Community-Based Biodiversity Monitoring in the Northwest Territories

The above was presented at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

This presentation will describe recent work to develop a community-based biodiversity monitoring program for protected areas in the Northwest Territories (NWT). Biodiversity monitoring is critically important to provide current information on species occurrences and abundance. In many instances, measures of biodiversity can act as an early warning to trigger management interventions. Within the NWT, the challenge comes from sampling a vast and largely inaccessible area with limited capacity on the part of Territorial, Federal, and Indigenous governments. With increasing pressures from climate change, human use, and protected area development, the ability to have long-term monitoring of biodiversity is critical for the identification of threats to wildlife populations and to implement a timely and successful response. To this end, the Government of the Northwest Territories, Government of Canada Environment and Climate Change Canada, Canadian Wildlife Service (CWS), University of British Columbia (UBC) and the K’asho Got’ine Foundation are working with Indigenous governments who are cooperatively managing several protected areas to deploy wildlife cameras and sound recorders in a pilot biodiversity monitoring program. This information will help protected area management boards to make future decisions on management and monitoring. To support this program, the partners have worked together to provide training programs for Guardians on environmental sensors, winter safety training and boat safety, and worked with these individuals to deploy wildlife monitoring stations (each with a paired camera and sound recorder) in several areas including Ts’udé Nilįné Tuyeta and Dınà gà  Wek’èhodଠTerritorial Protected Areas. This presentation will be a combination of a promotional video that is being produced to highlight this initiative in Ts’udé Nilįné Tuyeta Territorial Protected Area and a pre-recorded presentation on the project.

ABSTRACT

Cette présentation décrira les travaux récents visant à développer un programme communautaire de surveillance de la biodiversité pour les zones protégées des Territoires du Nord-Ouest (TNO). La surveillance de la biodiversité est d’une importance capitale pour fournir des informations actuelles sur la présence et l’abondance des espèces. Dans de nombreux cas, les mesures de la biodiversité peuvent servir d’alerte précoce pour déclencher des interventions de gestion. Dans les TNO, le défi vient de l’échantillonnage d’une zone vaste et largement inaccessible, avec une capacité limitée de la part des gouvernements territorial, fédéral et autochtone. Compte tenu des pressions croissantes exercées par le changement climatique, l’utilisation humaine et le développement des aires protégées, la capacité de surveiller la biodiversité à long terme est essentielle pour identifier les menaces qui pèsent sur les populations d’animaux sauvages et pour mettre en œuvre une réponse rapide et efficace. À cette fin, le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest, le gouvernement du Canada, Environnement et Changement climatique Canada, le Service canadien de la faune (SCF), l’Université de la Colombie-Britannique (UBC) et la K’asho Got’ine Foundation travaillent avec les gouvernements autochtones qui gèrent conjointement plusieurs zones protégées afin de déployer des caméras et des enregistreurs sonores dans le cadre d’un programme pilote de surveillance de la biodiversité. Ces informations aideront les conseils de gestion des aires protégées à prendre des décisions futures en matière de gestion et de surveillance. Pour soutenir ce programme, les partenaires ont travaillé ensemble pour fournir des programmes de formation aux gardiens sur les capteurs environnementaux, la formation à la sécurité en hiver et la sécurité des bateaux, et ont travaillé avec ces personnes pour déployer des stations de surveillance de la faune (chacune avec une caméra jumelée et un enregistreur de son) dans plusieurs zones, y compris les aires protégées territoriales de Ts’udé Nilįné Tuyeta et Dınà gà Wek’èhodà¬. Cette présentation sera une combinaison d’une vidéo promotionnelle qui est produite pour mettre en évidence cette initiative dans la zone territoriale protégée de Ts’udé Nilįné Tuyeta et d’une présentation préenregistrée sur le projet.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Ecological and Conservation Monitoring for ECCC Protected Areas

The above was presented at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

As protected area acquisition within Canada accelerates to 25% by 2025, and 30% by 2030, several key challenges will emerge. Namely, the ability for practitioners to identify and manage threats to wildlife and their habitats depends on the availability and currency of monitoring information. Currently, monitoring capacity is strained and this capacity could be severely hampered by the dramatic anticipated increases to protected areas networks. Ensuring that monitoring capacity is sufficient to address increases in the extent of protected areas is of paramount importance. Environment and Climate Change Canada has developed an innovative new Ecological and Conservation Monitoring Program (ECOMaP) for protected and conserved areas. ECOMaP is specifically designed to address the need for efficient and varied data collection across the diverse Canadian land- and sea-scape.

This presentation will be a RapidTalk that showcases ECCC’s new monitoring program. ECOMaP is based on a multi-scale framework that provides data collection and reporting opportunities at national, regional, and site level, while emphasizing adaptive management. Under ECOMaP, synoptic data layers pave the way toward more consistent national analysis and reporting in the long term, while flexible regional and site monitoring ensure that unique protected area attributes and threats continue to be effectively managed. ECOMaP standardizes data collection and reporting based on tools that improve the monitoring efficiency, including through the use of national geospatial data products, digital data collection, and centralized data storage. The program development and selection of monitoring foci draw on established scientific and peer-reviewed research, international best-practices, and existing monitoring knowledge from practitioners. The time-savings inherent in adopting ECOMaP will support the collection and use of a greater quantity and diversity of monitoring information within protected areas management. As an example, national data layers support hotspot assessments at regional and local scales thereby contributing to targeted field monitoring and management interventions. ECCC’s monitoring protocols and national indicators are being developed so as to facilitate use by other protected areas organizations.

