACT

De nombreuses zones protégées au Canada ont été créées par l’expulsion des peuples indigènes de leurs terres traditionnelles. Cette histoire entraîne un besoin de réconciliation dans tous les aspects de la gestion des zones protégées. Nous imaginons ici comment la recherche pourrait être menée dans les zones protégées du Canada en nous appuyant sur notre document récemment publié, qui présente 10 appels à l’action adressés à des spécialistes des sciences naturelles pour permettre la réconciliation au Canada. Ce document a été rédigé par un groupe unique de co-auteurs représentant les perspectives des autochtones et de la science occidentale et alimenté par notre examen critique des activités de recherche sur le terrain que nous avons observées dans le nord du Canada. Deux co-auteurs, un aîné de la Première nation de Kluane et un écologiste de Parcs Canada, présenteront ensemble les 10 appels à l’action et leurs implications spécifiques pour les activités de recherche et de gestion dans les zones protégées. Les deux co-auteurs ont travaillé/travaillent pour Parcs Canada et ont été impliqués dans le processus d’autorisation des recherches depuis plus de dix ans dans le parc national et la réserve de Kluane, qui est géré en coopération avec la Première nation de Kluane et les Premières nations de Champagne et de Aishihik. L’article original est disponible en ligne ici : https://www.facetsjournal.com/doi/10.1139/facets-2020-0005

The State of Parks-Related Knowledge Mobilization in Canada: Cases from Alberta, BC and Ontario

 


Download Presentation Slides

The following is preliminary content for a session at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit, submitted by Elizabeth Halpenny with University of Alberta.

Ce qui suit est le contenu préliminaire d’une session du Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021, présenté par Elizabeth Halpenny avec Université de l’Alberta.

The Canadian Parks Collective for Innovation and Leadership (CPCIL) is excited to be part of this project

VISIT PROJECT PAGE ON CPCIL.ca

Case Studies

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

Five case studies will share and compare observations of case studies conducted in five distinct Canadian landscapes. Each case study explores the types of parks and conservation-related knowledge that are known in the region and how this knowledge is use (or not) to advance protected area goals. The cases presented will include: Tofino-Clayoquot Sound Biosphere Reserve; Bruce Peninsula; Pinery Provincial Park; Kananaskis Valley; Beaver Hills Biosphere Reserve. Additionally, in a pan-Canadian survey conservation and park practitioners we asked respondents to describe disputes they had witnessed that arose relating to the use/non-use of science, Indigenous or local knowledge. These findings will also be shared, and compared with the case study observations.

These cases provide insight into the availability of knowledge (natural and social science, local and Indigenous knowledge) for protected area decision making and the degree to which each of these kinds of knowledge are used. Also reported on are insights about the process of knowledge creation, co-creation and sharing, as well as knowledge suppression or devaluation.

ABSTRACT

Cinq études de cas permettront de partager et de comparer les observations des études de cas menées dans cinq paysages canadiens distincts. Chaque étude de cas explore les types de parcs et les connaissances liées à la conservation qui sont connus dans la région et comment ces connaissances sont utilisées (ou non) pour faire avancer les objectifs des zones protégées. Les cas présentés comprendront : Réserve de biosphère de Tofino-Clayoquot Sound ; Péninsule Bruce ; Parc provincial Pinery ; Vallée de Kananaskis ; Réserve de biosphère de Beaver Hills. En outre, dans le cadre d’une enquête pancanadienne sur les praticiens de la conservation et des parcs, nous avons demandé aux personnes interrogées de décrire les litiges dont elles ont été témoins et qui concernent l’utilisation/la non-utilisation de la science, des connaissances indigènes ou locales. Ces résultats seront également partagés et comparés avec les observations de l’étude de cas.

Ces cas donnent un aperçu de la disponibilité des connaissances (sciences naturelles et sociales, savoirs locaux et autochtones) pour la prise de décisions concernant les zones protégées et du degré d’utilisation de chacun de ces types de connaissances. Ils donnent également des indications sur le processus de création, de co-création et de partage des connaissances, ainsi que sur la suppression ou la dévaluation des connaissances.