Ecology and Distribution of Eastern Waterfan (Peltigera Hydrothyria) in Atlantic Canada

The following was an ePoster/eMedia submission to the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit by Neil Vinson with Parks Canada. Click on the image below to enlarge.

Voici une présentation ePoster/eMedia au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021 par Neil Vinson avec Parcs Canada. Cliquez sur l’image ci-dessous pour l’agrandir.


CPCIL eposter Eastern Waterfan Parks Canada
Click to enlarge.

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

Eastern Waterfan is a rare lichen only found in Eastern North America. In Canada, it is only found in New Brunswick, Nova Scotia, and Quebec. Eastern Waterfan is classified as Threatened by the Committee on the Status of Endangered Wildlife in Canada (COSEWIC) and the Species at Risk Act (SARA). Amazingly, new monitoring has found that approximately 50% of the total Canadian population of Eastern Waterfan occurs within Fundy National Park! Lichens are a co-dependent relationship between a fungus and an alga/cyanobacteria. The alga or cyanobacteria produces food through photosynthesis. The fungus provides protection while absorbing the food. This allows the lichen to live in areas that neither species would be able to live in alone. Eastern Waterfan uses cyanobacteria (Capsosira lowei) to produce food and is one of the few leafy lichens that can grow underwater. Eastern Waterfan has a purple, leafy appearance. Fan-shaped veins support the underside of the body. The lichen is attached to rocks at or just below water level by spongy bundles of fibres. Round spore-producing structures are red-brown in colour and are found on the leafy edge of the lichen. Eastern Waterfan grows in cool, clear, partially shaded streams. It is usually found in protected backwaters out of the main current. Colonies are very slow growing and take over 10 years to establish. Tree cover over the Dickson Brook Watershed in Fundy National Park keeps the water cool, the air humid, and limits the amount of soil deposited into the stream due to erosion. These characteristics make Dickson Brook ideal for Eastern Waterfan to grow. In 2013, the Committee on the Status of Endangered Wildlife in Canada (COSEWIC) reported a Canadian population of +/- 1,282 mature individuals and stated it was “doubtful if Canadian population will exceed 2000 colonies”. The new findings in 2019 saw over 800 observations in 28 brooks in Fundy National Park. This has resulted in >1000 colonies or 50% of known Canadian population in Fundy National Park.

ABSTRACT

L’Eastern Waterfan est un lichen rare que l’on ne trouve que dans l’est de l’Amérique du Nord. Au Canada, il n’est présent qu’au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse et au Québec. La Vanne de l’Est est classée comme menacée par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) et par la Loi sur les espèces en péril (LEP). Étonnamment, de nouvelles études ont montré qu’environ 50 % de la population canadienne totale de cette espèce se trouve dans le parc national de Fundy ! Les lichens sont une relation de codépendance entre un champignon et une algue/cyanobactérie. L’algue ou la cyanobactérie produit de la nourriture par photosynthèse. Le champignon offre une protection tout en absorbant la nourriture. Cela permet au lichen de vivre dans des zones où aucune espèce ne pourrait vivre seule. L’Eastern Waterfan utilise des cyanobactéries (Capsosira lowei) pour produire de la nourriture et est l’un des rares lichens feuillus qui peuvent se développer sous l’eau. L’Eastern Waterfan a un aspect pourpre et feuillu. Des veines en forme d’éventail soutiennent le dessous du corps. Le lichen est fixé aux rochers au niveau de l’eau ou juste en dessous par des faisceaux de fibres spongieuses. Les structures rondes productrices de spores sont de couleur rouge-brun et se trouvent sur le bord feuillu du lichen. L’aigle royal pousse dans les cours d’eau frais, clairs et partiellement ombragés. On le trouve généralement dans les eaux secondaires protégées, en dehors du courant principal. Les colonies ont une croissance très lente et mettent plus de 10 ans à s’établir. Le couvert végétal du bassin versant du ruisseau Dickson, dans le parc national de Fundy, maintient l’eau fraîche, l’air humide et limite la quantité de sol déposée dans le ruisseau par l’érosion. Ces caractéristiques font du ruisseau Dickson l’endroit idéal pour la croissance des oiseaux aquatiques de l’Est. En 2013, le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a fait état d’une population canadienne de +/- 1 282 individus matures et a déclaré qu’il était “douteux que la population canadienne dépasse 2 000 colonies”. Les nouveaux résultats de 2019 ont permis de faire plus de 800 observations dans 28 ruisseaux du parc national de Fundy. Cela a donné plus de 1000 colonies, soit 50% de la population canadienne connue dans le parc national de Fundy.