ABSTRACT

“Au fur et à mesure que l’acquisition d’aires protégées au Canada s’accélère pour atteindre 25 % d’ici 2025, et 30 % d’ici 2030, plusieurs défis clés vont émerger. En particulier, la capacité des praticiens à identifier et à gérer les menaces qui pèsent sur les espèces sauvages et leurs habitats dépend de la disponibilité et de l’actualité des données de surveillance. Actuellement, la capacité de surveillance est mise à rude épreuve et cette capacité pourrait être gravement entravée par l’augmentation spectaculaire prévue des réseaux de zones protégées. Il est primordial de s’assurer que la capacité de surveillance est suffisante pour faire face à l’augmentation de l’étendue des zones protégées. Environnement et Changement climatique Canada a élaboré un nouveau programme novateur de surveillance écologique et de conservation (ECOMaP) pour les zones protégées et conservées. ECOMaP est spécialement conçu pour répondre au besoin d’une collecte de données efficace et variée dans les divers paysages terrestres et marins du Canada.

Cette présentation sera un RapidTalk qui présente le nouveau programme de surveillance de l’ECCC. ECOMaP est basé sur un cadre multi-échelle qui offre des possibilités de collecte de données et de rapports au niveau national, régional et du site, tout en mettant l’accent sur la gestion adaptative. Dans le cadre de l’ECOMaP, les couches de données synoptiques ouvrent la voie à des analyses et des rapports nationaux plus cohérents à long terme, tandis qu’un suivi flexible des régions et des sites permet de continuer à gérer efficacement les attributs et les menaces propres aux zones protégées. L’ECOMaP normalise la collecte de données et l’établissement de rapports sur la base d’outils qui améliorent l’efficacité de la surveillance, notamment par l’utilisation de produits de données géospatiales nationales, la collecte de données numériques et le stockage centralisé des données. L’élaboration du programme et la sélection des axes de surveillance s’appuient sur des recherches scientifiques établies et évaluées par des pairs, sur les meilleures pratiques internationales et sur les connaissances des praticiens en matière de surveillance. Le gain de temps inhérent à l’adoption d’ECOMaP permettra de collecter et d’utiliser une plus grande quantité et diversité d’informations de suivi dans le cadre de la gestion des zones protégées. Par exemple, les couches de données nationales soutiennent les évaluations des hotspots à l’échelle régionale et locale, contribuant ainsi à des interventions ciblées de surveillance et de gestion sur le terrain. Les protocoles de suivi et les indicateurs nationaux de l’ECCC sont en cours de développement afin de faciliter leur utilisation par d’autres organisations de zones protégées.”

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Investigating the Role of Attitudes, Worldview, Emotions, and Knowledge Gain Through Environmental Interpretation on Behavioural Intentions of Park Visitors

The above was presented at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

It is generally accepted that environmental interpretation can help mitigate the negative impacts of recreation, tourism, and human use of parks and protected areas. Park managers use personal interpretation programs to achieve a variety of management outcomes and desired behaviours. However, personal interpretation’s efficacy in achieving these objectives is largely untested and the psychological factors that underpin these behaviours are unexplored. This study, therefore, provides further insight on the psychological processes driving self-reported pro-environmental behavioral intentions among overnight visitors attending personal interpretation programs in Alberta provincial parks. During the summers of 2018 and 2019, a total of 763 survey responses were completed by participants who attended a personal interpretation event. Latent variable structural regression modeling was used to test the hypothesized relationship between ecological worldview, attitudes, environmental emotions, and pro-environmental behaviours. Consistent with previous research, results showed positive relationships between ecological worldview, attitudes, and pro-environmental behaviours. In addition, as knowledge translation is a key element of personal interpretation, this study hypothesized and showed a positive direct relationship between knowledge gain as a result of attending a personal interpretation event and pro-environmental behavioural intentions. Of particular interest, this study also showed a positive, significant pathway between negative environmental emotions on pro-environmental behaviours. These emotions include guilt, fear, and anger towards the way humans are treating the natural environment. Findings suggest that interpretation should focus programming and messaging on the affective elements of communication and seek to target personal meaning such as a sense of responsibly to act, while balancing the importance of knowledge transmission. Parks should seek to lean into affective messaging and capitalize on specific emotions rather than shy away.

