Coastal Restoration of the Beach at Cap-Des-Rosiers, Forillon National Park

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

The above was presented at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui suit est le contenu préliminaire d’une session du Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021, présenté par Daniel Sigouin avec Parc national Forillon.

The following is preliminary content for a session at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit, submitted by Daniel Sigouin with Forillon National Park.

 

ABSTRACT

(English below)

Figurant parmi les projets d’adaptation les plus impressionnants jamais réalisés par Parcs Canada, le projet de restauration de la plage de Cap-des-Rosiers au parc national Forillon est une réponse au phénomène d’érosion côtière et aux événements de tempàutes extràumes récurrents issus des changements climatiques. Dans le but de restaurer la dynamique naturelle de l’écosystème côtier et préserver les sites de fraie des poissons-proies, Parcs Canada a procédé au retrait d’un enrochement de protection, au démantèlement d’un tronàon routier et à la restauration d’une plage sur près de 1,7 km. L’implantation historique d’infrastructures dans une zone à risque et l’empiètement de ces infrastructures sur une zone naturelle très dynamique ont accentué la perte d’habitat côtier dans le secteur, la vulnérabilité des sites de fraie du capelan, en plus de menacer l’intégrité écologique d’un milieu humide, de contribuer à la détérioration d’un site de sépulture et de constituer un enjeu majeur de gestion des infrastructures. Les travaux ont nécessité le retrait d’un enrochement, la restauration d’une plage, la relocalisation d’un tronàon routier et d’un monument commémoratif. Des suivis permettent de documenter l’utilisation de l’habitat par le capelan et évaluer la réaction du milieu côtier. Les résultats observés jusqu’à maintenant dépassent les attentes pour ce projet d’une envergure inégalée. Depuis 2016, les sites de fraie du capelan sont en croissance et le profil de la plage se stabilise déjà . Aujourd’hui plus résiliente aux événements de tempàutes extràumes, la plage de Cap-des-Rosiers est à nouveau un habitat riche en matière de biodiversité et témoigne d’un pan important de l’histoire de la région. La session débuterait par une présentation du projet et des raisons ayant conduit à sa réalisation, mais également des leàons apprises lors de la mise en Å“uvre d’un projet d’une telle envergure. Au cours de la session, nous comptons discuter avec les participants du rôle de leader que les aires protégées peuvent avoir dans la réalisation de projet de restauration durable en lien avec les changements climatiques ainsi que des possibilités d’exportation des connaissances et expériences acquises aux communautés canadiennes. Nous comptons également aborder le sujet des suivis à court et long terme des projets de restaurations et des enjeux auxquels nous faisons face à cet égard.

ABSTRACT

One of the most impressive adaptation projects ever carried out by Parks Canada, the Cap-des-Rosiers beach restoration project at Forillon National Park is a response to the phenomenon of coastal erosion and recurring extreme storm events resulting from climate change. In order to restore the natural dynamics of the coastal ecosystem and preserve prey fish spawning sites, Parks Canada has removed protective riprap, dismantled a stretch of road and restored a beach over nearly 1.7 km. The historical location of infrastructures in a high-risk zone and the encroachment of these infrastructures on a very dynamic natural area have accentuated the loss of coastal habitat in the sector, the vulnerability of capelin spawning sites, in addition to threatening the ecological integrity of a wetland, contributing to the deterioration of a burial site and constituting a major infrastructure management issue. The work required the removal of riprap, the restoration of a beach, the relocation of a stretch of road and a commemorative monument. Monitoring is used to document the use of the habitat by capelin and to evaluate the reaction of the coastal environment. The results observed to date have exceeded expectations for this project of unprecedented scope. Since 2016, capelin spawning sites are growing and the beach profile is already stabilizing. Now more resilient to extreme storm events, Cap-des-Rosiers beach is once again a habitat rich in biodiversity and bears witness to an important part of the region’s history. The session would begin with a presentation of the project and the reasons that led to its realization, but also of the lessons learned during the implementation of such a large-scale project. During the session, we intend to discuss with participants the leadership role that protected areas can play in the implementation of sustainable restoration projects related to climate change and the opportunities to export the knowledge and experience gained to Canadian communities. We will also discuss the short and long term monitoring of restoration projects and the issues we face in this regard.

An Adaptive Management Approach to Ecosystem Recovery – Managing Invasive Species at Kejimkujik NP & NHS

The following is preliminary content for a session at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit, submitted by Darrin Reid with Parks Canada – Kejimkujik National Park and National Historic Site.

Ce qui suit est le contenu préliminaire d’une session du Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021, présenté par Darrin Reid avec Parcs Canada, Parc national et lieu historique national de Kejimkujik.