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version).

Atlantic Park Salmon Recovery

The following was an ePoster/eMedia submission to the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit by Danielle Latendresse with Parks Canada. Click on the image below to enlarge.

Voici une présentation ePoster/eMedia au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021 par Danielle Latendresse avec Parcs Canada. Cliquez sur l’image ci-dessous pour l’agrandir.


CPCIL ePoster Atlantic Salmon Parks Canada
Click to enlarge.

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

The Atlantic Parks Salmon Recovery Program includes five National Parks aiming to improve wild salmon abundance and restore ecological integrity in Atlantic national parks where salmon populations are currently in various stages of decline. This collaborative restoration program is aligning Indigenous perspectives, restoration knowledge, academic capacity, communications resources, and partner networks to achieve a common goal. Recent salmon restoration actions at Parks Canada sites have resulted in the re-establishment of wild juveniles, ecosystem productivity and increased natural adult returns in some rivers. To build on that success, this project began in 2019 “NASCO Year of the Salmon” by determining elements of successful recovery methods and producing a best practices approach. Each park then developed independent salmon restoration actions through the conservation standards framework which are complementary to the best practices and appropriately scaled for each site’s population status. Published restoration principles that maximize the wild fitness of the native stock inform the design of our actions. The final product is a project working at multiple scales simultaneously to provide empirical data which will guide future management decisions on the optimal timing of intervention for a declining population. Connecting projects and networks through common measures of success will allow a unique opportunity to evaluate restoration action effectiveness across different population statuses.

ABSTRACT

Le programme de rétablissement du saumon des parcs atlantiques comprend cinq parcs nationaux visant à améliorer l’abondance du saumon sauvage et à restaurer l’intégrité écologique dans les parcs nationaux de l’Atlantique où les populations de saumon sont actuellement à divers stades de déclin. Ce programme de restauration en collaboration aligne les perspectives indigènes, les connaissances en matière de restauration, les capacités universitaires, les ressources de communication et les réseaux de partenaires pour atteindre un objectif commun. Les récentes mesures de restauration du saumon sur les sites de Parcs Canada ont permis de rétablir les juvéniles sauvages, la productivité de l’écosystème et d’augmenter les retours naturels d’adultes dans certaines rivières. Pour tirer parti de cette réussite, ce projet a débuté en 2019, “Année du saumon” de l’OCSAN, en déterminant les éléments des méthodes de rétablissement réussies et en produisant une approche des meilleures pratiques. Chaque parc a ensuite élaboré des mesures indépendantes de restauration du saumon dans le cadre des normes de conservation, qui sont complémentaires aux meilleures pratiques et adaptées à l’état de la population de chaque site. Les principes de restauration publiés qui maximisent l’état sauvage du stock indigène guident la conception de nos actions. Le produit final est un projet travaillant à plusieurs échelles simultanément pour fournir des données empiriques qui guideront les futures décisions de gestion sur le moment optimal d’intervention pour une population en déclin. La connexion des projets et des réseaux par le biais de mesures communes de réussite offrira une occasion unique d’évaluer l’efficacité des mesures de restauration dans différents statuts de population.

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version).

Conservation Planning For Native Bumble Bees Under Current and Future Climate Scenarios

The following was an ePoster/eMedia submission to the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit by Dr. Amanda Liczner with the University of British Columbia Okanagan. Click on the image below to go to website.

Voici une présentation ePoster/eMedia au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021 par le Dr. Amanda Liczner de l’Université de Colombie Britannique Okanagan. Cliquez sur l’image ci-dessous pour accéder au site web.