ABSTRACT

Il est généralement admis que l’interprétation environnementale peut contribuer à atténuer les effets négatifs des loisirs, du tourisme et de l’utilisation humaine des parcs et des zones protégées. Les gestionnaires de parcs utilisent des programmes d’interprétation personnelle pour atteindre une variété de résultats de gestion et de comportements souhaités. Cependant, l’efficacité de l’interprétation personnelle pour atteindre ces objectifs n’a pas été testée et les facteurs psychologiques qui sous-tendent ces comportements sont inexplorés. La présente étude permet donc de mieux comprendre les processus psychologiques à l’origine des intentions comportementales pro-environnementales autodéclarées chez les visiteurs de nuit qui participent à des programmes d’interprétation personnelle dans les parcs provinciaux de l’Alberta. Au cours des étés 2018 et 2019, un total de 763 réponses à l’enquête ont été complétées par des participants ayant assisté à un événement d’interprétation personnelle. La modélisation de régression structurelle à variable latente a été utilisée pour tester la relation hypothétique entre la vision du monde écologique, les attitudes, les émotions environnementales et les comportements pro-environnementaux. Conformément aux recherches précédentes, les résultats ont montré des relations positives entre la vision écologique du monde, les attitudes et les comportements pro-environnementaux. En outre, comme l’application des connaissances est un élément clé de l’interprétation personnelle, cette étude a émis l’hypothèse d’une relation directe positive entre l’acquisition de connaissances à la suite de la participation à un événement d’interprétation personnelle et les intentions de comportement pro-environnemental. Il est particulièrement intéressant de noter que cette étude a également montré un lien positif et significatif entre les émotions environnementales négatives et les comportements pro-environnementaux. Ces émotions comprennent la culpabilité, la peur et la colère envers la façon dont les humains traitent l’environnement naturel. Les résultats suggèrent que l’interprétation devrait axer la programmation et les messages sur les éléments affectifs de la communication et chercher à cibler la signification personnelle telle que le sentiment de responsabilité d’agir, tout en équilibrant l’importance de la transmission des connaissances. Les parcs devraient chercher à se pencher sur les messages affectifs et à tirer parti d’émotions spécifiques plutôt que de les fuir.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Expanded Capabilities Brought by Drones in Kouchibouguac National Park


The above was presented at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

The Northern New Brunswick Field Unit managing Kouchibouguac National Park acquired a drone in 2016. Our aim is to expose the fledgling experience of Kouchibouguac National Park with drone technology to increase awareness and stimulate exchanges of ideas on the use of this technology across the agency. It has since been used regularly in our field unit, in the development of photography-based promotional material and in remote sensing for ecological monitoring. We present detailed examples of how this technology has improved ecological monitoring in Kouchibouguac National Park. For example, it has been used in the development of new methods to monitor endangered plant species and the effects of climate change on the park’s barrier island system. Additionally, it allowed the park to easily and quickly monitor additional species not part of its ecological integrity and active management programs such as the summertime presence of a grey seal colony that moves in and out of the park’s jurisdiction. Exceptionally, in the context of the 2020 COVID-19 pandemic, drone technology was also used to overhaul the traditional line survey method we used for decades to conduct nest counts of Canada’s largest common tern colony, which used to involve a large number of field observers operating in close quarters on the park’s tern islands.

We will also present examples of future plans and ideas to maximize the use of drone technology in ecological monitoring at Kouchibouguac National Park. Our main aim is to explore new landscape-scale ecological integrity measures, and the development of new monitoring protocols to reduce human resource requirements and dependence on outside expertise for some of the park’s existing monitoring programs. The sharing of applied examples and also ideas not yet realized will favor discussions and networking among field units interested in applying the technology to their context, and well help establish a foundation for future collaborative efforts.

ABSTRACT

L’unité de gestion du nord du Nouveau-Brunswick qui gère le parc national Kouchibouguac a acquis un drone en 2016. Notre objectif est d’exposer l’expérience naissante du parc national Kouchibouguac avec la technologie des drones afin de sensibiliser et de stimuler les échanges d’idées sur l’utilisation de cette technologie à travers l’agence. Depuis, elle est utilisée régulièrement dans notre unité de terrain, dans le développement de matériel promotionnel basé sur la photographie et dans la télédétection pour le suivi écologique. Nous présentons des exemples détaillés de la manière dont cette technologie a amélioré la surveillance écologique dans le parc national de Kouchibouguac. Par exemple, elle a été utilisée dans le développement de nouvelles méthodes de surveillance des espèces végétales menacées et des effets du changement climatique sur le système d’îles-barrières du parc. De plus, il a permis au parc de surveiller facilement et rapidement d’autres espèces qui ne font pas partie de son intégrité écologique et de ses programmes de gestion active, comme la présence estivale d’une colonie de phoques gris qui entre et sort de la juridiction du parc. Exceptionnellement, dans le contexte de la pandémie de COVID-19 en 2020, la technologie des drones a également été utilisée pour revoir la méthode traditionnelle de relevé linéaire que nous avons utilisée pendant des décennies pour effectuer le dénombrement des nids de la plus grande colonie de sternes pierregarin du Canada, qui nécessitait auparavant la présence d’un grand nombre d’observateurs sur le terrain opérant à proximité des îles à sternes du parc.

Nous présenterons également des exemples de plans futurs et d’idées pour maximiser l’utilisation de la technologie des drones dans la surveillance écologique au parc national Kouchibouguac. Notre objectif principal est d’explorer de nouvelles mesures de l’intégrité écologique à l’échelle du paysage, et le développement de nouveaux protocoles de surveillance afin de réduire les besoins en ressources humaines et la dépendance à l’égard de l’expertise extérieure pour certains des programmes de surveillance existants du parc. Le partage d’exemples appliqués et d’idées non encore réalisées favorisera les discussions et le réseautage entre les unités de terrain intéressées à appliquer la technologie à leur contexte, et contribuera à établir une base pour de futurs efforts de collaboration.

