Community-Based Biodiversity Monitoring in the Northwest Territories

The above was presented at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

This presentation will describe recent work to develop a community-based biodiversity monitoring program for protected areas in the Northwest Territories (NWT). Biodiversity monitoring is critically important to provide current information on species occurrences and abundance. In many instances, measures of biodiversity can act as an early warning to trigger management interventions. Within the NWT, the challenge comes from sampling a vast and largely inaccessible area with limited capacity on the part of Territorial, Federal, and Indigenous governments. With increasing pressures from climate change, human use, and protected area development, the ability to have long-term monitoring of biodiversity is critical for the identification of threats to wildlife populations and to implement a timely and successful response. To this end, the Government of the Northwest Territories, Government of Canada Environment and Climate Change Canada, Canadian Wildlife Service (CWS), University of British Columbia (UBC) and the K’asho Got’ine Foundation are working with Indigenous governments who are cooperatively managing several protected areas to deploy wildlife cameras and sound recorders in a pilot biodiversity monitoring program. This information will help protected area management boards to make future decisions on management and monitoring. To support this program, the partners have worked together to provide training programs for Guardians on environmental sensors, winter safety training and boat safety, and worked with these individuals to deploy wildlife monitoring stations (each with a paired camera and sound recorder) in several areas including Ts’udé Nilįné Tuyeta and Dınà gà  Wek’èhodଠTerritorial Protected Areas. This presentation will be a combination of a promotional video that is being produced to highlight this initiative in Ts’udé Nilįné Tuyeta Territorial Protected Area and a pre-recorded presentation on the project.

ABSTRACT

Cette présentation décrira les travaux récents visant à développer un programme communautaire de surveillance de la biodiversité pour les zones protégées des Territoires du Nord-Ouest (TNO). La surveillance de la biodiversité est d’une importance capitale pour fournir des informations actuelles sur la présence et l’abondance des espèces. Dans de nombreux cas, les mesures de la biodiversité peuvent servir d’alerte précoce pour déclencher des interventions de gestion. Dans les TNO, le défi vient de l’échantillonnage d’une zone vaste et largement inaccessible, avec une capacité limitée de la part des gouvernements territorial, fédéral et autochtone. Compte tenu des pressions croissantes exercées par le changement climatique, l’utilisation humaine et le développement des aires protégées, la capacité de surveiller la biodiversité à long terme est essentielle pour identifier les menaces qui pèsent sur les populations d’animaux sauvages et pour mettre en œuvre une réponse rapide et efficace. À cette fin, le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest, le gouvernement du Canada, Environnement et Changement climatique Canada, le Service canadien de la faune (SCF), l’Université de la Colombie-Britannique (UBC) et la K’asho Got’ine Foundation travaillent avec les gouvernements autochtones qui gèrent conjointement plusieurs zones protégées afin de déployer des caméras et des enregistreurs sonores dans le cadre d’un programme pilote de surveillance de la biodiversité. Ces informations aideront les conseils de gestion des aires protégées à prendre des décisions futures en matière de gestion et de surveillance. Pour soutenir ce programme, les partenaires ont travaillé ensemble pour fournir des programmes de formation aux gardiens sur les capteurs environnementaux, la formation à la sécurité en hiver et la sécurité des bateaux, et ont travaillé avec ces personnes pour déployer des stations de surveillance de la faune (chacune avec une caméra jumelée et un enregistreur de son) dans plusieurs zones, y compris les aires protégées territoriales de Ts’udé Nilįné Tuyeta et Dınà gà Wek’èhodà¬. Cette présentation sera une combinaison d’une vidéo promotionnelle qui est produite pour mettre en évidence cette initiative dans la zone territoriale protégée de Ts’udé Nilįné Tuyeta et d’une présentation préenregistrée sur le projet.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Systematic Conservation Planning In Tsay Keh Dene Territory: Incorporating Climate Change and Interweaving Traditional Ecological Knowledge

The above was presented at the the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.

ABSTRACT

(French below)

My research is known as systematic conservation planning (SCP) and is a holistic way of assessing a landscape to identify which portions hold the greatest ecological value. I am working alongside the Tsay Keh Dene Nation to identify key ecological and cultural locations within their territory, which faces significant threats from industry. Using spatial data on species, ecosystems, the landscape, and climate change, I will be prioritizing lands that are important through time. I am also exploring the integration of landscape connectivity into the SCP process. Finally, I will be interweaving Traditional Ecological Knowledge whenever possible to ensure an inclusive outcome, allowing the Nation to add to the protected lands within their territory.

I will be presenting an overview of my project to date, whether that be in poster or presentation format. Thus far I have collaborated with the Nation to articulate conservation goals for the territory, identified conservation features on the landscape that help attain those goals, and assembled and vetted spatial data on said features. I now have an operational SCP tool that utilizes an R package that solves conservation planning problems. By the time of the summit, I will have hosted a workshop with the Nation on target setting for each conservation feature, one of the necessary inputs to prioritize. I will also have findings on where the most ecologically valuable lands in the territory are. This will not only identify potential conservation areas, but also help refine the boundaries of the Nation’s proposed Ingenika Indigenous Conservation and Management Area.