Click to go to website.

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

Conserving habitat is necessary for protecting declining species but identifying the most effective areas to conserve can be challenging. Bumble bees are among the most declining pollinators and need effective conservation strategies. The objective of this study is to identify conservation priority areas for all Canadian bumble bees under current and future climate scenarios. We combined species distribution models with mathematical optimization program to identify which areas are most effective for conserving bumble bee species. The models were performed for three different climate scenarios (current climate, low-carbon future, high-carbon future) and three conservation objectives to maximize the number of species, phylogenetic diversity or species rarity. The conservation objectives produced similar areas of conservation priority with the Rocky Mountains, southern Ontario, and Atlantic Canada consistently identified as important for bumble bee conservation. Future climate projections shift the priority areas northward, and into higher mountains. The methodology used in this study is very relevant to parks and protected areas as the methodology can be used to effectively plan future protected areas, and can help inform future land management actions. The results from this study show areas of conservation priority for bumble bee species across Canada, but this framework can be applied to any species groups or multiple species.

ABSTRACT

La conservation des habitats est nécessaire pour protéger les espèces en déclin, mais il peut être difficile d’identifier les zones les plus efficaces à conserver. Les bourdons sont parmi les pollinisateurs qui déclinent le plus et ont besoin de stratégies de conservation efficaces. L’objectif de cette étude est d’identifier les zones prioritaires de conservation pour tous les bourdons canadiens dans le cadre des scénarios climatiques actuels et futurs. Nous avons combiné des modèles de distribution des espèces avec un programme d’optimisation mathématique afin d’identifier les zones les plus efficaces pour la conservation des espèces de bourdons. Les modèles ont été réalisés pour trois scénarios climatiques différents (climat actuel, futur à faible teneur en carbone, futur à forte teneur en carbone) et trois objectifs de conservation visant à maximiser le nombre d’espèces, la diversité phylogénétique ou la rareté des espèces. Les objectifs de conservation ont produit des zones de priorité de conservation similaires, les montagnes Rocheuses, le sud de l’Ontario et le Canada atlantique étant systématiquement identifiés comme importants pour la conservation des bourdons. Les projections climatiques futures déplacent les zones prioritaires vers le nord et vers les hautes montagnes. La méthodologie utilisée dans cette étude est très pertinente pour les parcs et les zones protégées car elle peut être utilisée pour planifier efficacement les futures zones protégées et peut contribuer à informer les futures actions de gestion des terres. Les résultats de cette étude montrent les zones de conservation prioritaires pour les espèces de bourdons à travers le Canada, mais ce cadre peut être appliqué à tout groupe d’espèces ou à de multiples espèces.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite).

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version).

Go back to eMedia presentations.

Retournez aux présentations eMedia.

How Does the Eastern Prickly Pear Cactus Survive In Canada?

Easter Prickly Pear Cactus

The following was an ePoster/eMedia submission to the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit by Mandy Huynh with York University. Click on the image below to view.

Voici une présentation ePoster/eMedia au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021 par Mandy Huynh avec l’Université York. Cliquez sur l’image ci-dessous pour la visualiser.


Click on image to open .pdf in new window

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

The ePoster will be about the Eastern Prickly Pear Cactus (Opuntia cespitosa), which is classified as an endangered species in Canada. The only substantive population of the species is found in Point Pelee National Park, Ontario. Although it is an endangered species in a National Park, most people have little to no knowledge about the cactus, and are often surprised to learn that a native species of cactus exist in Ontario. Research and monitoring have been done on this species, but many questions remain about its status, health, and viability. There are also uncertainties of dispersal mechanisms and their effectiveness in the Opuntia genus. The isolation of the Eastern Prickly Pear Cactus in Canada from other populations and rarity over its range are potentially affected by its ability to reproduce sexually and asexually. The purpose of this poster is to share information about the cactus and the risks it faces.