Climate-Informed Conservation Planning: Integrating Climate Refugia and Connectivity Into British Columbia’s Network of Protected Areas

The above was presented at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

As climate change continues to impact biodiversity worldwide, identifying conservation actions that are resilient to climatic shifts is increasingly imperative. Canada’s commitment to the Global Biodiversity Framework offers an opportunity to identify spatial priorities for achieving Canada’s biodiversity commitments that are also resilient to climate change. Within Canada, British Columbia’s diverse biogeoclimatic zones provide habitat to an extraordinary wealth of biodiversity. Climate-induced shifts in the distribution of climate zones for these ecosystems will require systematic conservation planning to ensure the long-term persistence of species and natural landscapes. Climate-change refugia (i.e., areas with high potential for species to persist in a changing climate) can serve as efficient conservation investments in this endeavour. For species with limited refugia options, spatial connectivity between locations of current and future habitat suitability will also facilitate species migration in response to shifting conditions.

The purpose of this project is to identify spatial locations of (a) vulnerabilities within the current protected areas network of British Columbia; and (b) priorities for conservation and management of natural landscapes within British Columbia under a range of future climate-change scenarios. This will involve the adaptation and implementation of existing continental- and provincial-scale frameworks for identifying areas that have potential to serve as refugia from climate change or corridors for species migration, including species at risk and species of cultural importance to Indigenous peoples. Outcomes of this work include the provision of practical guidance for protected areas network design and vulnerabilities identification under climate change, with application to other regions and jurisdictions. Project findings will shed light on the resiliency of the existing network of protected areas, other conservation designations, and modernized land use planning to better understand the risks to British Columbia’s biodiversity in our changing climate.

A key component of this endeavour is collaboration across Indigenous, governmental, non-governmental, and academic sectors. Our project partners include Environment and Climate Change Canada, Natural Resources Canada, BC Ministry of Environment and Climate Change Strategy, BC Parks, BC Ministry of Forests, Lands, Natural Resource Operations and Rural Development, the University of Alberta, and the Wilburforce Foundation.

ABSTRACT

Comme le changement climatique continue d’avoir un impact sur la biodiversité dans le monde entier, il est de plus en plus impératif d’identifier les mesures de conservation qui sont résilientes aux changements climatiques. L’engagement du Canada à l’égard du Cadre mondial pour la biodiversité offre l’occasion de déterminer les priorités spatiales qui permettront au Canada de respecter ses engagements en matière de biodiversité tout en étant résilient aux changements climatiques. Au Canada, les diverses zones biogéoclimatiques de la Colombie-Britannique abritent une biodiversité d’une richesse extraordinaire. Les changements induits par le climat dans la répartition des zones climatiques de ces écosystèmes nécessiteront une planification systématique de la conservation pour assurer la persistance à long terme des espèces et des paysages naturels. Les refuges pour le changement climatique (c’est-à-dire les zones présentant un potentiel élevé de persistance des espèces dans un climat changeant) peuvent constituer des investissements efficaces en matière de conservation dans cette entreprise. Pour les espèces dont les options de refuges sont limitées, la connectivité spatiale entre les lieux d’adéquation actuelle et future de l’habitat facilitera également la migration des espèces en réponse à des conditions changeantes.

Le but de ce projet est d’identifier les emplacements spatiaux (a) des vulnérabilités au sein du réseau actuel d’aires protégées de la Colombie-Britannique et (b) des priorités pour la conservation et la gestion des paysages naturels de la Colombie-Britannique dans le cadre d’une gamme de scénarios de changements climatiques futurs. Cela impliquera l’adaptation et la mise en œuvre de cadres existants à l’échelle continentale et provinciale pour identifier les zones qui ont le potentiel de servir de refuges contre le changement climatique ou de corridors pour la migration des espèces, y compris les espèces en péril et les espèces d’importance culturelle pour les peuples autochtones. Les résultats de ce travail comprennent la fourniture de conseils pratiques pour la conception de réseaux d’aires protégées et l’identification des vulnérabilités face au changement climatique, avec une application à d’autres régions et juridictions. Les résultats du projet mettront en lumière la résilience du réseau actuel d’aires protégées, d’autres désignations de conservation et la planification modernisée de l’utilisation des terres afin de mieux comprendre les risques pour la biodiversité de la Colombie-Britannique dans notre climat changeant.

La collaboration entre les secteurs autochtone, gouvernemental, non gouvernemental et universitaire est un élément clé de cette entreprise. Nos partenaires de projet comprennent Environnement et Changement climatique Canada, Ressources naturelles Canada, le ministère de l’Environnement et de la Stratégie sur le changement climatique de la Colombie-Britannique, BC Parks, le ministère des Forêts, des Terres, des Opérations sur les ressources naturelles et du Développement rural de la Colombie-Britannique, l’Université de l’Alberta et la Wilburforce Foundation.