This 504,857 ha Indigenous Protected Area lies in north-central British Columbia, and preserves the cultural, spiritual, and ecological values of the Ingenika River watershed – one of the last-remaining pristine river valleys in the Territory of Tsay Keh Dene Nation. The Nation welcomes support from people and organizations across Canada in their effort to protect the Ingenika. This presentation will share insight on a conservation collaboration between a First Nation and a university, discuss community-led systematic conservation planning, and invite networking as the Nation solicits expertise to bring their conservation goals to fruition.

ABSTRACT

Ma recherche est connue sous le nom de planification systématique de la conservation (SCP) et constitue une manière holistique d’évaluer un paysage pour identifier les portions qui détiennent la plus grande valeur écologique. Je travaille aux côtés de la Nation Déné Tsay Keh pour identifier les lieux écologiques et culturels clés de leur territoire, qui fait face à d’importantes menaces de la part de l’industrie. À l’aide de données spatiales sur les espèces, les écosystèmes, le paysage et le changement climatique, je vais établir des priorités parmi les terres qui sont importantes dans le temps. J’explore également l’intégration de la connectivité du paysage dans le processus de CPD. Enfin, j’entremêlerai les connaissances écologiques traditionnelles chaque fois que possible pour assurer un résultat inclusif, permettant à la Nation d’ajouter aux terres protégées sur son territoire.

Je présenterai un aperçu de mon projet à ce jour, que ce soit sous forme d’affiche ou de présentation. Jusqu’à présent, j’ai collaboré avec la Nation afin d’articuler les objectifs de conservation pour le territoire, d’identifier les caractéristiques de conservation sur le paysage qui aident à atteindre ces objectifs, et d’assembler et d’approuver les données spatiales sur lesdites caractéristiques. Je dispose maintenant d’un outil SCP opérationnel qui utilise un package R pour résoudre les problèmes de planification de la conservation. D’ici le sommet, j’aurai organisé un atelier avec la nation sur la fixation d’objectifs pour chaque élément de conservation, l’un des éléments nécessaires pour établir des priorités. Je disposerai également de conclusions sur l’emplacement des terres les plus précieuses du point de vue écologique sur le territoire. Cela permettra non seulement d’identifier les zones de conservation potentielles, mais aussi d’affiner les limites de la zone de conservation et de gestion autochtone Ingenika proposée par la Nation.

Cette aire protégée indigène de 504 857 ha se trouve dans le centre-nord de la Colombie-Britannique et préserve les valeurs culturelles, spirituelles et écologiques du bassin hydrographique de la rivière Ingenika — l’une des dernières vallées fluviales vierges du territoire de la Nation dénée Tsay Keh. La Nation accueille favorablement le soutien des personnes et des organisations de tout le Canada dans leurs efforts pour protéger l’Ingenika. Cette présentation partagera un aperçu d’une collaboration de conservation entre une Première Nation et une université, discutera de la planification systématique de la conservation dirigée par la communauté et invitera au réseautage alors que la Nation sollicite l’expertise pour concrétiser ses objectifs de conservation.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Algonquin Aki Sibi Indigenous Protected Area Project

The above was presented at the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit.

Ce qui précède a été présenté au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021.


The following was an ePoster/eMedia submission to the March 9-12, 2021 Virtual Research Summit by Kebaowek First Nation and Rosanne Van Schie of University of Toronto. Click on the video below to view.

Voici une présentation ePoster/eMedia au Sommet de Recherche Virtuel du 9 au 12 mars 2021 par Kebaowek First Nation et Rosanne Van Schie avec l’Université Toronto. Cliquez sur la vidéo ci-dessous pour la visualiser.

ABSTRACT

(Lisez la version française ci-dessous.)

Beginning in June 2019 the Algonquin Aki Sibi Project is an effort to conserve and promote Algonquin traditional ecological knowledge via land and waterway Aki-Sibi community conservation projects. These projects are led by seven partner Algonquin communities Kebaowek, Mitchikinibikok-Inik Barriere Lake, Winneway- Long Point, Kichisakik, Wolf Lake, Kitigan Zibi and Temiskaming The Aki Sibi Protected Area vision is for a network of Algonquin Protected and Conservation Areas and other effective conservation measures (OECMs) that are shaped by the participating communities’ individual cultures and characters, offering a variety of landscapes and values to meet this national challenge.

ABSTRACT

A partir de juin 2019, le projet Algonquin Aki Sibi est un effort pour conserver et promouvoir les connaissances écologiques traditionnelles des Algonquins par le biais de projets de conservation des terres et des voies navigables de la communauté Aki-Sibi. Ces projets sont menés par sept communautés algonquines partenaires : Kebaowek, Mitchikinibikok-Inik Barriere Lake, Winneway- Long Point, Kichisakik, Wolf Lake, Kitigan Zibi et Temiskaming La vision de la zone protégée d’Aki Sibi est celle d’un réseau de zones protégées et de conservation algonquines et d’autres mesures de conservation efficaces (OECM) qui sont façonnées par les cultures et les caractères individuels des communautés participantes, offrant une variété de paysages et de valeurs pour relever ce défi national.

Go back to eMedia presentations.

Retournez aux présentations eMedia.