One of the main foci of this poster will be to describe the methods used for determining the effectiveness of seed dispersal via animal vectors. In order to minimize the disturbance on the endangered species, I have used non-invasive methods such as recording evidence with trail cameras and collecting animal scats for analysis. Trail cameras were set up at 4 different sites (all contained at least 1 cactus patch) to determine which animals visit the sites and feed on the fruits of the cactus. Animal scats were collected from 38 different sites in the Park. I collected scats left by wild turkeys because they are believed to be the most probable primary dispersers of cactus seeds. This assumption is based on circumstantial evidence, where the appearance of fingerlings (young Opuntia seedlings) seems to correlate with an increase in the wild turkey population. In order to determine if this assumption is true, both fingerlings and wild turkey scats were counted at each study site. Furthermore, the scats were mechanically broken down and examined for cactus seeds to determine if wild turkeys have been actively feeding on the fruits. If I complete the analysis of my data, the preliminary findings will also be included in the poster.

This poster will be directly relevant to parks and protected areas because the topic is on an endangered species in a National Park in Canada. Furthermore, it would contribute to the Summit goals of sharing research, as one of the main foci will be on the methods I implemented in the field for my research. Through this poster, I also hope to connect with individuals that have similar interests.

ABSTRACT

L’ePoster portera sur le figuier de Barbarie de l’Est (Opuntia cespitosa), qui est classé comme une espèce menacée au Canada. La seule population importante de l’espèce se trouve dans le parc national de la Pointe-Pelée, en Ontario. Bien qu’il s’agisse d’une espèce menacée dans un parc national, la plupart des gens ne connaissent pas ou peu l’espèce et sont souvent surpris d’apprendre qu’il existe une espèce indigène de cactus en Ontario. Des recherches et une surveillance ont été effectuées sur cette espèce, mais de nombreuses questions subsistent quant à son statut, sa santé et sa viabilité. Il existe également des incertitudes quant aux mécanismes de dispersion et à leur efficacité dans le genre Opuntia. L’isolement de l’oponce de l’Est au Canada par rapport aux autres populations et la rareté de son aire de répartition sont potentiellement affectés par sa capacité à se reproduire sexuellement et asexuellement. L’objectif de cette affiche est de partager des informations sur le cactus et les risques auxquels il est confronté. L’un des principaux objectifs de cette affiche sera de décrire les méthodes utilisées pour déterminer l’efficacité de la dispersion des graines par des vecteurs animaux. Afin de minimiser les perturbations sur les espèces menacées, j’ai utilisé des méthodes non invasives telles que l’enregistrement de preuves avec des caméras de surveillance et la collecte de restes d’animaux pour analyse. Des caméras ont été installées sur quatre sites différents (tous contenant au moins un cactus) afin de déterminer quels animaux visitent les sites et se nourrissent des fruits des cactus. Des échantillons d’animaux ont été collectés sur 38 sites différents du parc. J’ai collecté des restes de dindes sauvages car on pense qu’elles sont les plus probables des disperseurs primaires de graines de cactus. Cette hypothèse est basée sur des preuves circonstancielles, où l’apparition d’alevins (jeunes plants d’Opuntia) semble être en corrélation avec une augmentation de la population de dindes sauvages. Afin de déterminer si cette hypothèse est vraie, des alevins et des fèces de dindon sauvage ont été comptés sur chaque site d’étude. De plus, les fèces ont été mécaniquement décomposées et examinées à la recherche de graines de cactus afin de déterminer si les dindons sauvages se sont activement nourris des fruits. Si je termine l’analyse de mes données, les résultats préliminaires seront également inclus dans l’affiche. Ce poster sera directement pertinent pour les parcs et les zones protégées car le sujet porte sur une espèce menacée dans un parc national du Canada. En outre, elle contribuerait aux objectifs du sommet en matière de partage de la recherche, puisque l’un des principaux axes portera sur les méthodes que j’ai mises en œuvre sur le terrain pour mes recherches. Grâce à cette affiche, j’espère également entrer en contact avec des personnes qui ont des intérêts similaires. macos/deepLFree.translatedWithDeepL.text

Go back to eMedia presentations.

Retournez aux présentations eMedia.