Trip Outcomes for Attendees of Park Interpretation Programs

The above was presented at the the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

What do you remember about that outdoor theatre show or guided hike from your last park camping trip? Were there immediate impacts or lasting outcomes? Most park and protected area agencies have mandates to provide education and appreciation opportunities as part of broader outdoor recreation experiences. However, many agencies do not fully assess how much they reach these goals. Alberta Parks is seeking scientific indicators to evaluate progress towards its objectives, which will assist in setting priorities, allocating budgets, and planning. Therefore, we sought to determine differences in trip outcomes between attendees and non-attendees of personal interpretation in Alberta’s provincial parks.

During the summers of 2018 and 2019, we randomly sampled respondents from 11 provincial parks in Alberta that offered personal interpretation programs. In total, we surveyed 1672 visitors in campgrounds (98% response rate) of which 763 had attended a personal interpretation event (e.g., outdoor theatre presentations, guided hikes, family programs, and bus tours) and 909 who had not. With reference to their current camping trip, we asked respondents to indicate their level of satisfaction, learning, attitudes towards certain park management issues, intentions to participate (and actual participation) in certain park behaviours, connections to place, and positive memories of their experience. In addition, we asked respondents about their trip and demographic characteristics.

In terms of trip outcomes, interpretation attendees reported greater satisfaction and larger knowledge gains from their park experiences than non-attendees. Attendees had more park-friendly attitudes than non-attendees for three of five park issues (e.g., feeding wild animals, asking fellow campers to keep campsites clean, and building smaller campfires). Attendees had greater intentions to engage in three of eight park-friendly behaviours (e.g., asking fellow campers to keep campsites clean, attend another interpretive program, and support parks in some way) than non-attendees. Attendees engaged more often in two of five park-friendly behaviours (e.g., tell fellow campers to keep their campsites clean) than non-attendees. Attendees and non-attendees did not differ regarding the outcomes of connections to place and developing positive memories.

Regarding demographic characteristics, program attendance was not associated with gender, but attendees were more educated and had more children in their groups than non-attendees. Program attendees were more motivated by learning about nature and enjoying nature than non-attendees, while non-attendees were more motivated by having fun and relaxing than attendees.

Consistent with other studies, our results showed significant impacts from interpretive programs on visitor satisfaction and enjoyment and moderate impacts on attitude change and behaviour change. These results can help improve planning, budgeting, programming, and marketing for interpretation by park agencies around the world.

ABSTRACT

Que vous rappelez-vous de ce spectacle de théâtre en plein air ou de cette randonnée guidée lors de votre dernière sortie en camping dans un parc ? Y a-t-il eu des impacts immédiats ou des résultats durables ? La plupart des organismes responsables des parcs et des aires protégées ont pour mandat d’offrir des possibilités d’éducation et d’appréciation dans le cadre d’expériences récréatives de plein air plus vastes. Cependant, de nombreux organismes n’évaluent pas pleinement dans quelle mesure ils atteignent ces objectifs. Alberta Parks est à la recherche d’indicateurs scientifiques pour évaluer les progrès réalisés dans l’atteinte de ses objectifs, ce qui l’aidera à établir des priorités, à allouer des budgets et à planifier. Nous avons donc cherché à déterminer les différences dans les résultats des voyages entre les participants et les non-participants à l’interprétation personnelle dans les parcs provinciaux de l’Alberta.

Au cours des étés 2018 et 2019, nous avons échantillonné de façon aléatoire les répondants de 11 parcs provinciaux de l’Alberta qui offraient des programmes d’interprétation personnelle. Au total, nous avons interrogé 1 672 visiteurs dans des terrains de camping (taux de réponse de 98 %), dont 763 avaient assisté à un événement d’interprétation personnelle (p. ex. présentations de théâtre en plein air, randonnées guidées, programmes familiaux et visites en autobus) et 909 qui ne l’avaient pas fait. En ce qui concerne leur voyage de camping actuel, nous avons demandé aux répondants d’indiquer leur niveau de satisfaction, leur apprentissage, leurs attitudes à l’égard de certaines questions liées à la gestion du parc, leurs intentions de participer (et leur participation réelle) à certains comportements dans le parc, leurs liens avec le lieu et les souvenirs positifs de leur expérience. En outre, nous avons interrogé les répondants sur leur voyage et leurs caractéristiques démographiques. En ce qui concerne les résultats du voyage, les participants à l’interprétation ont déclaré être plus satisfaits et avoir acquis davantage de connaissances grâce à leurs expériences dans les parcs que les non-participants. Les participants avaient des attitudes plus respectueuses des parcs que les non-participants pour trois des cinq problèmes liés aux parcs (par exemple, nourrir les animaux sauvages, demander aux autres campeurs de garder les emplacements propres et faire de petits feux de camp). Les participants avaient davantage l’intention d’adopter trois des huit comportements favorables aux parcs (p. ex., demander à d’autres campeurs de garder les emplacements propres, assister à un autre programme d’interprétation et soutenir les parcs d’une manière ou d’une autre) que les non-participants. Les participants ont adopté plus souvent que les non-participants deux des cinq comportements favorables aux parcs (p. ex., demander à d’autres campeurs de garder leur emplacement de camping propre). Les participants et les non-participants ne diffèrent pas en ce qui concerne les résultats relatifs aux liens avec le lieu et au développement de souvenirs positifs.