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

Enhancing ecosystem recovery in a manner that engages and benefits society is the underlying principle of Parks Canada’s Conservation and Restoration Program (CoRe). Through this guiding principle, the CoRe Program is achieving the recovery of three ecosystems impacted by invasive species at Kejimkujik National Park and National Historic Site. Through open dialogue and collaboration with the Mi’kmaw of Nova Scotia, Kejimkujik is managing invasive species in its Coastal, Freshwater and Forest ecosystems. With evidence-based directed actions, Kejimkujik is coordinating and incorporating multi-disciplinary collaborative research, knowledge sharing and community engagement opportunities into an adaptive management approach. The invasive European green crab is well-established throughout the tidal estuaries found at Kejimkujik Seaside, and left unchecked, would re-engineer a coastal ecosystem functionally devoid of lush eelgrass beds and invertebrate life. By supporting local communities and researchers to find economic uses for green crab in the culinary, manufacturing and green economies, we are facilitating the diversification of markets for green crab and supporting a sustainable fishery for this invasive species. Chain pickerel and Small-mouth bass are threatening the functional diversity of Kejimkujik’s freshwater ecosystem with a high risk for native aquatic species including cascading impacts to species at risk and adjacent habitats. By building barriers to prevent further invasion, researching and understanding the fishes’ life history to improve management efficiency we are preventing entry of invasive fish into ecologically unique watersheds and keeping populations low to reduce the risk of expansion. The most recent invasive species to arrive in Kejimkujik is the Hemlock Woolly Adelgid, a tiny aphid-like insect that exclusively targets hemlock trees, threatening the very foundation of Acadian forest ecosystems. Actions to manage the threat include selective silviculture, predator sampling for biocontrol research, prioritized assessment of key old growth stands, and restoration activities like tree planting and herbivory control. Each project is at a different stage of completion, however, the issue of invasive species impacts to ecosystem function and diversity is not new to conservation practitioners and is one that climate change will likely exacerbate. Parks Canada will present the adaptive management approach underlying each of Kejimkujik’s CoRe projects, results to date and lessons learned, highlighting the collaborative work in each project with our Nova Scotia Mi’kmaw partners. By sharing and applying developed expertise in promoting standards of practice, catalyzing innovation and communicating results to Canadians on the issue of invasive species, these efforts have resulted in significant conservation gains

ABSTRACT

Améliorer le rétablissement des écosystèmes d’une manière qui engage et profite à la société est le principe sous-jacent du programme de conservation et de restauration (CoRe) de Parcs Canada. Grâce à ce principe directeur, le programme CoRe permet de rétablir trois écosystèmes touchés par des espèces envahissantes au parc national et lieu historique national Kejimkujik. Grâce à un dialogue ouvert et à une collaboration avec les Mi’kmaw de Nouvelle-Écosse, Kejimkujik gère les espèces envahissantes dans ses écosystèmes côtiers, d’eau douce et forestiers. Grâce à des actions dirigées basées sur des preuves, Kejimkujik coordonne et intègre des recherches collaboratives multidisciplinaires, le partage des connaissances et les possibilités d’engagement communautaire dans une approche de gestion adaptative. Le crabe vert européen, espèce envahissante, est bien établi dans tous les estuaires à marée de Kejimkujik Bord de mer et, s’il n’est pas maîtrisé, il réorganisera un écosystème côtier fonctionnellement dépourvu de luxuriantes zostères et de vie invertébrée. En aidant les communautés locales et les chercheurs à trouver des utilisations économiques pour le crabe vert dans les domaines culinaire, manufacturier et de l’économie verte, nous facilitons la diversification des marchés du crabe vert et soutenons une pêche durable de cette espèce envahissante. Le brochet maillé et l’achigan à petite bouche menacent la diversité fonctionnelle de l’écosystème d’eau douce de Kejimkujik, avec un risque élevé pour les espèces aquatiques indigènes, notamment des impacts en cascade sur les espèces en péril et les habitats adjacents. En construisant des barrières pour empêcher d’autres invasions, en faisant des recherches et en comprenant le cycle de vie des poissons pour améliorer l’efficacité de la gestion, nous empêchons l’entrée de poissons envahissants dans des bassins hydrographiques uniques sur le plan écologique et nous maintenons les populations à un faible niveau pour réduire le risque d’expansion. L’espèce envahissante la plus récente à arriver à Kejimkujik est le puceron lanigère de la pruche, un minuscule insecte ressemblant à un puceron qui s’attaque exclusivement aux arbres de la pruche, menaçant ainsi le fondement même des écosystèmes forestiers acadiens. Les mesures visant à gérer cette menace comprennent la sylviculture sélective, l’échantillonnage des prédateurs pour la recherche sur le biocontrôle, l’évaluation prioritaire des principaux peuplements anciens et les activités de restauration comme la plantation d’arbres et la lutte contre les herbivores. Chaque projet est à un stade d’avancement différent, cependant, la question des impacts des espèces envahissantes sur la fonction et la diversité des écosystèmes n’est pas nouvelle pour les praticiens de la conservation et est un problème que le changement climatique va probablement exacerber. Parcs Canada présentera l’approche de gestion adaptative qui sous-tend chacun des projets CoRe de Kejimkujik, les résultats obtenus à ce jour et les leçons apprises, en soulignant le travail de collaboration dans chaque projet avec nos partenaires Mi’kmaw de Nouvelle-Écosse. En partageant et en appliquant l’expertise développée dans la promotion des normes de pratique, en catalysant l’innovation et en communiquant les résultats aux Canadiens sur la question des espèces envahissantes, ces efforts ont permis de réaliser des gains importants en matière de conservation.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version).

Back to pre-summit material.

Retour à la matériel de pré-sommet.