En ce qui concerne les caractéristiques démographiques, la participation au programme n’était pas associée au sexe, mais les participants étaient plus instruits et avaient plus d’enfants dans leur groupe que les non-participants. Les participants au programme étaient plus motivés par l’apprentissage et l’appréciation de la nature que les non-participants, tandis que les non-participants étaient plus motivés par l’amusement et la détente que les participants.

Conformément à d’autres études, nos résultats montrent que les programmes d’interprétation ont un impact significatif sur la satisfaction et le plaisir des visiteurs et un impact modéré sur le changement d’attitude et de comportement. Ces résultats peuvent contribuer à améliorer la planification, la budgétisation, la programmation et le marketing de l’interprétation par les agences des parcs du monde entier.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Systematic Conservation Planning In Tsay Keh Dene Territory: Incorporating Climate Change and Interweaving Traditional Ecological Knowledge

The above was presented at the the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

My research is known as systematic conservation planning (SCP) and is a holistic way of assessing a landscape to identify which portions hold the greatest ecological value. I am working alongside the Tsay Keh Dene Nation to identify key ecological and cultural locations within their territory, which faces significant threats from industry. Using spatial data on species, ecosystems, the landscape, and climate change, I will be prioritizing lands that are important through time. I am also exploring the integration of landscape connectivity into the SCP process. Finally, I will be interweaving Traditional Ecological Knowledge whenever possible to ensure an inclusive outcome, allowing the Nation to add to the protected lands within their territory.

I will be presenting an overview of my project to date, whether that be in poster or presentation format. Thus far I have collaborated with the Nation to articulate conservation goals for the territory, identified conservation features on the landscape that help attain those goals, and assembled and vetted spatial data on said features. I now have an operational SCP tool that utilizes an R package that solves conservation planning problems. By the time of the summit, I will have hosted a workshop with the Nation on target setting for each conservation feature, one of the necessary inputs to prioritize. I will also have findings on where the most ecologically valuable lands in the territory are. This will not only identify potential conservation areas, but also help refine the boundaries of the Nation’s proposed Ingenika Indigenous Conservation and Management Area.

This 504,857 ha Indigenous Protected Area lies in north-central British Columbia, and preserves the cultural, spiritual, and ecological values of the Ingenika River watershed – one of the last-remaining pristine river valleys in the Territory of Tsay Keh Dene Nation. The Nation welcomes support from people and organizations across Canada in their effort to protect the Ingenika. This presentation will share insight on a conservation collaboration between a First Nation and a university, discuss community-led systematic conservation planning, and invite networking as the Nation solicits expertise to bring their conservation goals to fruition.

ABSTRACT

Ma recherche est connue sous le nom de planification systématique de la conservation (SCP) et constitue une manière holistique d’évaluer un paysage pour identifier les portions qui détiennent la plus grande valeur écologique. Je travaille aux côtés de la Nation Déné Tsay Keh pour identifier les lieux écologiques et culturels clés de leur territoire, qui fait face à d’importantes menaces de la part de l’industrie. À l’aide de données spatiales sur les espèces, les écosystèmes, le paysage et le changement climatique, je vais établir des priorités parmi les terres qui sont importantes dans le temps. J’explore également l’intégration de la connectivité du paysage dans le processus de CPD. Enfin, j’entremêlerai les connaissances écologiques traditionnelles chaque fois que possible pour assurer un résultat inclusif, permettant à la Nation d’ajouter aux terres protégées sur son territoire.

Je présenterai un aperçu de mon projet à ce jour, que ce soit sous forme d’affiche ou de présentation. Jusqu’à présent, j’ai collaboré avec la Nation afin d’articuler les objectifs de conservation pour le territoire, d’identifier les caractéristiques de conservation sur le paysage qui aident à atteindre ces objectifs, et d’assembler et d’approuver les données spatiales sur lesdites caractéristiques. Je dispose maintenant d’un outil SCP opérationnel qui utilise un package R pour résoudre les problèmes de planification de la conservation. D’ici le sommet, j’aurai organisé un atelier avec la nation sur la fixation d’objectifs pour chaque élément de conservation, l’un des éléments nécessaires pour établir des priorités. Je disposerai également de conclusions sur l’emplacement des terres les plus précieuses du point de vue écologique sur le territoire. Cela permettra non seulement d’identifier les zones de conservation potentielles, mais aussi d’affiner les limites de la zone de conservation et de gestion autochtone Ingenika proposée par la Nation.

Cette aire protégée indigène de 504 857 ha se trouve dans le centre-nord de la Colombie-Britannique et préserve les valeurs culturelles, spirituelles et écologiques du bassin hydrographique de la rivière Ingenika — l’une des dernières vallées fluviales vierges du territoire de la Nation dénée Tsay Keh. La Nation accueille favorablement le soutien des personnes et des organisations de tout le Canada dans leurs efforts pour protéger l’Ingenika. Cette présentation partagera un aperçu d’une collaboration de conservation entre une Première Nation et une université, discutera de la planification systématique de la conservation dirigée par la communauté et invitera au réseautage alors que la Nation sollicite l’expertise pour concrétiser ses objectifs de conservation.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

COVID-19 & Parks: An Analysis of Park Agency Social Media Communication During the COVID-19 Crisis

The above was presented at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

The coronavirus pandemic resulted in an unprecedented management issue for Canada’s many and diverse parks and protected areas agencies, including outright closures at the beginning of the pandemic, to significant restrictions and mitigation actions that remain in place to this day to protect the health and safety of the many millions of people who visit these areas annually (Hockings et al., 2020). On the one hand, the use of these spaces by large numbers of people may increase the risk of the virus spreading among the population (Freeman & Eykelbosh, 2020). On the other, these closures restrict access to important spaces that provide for healthy outdoor activities and associated stress relief, and prevent people from receiving the many health and well-being benefits that these areas provide. There is also some evidence to indicate that such closures result in individuals attempting to access more congested and risky spaces (Freeman & Eykelbosh, 2020). Indeed, the coronavirus pandemic has resulted in a number of unprecedented challenges for both visitors to parks, and those responsible for their planning and management. In light of these novel challenges, the objectives of this research are to better understand park agency response to COVID-19 and how social media is used as a communication tool related to the pandemic by park agencies. In addition, there is an opportunity to make recommendations about parks and protected areas in general.

ABSTRACT

La pandémie de coronavirus a entraîné un problème de gestion sans précédent pour les nombreux et divers parcs et agences de zones protégées du Canada, y compris la fermeture pure et simple au début de la pandémie, à des restrictions importantes et des mesures d’atténuation qui restent en place à ce jour pour protéger la santé et la sécurité des millions de personnes qui visitent ces zones chaque année (Hockings et al., 2020). D’une part, l’utilisation de ces espaces par un grand nombre de personnes peut augmenter le risque de propagation du virus au sein de la population (Freeman & Eykelbosh, 2020). D’autre part, ces fermetures limitent l’accès à des espaces importants qui permettent de pratiquer des activités de plein air saines et de soulager le stress qui y est associé, et empêchent les gens de bénéficier des nombreux avantages que ces espaces offrent en matière de santé et de bien-être. Certaines données indiquent également que ces fermetures amènent les personnes à tenter d’accéder à des espaces plus encombrés et plus risqués (Freeman & Eykelbosh, 2020). En effet, la pandémie de coronavirus a entraîné un certain nombre de défis sans précédent pour les visiteurs des parcs et pour les responsables de leur planification et de leur gestion. À la lumière de ces nouveaux défis, les objectifs de cette recherche sont de mieux comprendre la réponse des agences des parcs à COVID-19 et la manière dont les médias sociaux sont utilisés comme outil de communication lié à la pandémie par les agences des parcs. En outre, il est possible de formuler des recommandations sur les parcs et les zones protégées en général.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Study of the Spatial Dynamics of Belugas in the Estuary of St. Lawrence in a Population Conservation Context

The above was presented at the the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

The St. Lawrence Estuary (ESL) and the Saguenay-St. Lawrence Fjord (SSL) are home to the resident population of the St. Lawrence beÌluga (Delphinapterus leucas) classified as endangered. Despite conservation efforts since 1995, such as the creation of the Saguenay-St. Lawrence Marine Park in 1998 to protect the habitat of the beluga population, the population continues to decline at a rate of about 1% per year, to about 1000 individuals. Under its very precarious status, an action plan was adopted in 2020 to reduce underwater noise in the beluga’s summer habitat, identified as one of the major issues limiting the recovery of this population. Indeed, marine traffic from different segments of the shipping industry is intense during the summer period, resulting in numerous overlapping areas where interactions between boats and beluga whales are frequent. In the short and long term, such acoustic degradation of cetacean habitat can cause the interruption of vital activities or even the avoidance of essential areas by the animals. However, the assessment and mitigation of the impacts of maritime traffic on belugas must be based on a good understanding of their movement patterns and distribution, taking into account the herding behaviour of the species, which has a social organisation in herds. This understanding remains incomplete at the present time. At the heart of a collaborative and intersectoral program on beluga whales and the impact of maritime traffic, my PhD project aims to identify the mechanisms underlying the spatial dynamics of beluga in ESL and SSL. To do so, the dynamics of fusion and fission within and between herds and mechanisms (i.e., environmental, social and behavioural) are studied in order to better understand their role in the rules of population interactions, such as movement patterns and habitat selection in ESL and SSL beluga whales. Displacement behaviour is also studied to determine the environmental and social variables that influence individual displacement strategies. Finally, the biological functions of high use areas are being determined. These analyses are being carried out using databases shared by partners and collaborators that describe the spatial distribution, surface and diving behaviour of beluga whales and the environmental conditions in their habitat over the last 30 years. The mobilization of this fundamental knowledge of biology and ecology represents a keystone for improving current assessments of the noise level perceived by belugas in their habitat by taking into account their spatial and social behaviour. In particular, they will help to identify and prioritize the protection of areas deemed essential to the survival and recovery of the population through the planning of new marine protected areas. On the other hand, alternative navigation routes as well as acoustic, spatial and temporal refuges could potentially be determined to take into account the importance of these areas that are heavily used by belugas.

ABSTRACT

L’estuaire du Saint-Laurent (ESL) et le Fjord du Saguenay-Saint-Laurent (SSL) abritent la population residente du beluga (Delphinapterus leucas) du Saint-Laurent classee en voie de disparition. Malgre des efforts de conservation mis en place depuis 1995, tels que la création du parc marin du Saguenay-Saint-Laurent en 1998 pour protéger l’habitat de la population de béluga, la population poursuit un declin aÌ€ un taux avoisinant 1% par an, se situant aÌ€ environ 1000 individus. En vertu de son statut treÌ€s precaire, un plan d’action a ete adopte en 2020 afin de reduire le bruit sous-marin dans l’habitat estival du beluga, identifie comme l’un des enjeux majeur limitant le retablissement de cette population. En effet, la circulation maritime des différents segments de la navigation est intense pendant la période estivale ce qui donne lieu à  de nombreuses zones de chevauchements o๠les interactions entre bateaux et bélugas sont fréquentes. A court et long terme, une telle dégradation acoustique de l’habitat de cétacés peut provoquer l’interruption d’activités vitales voire l’évitement de zones essentielles par les animaux. Toutefois, l’evaluation et l’attenuation des impacts du trafic maritime sur les belugas doit passer par une bonne comprehension de leurs patrons de deplacements et de leur distribution tenant compte du comportement grégaire de l’espèce qui a une organisation sociale en troupeau. Cette comprehension demeure neanmoins incompleÌ€te aÌ€ l’heure actuelle. Au cÅ“ur d’un programme collaboratif et intersectoriel sur le béluga et l’impact du trafic maritime, mon projet de doctorat vise à  identifier les mecanismes sous-jacents aÌ€ la dynamique spatiale du beluga dans l’ESL et le SSL. Pour cela, la dynamique de fusion et de fission au sein et entre les troupeaux et les mécanismes (i.e., environnementaux, sociaux et comportementaux) est étudiée afin de mieux comprendre son rôle dans les règles d’interactions de la population, tels que les patrons de déplacements et la sélection d’habitat chez les bélugas de l’ESL et du SSL. Le comportement de deplacement est aussi etudie pour determiner les variables environnementales et sociales qui influencent les strategies individuelles de deplacement. Enfin, les fonctions biologiques des aires fortement utilisees sont en cours de détermination. Ces analyses sont réalisée à  partir des bases de données partagées par des partenaires et des collaborateurs qui décrivent la répartition spatiale, le comportement de surface et de plongée des bélugas ainsi que les conditions environnementales dans son habitat au cours des 30 dernières années. La mobilisation de ces connaissances fondamentales sur la biologie et l’écologie représentent une clé de voute afin d’améliorer les évaluations actuelles du niveau de bruit perà§u par les bélugas dans leur habitat en tenant compte de son comportement spatial et social. Elles permettront notamment de déterminer et prioriser la protection d’aires jugées essentielles à  la survie et au rétablissement de la population grà¢ce à  la planification de nouvelles aires marines protégées. D’autre part, des routes alternatives de navigation ainsi que des refuges acoustiques, spatiaux et temporels, pourront potentiellement àutre déterminés pour prendre en compte l’importance de ces aires fortement utilisées par les bélugas.

Re-Centering the Sacred in Relationship to Co-Management and Parks

The following is preliminary content for a session at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit, submitted by Chantelle Spicer with Simon Fraser University. Click the image below to view content.

Ce qui suit est le contenu préliminaire d’une session du Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021, présenté par Chantelle Spicer de l’Université Simon Fraser. Cliquez sur l’image ci-dessous pour voir le contenu.


Click to view.

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

The presentation will be based on my masters research with Snuneymuxw First Nation and Saysutshun (or Newcastle Island Provincial Marine Park in BC). Ultimately what the project argues is that what is happening in co-management cannot be the only way forward for “reconciliation” or national self-determination for Indigenous peoples. What has been observed through fieldwork, which included interviews with citizens of Snuneymuxw and much time with the island itself is that too much of the current co-management agreement is controlled by a colonial heart. If these relationships are to meet the needs of the nation in attaining self-determination, much needs to be done to to transform what is at the heart of these agreements to include Indigenous and place-specific processes. This project drew on a diversity of Indigenous research methodologies and anthropological theory.

ABSTRACT

La présentation sera basée sur mes recherches de maîtrise avec la Première nation Snuneymuxw et Saysutshun (ou le parc marin provincial de Newcastle Island en Colombie-Britannique). En fin de compte, le projet soutient que ce qui se passe dans la cogestion ne peut pas être la seule façon d’avancer vers la “réconciliation” ou l’autodétermination nationale des peuples autochtones. Ce qui a été observé sur le terrain, avec des entretiens avec des citoyens snuneymuxw et beaucoup de temps passé sur l’île elle-même, c’est qu’une trop grande partie de l’accord de cogestion actuel est contrôlée par un cœur colonial. Si ces relations doivent répondre aux besoins de la nation pour atteindre l’autodétermination, il faut faire beaucoup pour transformer ce qui est au cœur de ces accords afin d’y inclure des processus indigènes et spécifiques au lieu. Ce projet s’est appuyé sur une diversité de méthodologies de recherche indigènes et de théories anthropologiques.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version).

Back to pre-summit material.

Retour à la matériel de pré-sommet.